Magazine Cuisine

Un repas-dégustation phénoménal (4)

Par Daniel Sériot

Commentons, dans l’ordre chronologique, la série des vins rouges, qui s’est révélée être d’un excellent niveau avec trois ou quatre vins exceptionnels. Voici ce que Laurent rappelait pour la préparation des bouteilles de la plupart des vins rouges, les préparations particulières seront détaillées, le moment venu « Les rouges ont été débouchés le mardi soir puis mis en carafe le mercredi midi (avant d'être tous remis en bouteille à 18 heures pour les commodités du transport puis carafés à mon arrivée vers 19 heures).

Les deux premiers vins de la série ont été, pour ma part, les plus difficiles à cerner à l’aveugle quant à leur origine, peut être l’aération n’a-t-elle pas encore été suffisante ?

Hermitage : ChapoutierLe Pavillon 2004

La robe est assez profonde, avec des reflets de couleur violine à sanguine, le nez et ouvert, avec des arômes, d’une bonne pureté, de cerises, d’épices, d’herbes de Provence, avec des notes de cassis, de café et même un peu chocolatées ; l’attaque est nette, avec des tannins assez marqués, mais élégant, le vin se développe en bouche avec plénitude, pour occuper avec générosité le milieu de bouche, les fruits sont mûrs et d’une bonne pureté , la finale bien équilibrée est persistante, un peu tannique, les tannins restant d’excellente qualité, parfumée, avec des fruits nets et savoureux, un peu poivrée, minérale (saline) en ultime sensation. Noté 16,5+

Hermitage : Chapoutier Le Pavillon 1994

La robe est moyennement soutenue, de couleur grenat avec une teinte orangée au bord du disque, l’olfaction est nette, avec une sensation un peu végétale (noble) en première impression, qui fait place à des parfums de petites baies noires, d’épices variées, d’humus, et des notes de truffe.

L’entrée en bouche est nette avec une trame tannique un peu ferme dans son cœur mais les grains sont enrobé par un chair fine et assez élégante, le centre est assez bien charpenté, avec des fruits toujours présents, la finale persistante, est soutenue dans son dessin, aux tannins un rien fermes, assez complexe dans la palette aromatique proposée, avec une dominante d’arômes tertiaires : humus, épices variées, note d’encre, etc.. Noté 16


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines