Magazine Cuisine

Un repas-dégustation phénoménal (2)

Par Daniel Sériot

Poursuivons le récit de cette remarquable dégustation avec tout d’abord un petit coup de projecteur sur le menu :

Brouillade aux cèpes
Pigeonneau rôti au jus de champignon et son aumônière de petits légumes
Fromages
Tartelette au raisin blanc .

La chronique d’aujourd’hui, celle est consacrée à la dégustation des vins blancs secs. Le premier vin commenté est issu d’une propriété qui fait couler beaucoup d’encre sur les forums consacrés aux vins, sur Internet ; la bouteille dégustée s’est fort bien présentée, même si une très légère note d’oxydation était décelable, pour les puristes !!!

Le deuxième vin était,  pour ma part l’archétype de ce que je recherche, une construction sèche, et une expression totale du terroir . A signaler une richesse moindre par rapport au 2001 dégusté, il y a quelques mois

Savennières Coulée de Serrant 2002

La robe offre des teintes jaunes qui rappellent celles d’une infusion de tilleul, le nez est intense, la palette aromatique est complexe : verveine, coings bien mûrs même légèrement rôtis, pommes légèrement cuites, pêches, et poires, épices variées, notes de carbone, la bouche laisse apparaître une matière très pleine, intense dans son expression aromatique, charnue et dense dans son centre, tonifiée par une acidité gustative tirée au cordeau, la finale est persistante, savoureuse et complexe, à la fois puissante et élégante, fraîche, avec des goûts de pierres concassées.

Noté 17+

Riesling : Trimbach : Clos Saint Hune 2002

La robe, brillante, a une teinte jaune pale, le nez est net, assez discret au début de la dégustation s’ouvre sur des arômes ce citron, de tilleul, des notes de miel et de pierre calcaire broyée ; la bouche est compacte,  serrée, soulignée par des saveurs d’agrumes finement miéllées, un centre, d’une grande rectitude, tendu, est mis en relief, par une acidité gustative qui porte le vin dans une finale longue, très pure, sèche, aux saveurs d’agrumes miellées récurrentes, avec une salinité d’école. Un vin d’une grande pureté, même totalement épuré. Noté 17,5 et plus dans 10 ans.

Daniel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines