Magazine Poésie

Dit-elle (Henri Gougaud)

Par Arbrealettres

Amour me tient à l’aurore nouvelle
comme la mer qui berce la nacelle
guettant l’ami veillant en sentinelle
à la persienne en haut de la tourelle
amour me tient en ardente chapelle
jusqu’à l’instant où s’éteint ma prunelle
comme ceux-là qui vont à Compostelle
amour me tient hors de ma vie charnelle

Amour me tient qui me brûle et me cerne
me glace au coeur me conforte et me berne
et me rudoie m’éjouit et m’hiverne
amour me tient qui toujours me gouverne
comme le vent fait pencher les luzernes
et je le chante aux tables des tavernes
je le maudis sous la pâle lanterne
le pleure enfin aux muettes poternes

Amour me tient servante en son église
coiffée de blanc vêtue de toile bise
bouche mouillée comme chair de cerise
seins tout menus et ceinture bien prise
amour me tient en ses chambres soumise
par diable heureux toutes folies permises
me font chanter en la langue requise
les mille morts de la guerre promise.

(Henri Gougaud)

 

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Je reviendrai (Henri Gougaud)

    reviendrai (Henri Gougaud)

    Je reviendrai quand je serai grand quand je serai graine quand je serai fou Je reviendrai je te le promets quand je serai nu quand je serai source La cruche... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Le fou (Henri Gougaud)

    (Henri Gougaud)

    Il était bon comme une figue brune il était fort comme un désir de loup il était seul comme un chien dans la lune il était fou, fou comme l’amour fou. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • C’est l’hiver (Henri Gougaud)

    C’est l’hiver (Henri Gougaud)

    C’est l’hiver L’arbre fleuri le reverrai-je le soleil vert l’homme vivant je me délivre de la neige en regardant rire un enfant Je n’eus que des amours de... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • La rouille (Henri Gougaud)

    rouille (Henri Gougaud)

    Elle fait mal aux charnières mal aux morts mal à la scie et mal aux vieilles prières elle tue le sabre aussi Rampe et jamais ne s’enlise elle est l’eau elle... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Au jardin d’amour (Henri Gougaud)

    Au jardin d’amour des sources ruissellent l’on se baigne autour d’elles. Les enfants dans l’eau blanches gerbes d’anges croquent l’or de l’o- range. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Chante (Henri Gougaud)

    Chante (Henri Gougaud)

    Pour celui qui viendra dans la lumière, chante comme la source. Pour celui qui viendra dans les ténèbres, chante comme l’oiseau. Pour celui qui ne viendra pas,... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Hors de moi (Henri Gougaud)

    Hors (Henri Gougaud)

    Je tourne autour de moi moi maison fermée depuis plusieurs hivers Qui a muré la porte et les fenêtres? J’entends quelqu’un dedans j’aboie furieusement je... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine