Magazine Culture

Anthologie permanente : Ivar Ch'Vavar

Par Florence Trocmé

Ivar Ch’Vavar a publié récemment ichi leu, un grand poème en picard, traduit sous le titre Ici là par Lucien Suel, dans la collection des Martelières aux Éditions des Vanneaux.
−un sureau
  Je me perche dans un vieux sureau
  tout rugueux, mon cartable
  glisse le long de mon bras
  Il n’a pas encore atteint le sol
  que je m’évanouis
−un sé-u
  J’m’agrinche din un viu sé.u
  tout bronck, min carton
  i glinche el long d’min breu.
  Il nét poànt core à tère
  quë’s su keut fèbe
Ivar Ch’Vavar, extrait de « Dehors à l’aube / tinpe de.or », ichi leu, poème en picard, traduit sous le titre Ici là par Lucien Suel, dans la collection des Martelières aux Éditions des Vanneaux. p. 36.
•••
Le même recueil comprend aussi des poème en français de Ivar Ch’Vavar. Extraits de « Les Glandes Tyroliennes, » une série de 1990.
3.
Ciel de semeur, ciel qui se meurt −
Ciel occupé à naître ou à continuer ;
Ciel qui se continue, ciel de matelassier ;
Mais qu’il s’éloigne un peu de la plate planète !
Qu’il laisse que le vent et la lumière profonde
Nous atteignent avant la sortie du sommeil.
Les doigts qui s’écartent pour semer le blé
Serreront tantôt le cou des volailles
− C’est mon cerveau qui clignote faiblement par ici.
6.
Ciel de poulailler, ciel fou à lier.
Je piétine en ioulant la funèbre congère du Tyrol
Des braillements, des rhumes, des éblouissements.
Borgne Himalaya ! Je monte, comme la pointe d’une épingle ;
Mes oreilles sont pleines de stries qui crissent ;
Sous ma mâchoire se gonflent les tumeurs musiciennes
(Vite du bois ) – je monte jusqu’à un larmoyant soleil.
Je suis à l’intérieur d’un tube de fer blanc.
C’est le nerf optique de Dieu le Père
Ivar Ch’Vavar, ichi leu, collection des Martelières, Éditions des Vanneaux. p. 55 et 56.
•••
(comme on se sent)
  Ça se ratatine et ça se chiffonne
  −Ça se ratatiffonne−
  Ça se niche, ça s’ensevelit
  Ça s’emmitoufle
  On est content d’être moulu
  On est content d’être flasque
  Enfoui et rencogné −
  Sensation moelleuse
  On est content d’être recroquevillé
  Pétri, aplati, écrabouillé −
  Content à satiété
  On ne voudrait pas être dégagé
  Déblayé. On ne voudrait jamais
  Être extirpé
  Être rehaussé, être relevé
  Être réveillé −
  Non.
(kmint qu’on s’sint)
  Cha s’monchlènne pi cha s’ramonchèle
  −Cha s’ramonchlènne−
  Cha s’greute, cha s’acouvre
  Cha s’acamuchote.
  Onnét contint d’ète mourme
  Onn ét contint d’ète flow
  Incouinày é-pi infeurày −
  Cha sanne mouflày.
  Onn ét contint d’ète éponày
  Epotrày, pàrtri, ébardri −
  Contint d’toute.
  On n’voroét poàny ète désinchpày
  Débàrnakày. On n’voroét mie
  Ète rassakày
  Ète réhoechày, ète rétanpi,
  Ète décranpi −
  Nan
Ivar Ch’Vavar, ichi leu, extrait de Dans le séjour / din chole sale, ichi leu, un poème en picard, traduit sous le titre Ici là par Lucien Suel, collection des Martelières aux Éditions des Vanneaux. p. 25.
Ivar Ch’Vavar dans Poezibao :
Bio-bibliographie, Le Jardin ouvrier (parution), extrait 1 ; Le Jardin Ouvrier (note de lecture par Florence Trocmé)
Lucien Suel dans Poezibao :
Bio-bibliographie, "Lecture" poétique 23, extrait 1, Mort d’un jardinier, (par Florence Trocmé), Mort d’un jardinier (par B. Moreau)
Index de Poezibao
Une de Poezibao
Centre de ressources poésie de Poezibao
Les favoris de Poezibao
Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com :
→ Recevez chaque jour de la semaine "l'anthologie permanente" dans votre boîte aux lettres électronique
ou
→ Recevez le samedi la lettre d’information, avec les principales parutions de la semaine sur le site (les abonnés à l’anthologie reçoivent automatiquement cette lettre)
• Merci de préciser "abonnement à l’anthologie" ou "abonnement à la lettre seule″


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Norge

    le bois sacré Un arbre vaincu par la cognée, Mordu par la scie et le rabot. L’arbre avait encore assez de sève, De moelle, de pulpe et de mémoire Pour sentir... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Olivier Larronde

    Sonnet du menteur Par exemple, menteur saigne Ta langue, et rougit comme l’eau Cette joue voisine du feu. Un mensonge nous colore, Presque. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Reiner Kunze

    Les Éditions Calligrammes viennent de publier Nuit des Tilleuls de l’écrivain allemand Reiner Kunze. souvenir d’enfance Quand les hirondelles se rassemblaient... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Sylvia Plath

    Gallimard publie une traduction d’Ariel, établie, présentée et annotée par Valérie Rouzeau. Dans le même temps les éditions Gallimard publient Poèmes,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Ted Hughes

    Dans le même temps où elles publient la traduction d’Ariel de Sylvia Plath par Valérie Rouzeau, les éditions Gallimard proposent un fort recueil de textes de Te... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Robert Desnos

    La furtive La furtive s’assoit dans les hautes herbes pour se reposer d’une course [épuisante à travers une campagne déserte. Poursuivie, traquée, espionnée,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Israël Eliraz

    le temps d’aller vers l’ouvert le temps de se taire le temps de prendre le souffle de le perdre dans les jours qui viennent (avant que tout cela ne devienne tro... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines