Magazine Culture

Anthologie permanente : Thierry Le Pennec

Par Florence Trocmé

pow-pow

tout le jour à attendre
que ça se lève les nuages
          traînant du ventre sur la terre
du champ à demi-travaillé hier
jusqu’à n’y plus voir, mouillé à présent
d’une pluie nocturne les mottes
                    ressuient lentement enfin
je me décide je démarre le tracteur :
                     le soleil perce.
in Néo, Cahiers Blanc Silex, 2003
*
ce fut la semaine du foin
des grands ciels
couchés sur les champs du plat de leur main
tremblante
des barres de coupe menées par les Roberts
la clope de gris roulée derrière l’oreille
une semaine
    de beau dans le milieu du mois
l’air chante pendant des heures
la cloche de midi quand le moteur s’arrête
    les oiseaux un des derniers coucous
    juste avant que n’arrive la presse
*
insectes et fleurs si quelqu’un
veut me trouver ce sera dans un champ
toujours le même celui qui est
suspendu et dos courbe, narrations
comme un journal de bord le temps
qu’il fait celui qui passe
d’un bout à l’autre des allées les talons
foulent un hachis de pailles, l’usine
dévastée de la récolte en hâte, sous les nuages.
in Sur la butte, Wigwam, 2000
*
Séant

les cagibis les celliers
sombres au fond des cours la terre
battue suinte la pomme à différents
stades c’est là que l’homme
préparée les jus les alcools, ferrailles luisantes les barriques, pissées d’moineau par le fenestreau, hiver les ventres, pesée au plus juste, patates et salpêtre, chaudronnent lesbouillons d’orties, feu clair, joues rouges aspirent au foutoir, aux choses pouvant servir un jour, plus tard.
*
Howard

préparer la terre ça y est les lames
    brossent le brun à peine
        ressuyé les mottes de blé vert la poésie
exsude de tout ça le petit vent frisquet
        sur le siège du tracteur le bruit
qu’il fait à moitié du mois de mars le défilé
muet des branches et déjà
les pierres tombant du ciel.
*
dans l’herbe fraîchement coupée
        – ombres odeurs cadavres –
la ronde commence
des croupes fauves des formes anormales de dos,
        la chasse
les arrêts brusques les sauts
à ras du soir des soleils gémissants,
        oreilles sauvages tournées
vers quelque bruit non bestial,
        dans l’herbe fraîchement coupée :
les renards.
*
1 200 pieds de statice plantés binés
ce printemps magnifiques en lignes
longues 8 couleurs choisies réduites
à quelques bottes récolte foutue par le fait
des pluies d’orage humidité
matinale une forme de vie s’installe nommée
botrytis les yeux hâves des paysans
d’autrefois devant le blé pourri, naon.
in Un pays très près du ciel, L’Idée Bleue, 2005
Contribution de Jean-Pascal Dubost


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : César Vallejo

    Temps Temps Midi stagnant dans les brumes La pompe monotone de la caserne écope temps temps temps temps. Était Était Des coqs chansonnent creusant du bec en... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Yves Boudier

    Yves Boudier vient de publier Vanités, Carré misère, aux éditions l’Act Mem. « L’hypothèse de ce livre est la suivante : ces hommes et ces femmes que nous... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Verlaine

    ndlr : Paul Verlaine est en dehors du champ temporel couvert par Poezibao (qui suit l’actualité éditoriale de la poésie moderne et contemporaine, à partir... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Raymond Queneau

    Mésusage de la litote Je me suis fait un petit trou pour y cacher mes perles mes lapsus mes gourderies mes maladresses mes gaucheries je me suis fait un petit... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Yannis Ritsos

    Plus tard, les statues furent entièrement cachées dans les mauvaises herbes. Nous ne savions pas si les statues rapetissaient ou si les herbes montaient. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jan Wagner

    Les éditions Cheyne publie Archives nomades du poète allemand Jan Wagner. nature morte un grand poisson que l’on a couché sur un journal, une table en bois... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Tomás Segovia

    La collection Poésie/Gallimard publie Cahier du Nomade, Choix de poèmes 1946-1997. Le poète le jour de son anniversaire (extrait) Pour Jim Irby, dont c’est... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines