Magazine Culture

Anthologie permanente : Marilyn Hacker

Par Florence Trocmé

Marilyn Hacker a publié récemment Names, aux éditions  WW Norton & Co (USA). Poezibao propose aujourd’hui la traduction d’un extrait de ce livre, par le poète et traducteur Emmanuel Moses et signale que d’autres traductions paraîtront prochainement dans la revue Le Préau des Collines.
GLOSE
  Le rempart derrière la maison des lépreux,
  là aussi, c’est Jérusalem.
  Des ruisseaux bleus traversent les champs.
  La lumière peint en argent un arbre trapu
.
  Emmanuel Moses : « L"année du dragon »
Une chaude vapeur dominicale sur les éventaires de fruits de Belleville,
la corde à linge d’un clochard sous le Pont des Arts,
le dernier traiteur alsacien de la rue de Tourtille,
le deuxième couscous cacher de la rue Saint-Maur.
La Northern Line à minuit en revenant de Stockwell
par Charing Cross étant donné que personne, pas même un taxi, n’était venu.
Les Montagnes Noires titubant devant une automobile ivre,
une fourgonnette de la poste enfilant le Col de Vence dans une aube
lunaire quand l’enceinte de la ville est un camaïeu.
Le rempart derrière la maison des lépreux.
Un crépuscule équinoxial enveloppant le Square
du Temple; une lune-naevus aperçue à travers la bruine
sur le Pont Sully; le 96 coincé par
des motos stationnées devant le Royal Turenne,
qui klaxonne pendant que les gaz montent des camions et que le machiniste
  traite les motards de tous les noms,
ce qui distrait un peu ses passagers bloqués
(les cyclistes ont eu la bonne idée de ne pas être là);
le verre d’eau que le serveur lui apporte avec le crème:
Là aussi, c’est Jérusalem
Les méthodes pour passer clandestinement une frontière sont variées:
soixante ans se sont écoulés et les trains ont retrouvé
leur innocence. Le bétail couleur crème s’agenouille; dans une basse-cour
un cheval solitaire tend l’oreille au vent.
Les berges sibilantes, les monosyllabes
laconiques qu’un panneau d’affichage tient
en l’air au-dessus des traces de pneus, la calligraphie lasse
du sillage d’un avion: leurs messages s’éparpillent
dans l’air enfoncé qui siffle en capitulant.
Des ruisseaux bleus traversent les champs.
Dans une vision du passé parfait,
la circonférence d’un chemin de vignes en cendres
mesure le jeu des mots et du souffle, enfin
réunis en quelques phrases récupérables:
la trajectoire de l’heure n’est pas entièrement perdue
à l’intérieur des synapses brûlées de la mémoire.
Pourtant la perspicacité accordée aux étrangers
inscrit le vignoble sur le palimpseste
d’une ville, d’une vallée, de collines, d’autres talus.
La lumière peint en argent un arbre trapu.
GLOSE
  The rampart behind the leprosarium:
  That also is Jerusalem.
  Blue brooks cross the fields,
  Light silver-leafs a stocky tree
.
  Emmanuel Moses « The Year of the Dragon»
  Translated by Marilyn Hacker
Sunday noon haze on the fruit-stalls of Belleville,
a clochard’s clothesline under the Pont des Arts,
the last Alsatian deli in the rue de Tourtille,
the second kosher couscous in the rue St-Maur.
The Northern Line at midnight back from Stockwell
via Charing Cross, since no one, not even a cab, had come.
The Black Mountains lurching past a drunken car,
a mail-van threading the Col de Vence in lunar
dawn when the town’s enceinte is a colombarium.
The rampart behind the leprosarium.
An equinoctial dusk wrapping the Square
du Temple ; a hangnail moon glimpsed through light rain
on the Pont Sully ; the 96 bus trapped by parked
motorcycles outside the Royal Turenne,
honking, while truck fumes mount, and the bus-driver
shouts at the motards what he thinks of them
somewhat distracting his stalled passengers
(the cyclists are pertinently not there) ;
the glass of water the waiter brings to him :
that also is Jerusalem.
Methods of crossing borders are diverse :
sixty years passed, and trains are innocent
again. Cream-colored cattle kneel ; a lone horse
in a barnyard cocks a gray ear to the wind.
The sibilance of riverbanks, the terse
monosyllables a billboard holds
aloft above the tracks, a jet-trail’s spent
calligraphy : their messages disperse
in the breached air whistling as it yields.
Blue brooks cross the fields.
In a vision of the perfected past,
a cindered path’s circumference of vines
measures the play of words and breath, at last
conjoined in a few salvageable lines :
all of the hour’s trajectory not lost
in burnt-out synapses of memory.
Yet some insight bestowed on aliens
inscribes the vineyard on a palimpsest
of city, valley, hills, a different city.
Light silver-leafs a stocky tree.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Mathieu Bénézet

    quel dialogue veux-tu. Une abomination sur une page d’écriture. Une feuille d’imprimerie. Dérisoire. Fondue. Au départ l’holocauste prend la vie. C’est gravé... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Sandra Moussempès

    Sandra Moussempès publie Photogénie des ombres peintes, aux éditions Flammarion. Un essai sur la visibilité (ce qu’écrire ne dit pas) Sur ce cliché (un homme... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Volker Braun

    Alain Lance a écrit hier à Poezibao pour lui faire remarquer que ce 24 septembre c’était la Sainte Thècle et pour lui proposer ce poème de Volker Braun, poète... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Peter Riley

    excavations (extraits) 39. Parole annulée en musique la mâchoire inférieure enlevée et placée, intacte, sur la cage thoracique, dents vers le bas. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Ted Hughes

    En écho à la note de lecture du livre Poèmes, 1957-1994, (Gallimard, 2009) donnée hier par Jean-Luc Despax, ces deux poèmes qu’il a choisis. Théologie Non, le... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Dominique Fourcade

    devant la dévastation l’horreur l’urgence les mots tous les mots se réunirent et élurent l’un d’entre eux le mot myosotis fut instantanément choisi pour survivr... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Alda Merini

    Lors du salon de la revue, qui se tient à Paris ce week-end, une table ronde réunira samedi 17 octobre, les revues Europe, avec Jean-Baptiste Para, Conférence,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines