Magazine Coaching

Le suicide de Nelly Arcan

Par Mariefarchibald

Je suis triste de voir qu’une femme de la même génération que moi, Nelly Arcan, avec autant de talent, se soit enlevée la vie la semaine dernière… Mais honnêtement je ne suis pas tellement surprise… Lorsque je la voyais en entrevue à la télé, je pouvais sentir son mal être au travers l’écran… jusqu’à mon divan…

On ne se le cachera pas, la littérature est devenue plus populaire au Québec, grâce à une petite blonde aux yeux bleus perçants, aux gros implants de silicone qui a joué la carte de la sexualité… Cela a évidemment fonctionné et rapporté beaucoup d’argent., mais cela l’a rendu malheureuse aussi…

Je me souviens lorsque je l’avais vu à Tous le monde en parle cette année, à quel point, son anxiété était palpable. Elle voulait attirer l’attention avec son grand décolleté et sa généreuse poitrine, mais en même temps, elle n’était pas à l’aise de jouer ce rôle. Ce n’était pas son essence propre, d’être comme ça !

Cela me prouve une fois de plus, comment une belle femme peut être prisonnière de son image, au point d’avoir une relation d’étrangère à étranger avec son corps…. De ne plus se reconnaître finalement, d’être déconnecté de soi à ce point…

Attirer et aguicher les hommes avec cet aspect de la séduction qu’est est la beauté physique fonctionne mais c’est à la fois superficiel et tellement fragile… On en a la preuve ici… Et surtout, ce n’est pas durable et garanti avec les années qui passent… À moins d’avoir pas mal d’argent et être toujours chez les chirurgiens plastiques… Mais encore…

Elle avait dit elle-même en entrevue, à Tous le monde en parle je crois, lorsqu’on lui parlait de sa beauté : « Il me restera quoi de la séduction quand je serai vielle, je ferai quoi rendu là… »

J’avais été interpellé par ses paroles puisque j’aide justement les gens à se sentir bien dans leur rapport de séduction… Je m’étais dit : « Bien justement Nelly, si tu restes prisonnière de ton corps et que tu ne t’aimes pas, tu t’aimeras encore moins en vieillissant car ton corps n’ira pas en s’embellissant…. C’est la nature, que veux tu… Il serait peut être temps de commencer un cheminent de croissance personnel si tu en n’as pas déjà commencé un…. Afin que tu te reconnectes vraiment avec ton corps, que tu t’y retrouves, et que tu te guérisses des blessures de ton passé… »

Le mal de vivre je connais ça… je l’ai vécu intensément jusqu’au début de ma trentaine. Lorsqu’on joue un rôle qui n’est pas le nôtre, qu’on n’est pas authentique avec ce que notre « corps  et notre essence veut vivre vraiment », on se sent mal dans notre peau. Il est nécessaire d’aller travailler ses traumatismes de vie, souvent relié à l’enfance et au jeune âge adulte afin d’être bien avec soi-même et dans ses rapports avec les autres…

J’aurais souhaité à Nelly, un cheminement tout comme j’ai eu la chance de faire au travers des cours de développement personnel et spirituel que j’ai suivi et que je donnent à mon tour dans mon travail, pour lui permettre de guérir son âme, afin qu’elle puisse se sentir bien et enfin s’accepter tel quel et s’aimer… Ainsi, elle serait peut être encore en vie !

Que ton âme repose en paix, Nelly !

Amen !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog

Magazine