Magazine Culture

Après une lecture de Jean-Louis Giovannoni (le jeudi 1er octobre)

Par Florence Trocmé

Lecture Giovannoni divan Impressionnante lecture de Jean-Louis Giovannoni, hier soir, à la Librairie Le Divan, rue de la Convention à Paris.
Lecture bien construite avec une introduction par Gisèle Berkman (directrice de programme au Collège International de Philosophie et spécialiste des écritures de la pensée, du xviiie au xxe siècle – tout ceci évidemment très significatif dans le contexte de cette lecture), puis une lecture par le poète, un court débat entre lui et Gisèle Berkman et de nouveau une lecture.
Gisele Berkman Cette rencontre avait lieu à l’occasion d’une triple parution dont Poezibao a déjà beaucoup parlé : un recueil chez Lettres Vives comportant quatre textes introuvables de Jean-Louis Giovannoni, Ce Lieu que les pierres regardent(1984),Variations à partir d’une phrase de Hölderlin(1989),Pas Japonais(1991) et L’Invention de l’espace(1992), préface de Gisèle Berkman ; une réédition également aux Éditions fissile, Garder le mort et enfin à l’Atelier des Grames, T’es où ? Je te vois !

Jl Giovannoni 6 Gisèle Berkman bat d’emblée en brèche l’idée qu’il y aurait eu une rupture dans l’œuvre de Jean-Louis Giovannoni et que ses livres récents, avec leur hybridation, la démultiplication des voix, le recours à une gamme étendue de registres, seraient très éloignés des premiers textes, comme ce Garder le mort. Elle discerne dès ces premiers écrits publiés, cette même voix qui aujourd’hui propose (proposer, proposition, deux termes auxquels elle va recourir constamment), qui suggère, qui inventorie, qui décante. Elle souligne au passage la beauté des titres du poète et leur « puissance germinative ». Partout elle retrouve cette « dramaturgie de l’interne », l’ici en deux, la scission interne, le chant de l’impossible dedans, auquel J.-L. Giovannoni tente de « faire rendre gorge ». Les textes s’articulent autour des termes intérieur / corps / absence : « on ne caresse jamais / l’intérieur d’un corps » est-il écrit dans Garder le mort. Dès cette première période, la poésie est fondée sur la motricité du mot, son coefficient d’intensité et « tout poème fait des gestes ; ils émettent et font des propositions ». Il s’agit de mouvoir, émouvoir, sentir, parler, bouger. Gisèle Berkman pointe aussi trois thématiques : il y a ces propositions qui sont émises, il y a la question de la position et du lieu qui est interrogée et enfin très présentes, les variations, dans un mouvement jubilatoire de la reprise. La voix du poète est « très singulière, in-localisable, ni lyrique, ni littérale ».
Jean-Louis Giovannoni 16 gros plan Jean-Louis Giovannoni donne alors lecture intégrale de ce texte très dur et impressionnant qu’est Garder le mort, un texte dont il parlera à la fin de la rencontre pour dire qu’il l’a écrit alors qu’il était devant un « désastre », la disparition de sa mère. Mais rien ici d’un thrène ou d’une élégie ! « Il fait noir / au milieu de la viande », écrit-il dans ce texte de 1974, ou bien « On imagine bien / la mort / commencer par l’anus », ou bien encore « Dans le fond des membres / il y a des moignons //Ils attendent/d’être révélés ». Une écriture donc qui se confronte à la réalité matérielle, la plus brute, la plus physique, de la mort. Un texte lu de façon très forte par le poète. Prenante au vrai sens du mot, qui vous prend.

JL Giovannoni 17 Viennent ensuite des extraits de Ce lieu que les pierres regardent, 1984, dix ans plus tard, « toujours la surface des mots / et jamais le mot qui emporte », alors que « notre réalité est faite de mots / qui se taisent ». Extraits encore, cette fois de Pas Japonais, de 1991, « notre regard, nos mots sont exactement / ce qu’il faut retirer aux choses / pour qu’elles apparaissent ». Et enfin pour clore cette première partie, le début de L’Invention de l’espace, qui date de 1992 : « aucun corps / n’a droit / au corps de ce qu’il n’est pas. »
Lors d’une courte discussion, la question de la lecture à haute voix est évoquée en premier lieu, et J.-L. Giovannoni raconte comme il a trouvé son actuelle façon de lire, non pas à ses tout débuts de lecteur de sa poésie, mais plus tard, après avoir travaillé avec une chorégraphe, qui lui a permis de « découvrir la voix qu’il cachait ». Qu’il y a dans l’écriture comme dans la lecture un même travail sur les intensités et les charges à l’intérieur du texte. Il va surtout développer l’idée de la tension entre l’interne et l’espace, perçu aussi comme espace de dégagement car « l’interne n’a pas de lieu ». Il y a une perpétuelle relance, aucune position stable n’est possible. Et d’évoquer alors son univers professionnel, qui est celui de la psychiatrie, pour expliquer que souvent chez le malade mental, il n’y a pas de point d’appui. L’écriture est une tentative de trouver « un lieu où ça s’appuie, où je peux m’appuyer et ça n’existe que dans le mouvement psychique ». Mais en même temps, « toute chose posée, si elle n’est pas réanimée, s’enkyste ou pire, devient évidente ». Et c’est là pour lui précisément le travail d’un poète : relancer les mots usés, l’évidence, leur redonner pulpe, chair, mouvement, « réanimer les corps mourants des mots ». Gisèle Berkman souligne à quel point ces textes « touchent à la pensée, mettent en jeu quelque chose de très pensif », elle évoque les deux « traités » écrits par le poète, Le Traité de physique parantale (à propos de Jean-Luc Parant) et Le Traité de la toile cirée, mais constate qu’il n’y a là en rien un corps de doctrine. Jean-Louis Giovannoni explique qu’en effet ce qui le retient chez les philosophes qu’il lit, c’est la « vitesse de propulsion du concept » et ce qu’ils provoquent en lui.
La dernière partie de la rencontre sera dévolue à la lecture intégrale du texte Variations à partir d’une phrase de Friedrich Hölderlin. Cette phrase, la voici : « Tout est un intérieur / et pourtant sépare ». Jean-Louis Giovannoni, qui est fin connaisseur de musique, explique le principe de la variation sur un thème« je te le perds et en même temps je te le garde » (la dimension d’humour n’est pas absente de cet univers très sombre, comme quelqu’un le soulignera à la fin de la rencontre !). Il insiste aussi sur la notion de mobilité constante du psychisme. Il livrera enfin quelques considérations sur sa façon de travailler : il trouve d’abord le titre, qui est à la fois « un système d’arrimage, une rambarde et en même temps ce qui va le propulser », comme le fit en son temps la phrase d’Hölderlin. Il laisse « faire les mots, les intensités qui se mettent en place ». Il faut, dit-il, « s’autoriser » à laisser parler les voix, jusqu’à la peur si c’est nécessaire. A propos de son livre Traité de la toile cirée, il dira qu’il trouvait ce texte « ignoble », qu’il aurait eu besoin de Primpéran tandis qu’il l’écrivait et qu’il a mis des années à le supporter. Qu’avec ce livre, il a « ouvert les vannes » et que « ça s’est emballé » : « soulever l’évidence et ce qui la fonde, ça risque d’attaquer l’unité ».
Contribution et photos de Florence Trocmé
toutes les photos sont agrandissables par simple clic.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines