Magazine Poésie

S'aigrir pour des idées

Par Florent

Usé par les aigreurs des universalistes qui tirent sur l’herbe pour la faire pousser, j’ai composé cette petite recomposition à partir d’un hymne du cher Georges.

S’aigrir pour des idées, l’idée est excellente
Moi j’ai failli maigrir de ne l’avoir pas eu
Car tous ceux qui l’avaient, multitude accablante
En hurlant au régime me sont tombés dessus
Ils ont su me convaincre et mon verbe insolent
Abjurant ses erreurs, se rallie à leur foi
Avec un soupçon de réserve toutefois
M’aigrir pour des idées, d’accord, mais doucement,
D’accord, mais doucement

Jugeant qu’il n’y a pas péril en la demeure
Allons vers l’autre monde en flânant en chemin
Car, à forcer l’allure, il arrive qu’on pleure
Pour des idées n’ayant plus cours le lendemain
Or, s’il est une chose amère, bonnes gens,
En rendant l’âme à Dieu c’est bien de constater
Qu’on a fait fausse route, qu’on s’est trompé d’idée
M’aigrir pour des idées, d’accord, mais doucement
D’accord, mais doucement

Les universalistes, qui accablent la Chine
Le plus souvent, d’ailleurs, s’engraissent ici-bas.
Attendre que le pays, leur courbe bien l’échine,
C’est leur raison de vivre, c’est cela leur choux gras.
Dans leur belles certitudes, ils pensent intensément
Niant l’altérité, jouir de l’ubiquité
J’en conclus qu’ils doivent se dire, en aparté
“M’aigrir pour des idées, d’accord, mais doucement,
D’accord, mais doucement”

Des idées réclamant le vieux bouc émissaire
Le bouc montré du doigt, celui qui fait le mal :
« C’est d’la faute du Parti, monsieur le commissaire
Destituez moi çà, partons tous en cabale !
Je ne suis pas chinois, mais je suis convaincant,
Ne les écoutez pas, on ne sait pas s’ils pensent
Haro sur le baudet, tapons lui sur la panse ! »
S’aigrir pour des idées, d’accord, mais doucement,
D’accord. mais doucement.

Encor s’il suffisait de quelques négritudes
Pour qu’enfin on le prouve, qu’enfin cela se sache
Depuis tant d’impatiences, sous toutes latitudes
Démocratie enfin, même chez les apaches
Mais l’âge d’or sans cesse est remis aux calendes
Les droits ont toujours soif, n’en ont jamais assez
Et c’est l’aigreur, l’aigreur toujours recommencée
S’aigrir pour des idées, d’accord, mais doucement,
D’accord, mais doucement.

O vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres
Maigrissez les premiers, nous vous cédons le pas
Mais de grâce, morbleu! laissez vivre les autres!
Ils ont leurs intérêts, leurs valeurs ici bas
Car, enfin, la culture c’est nourrissant,
Pour s’y baigner il faut bien se jeter à l’eau.
Vos belles plaidoiries, c’est pour les tribunaux !
M’aigrir pour des idées, d’accord, mais doucement,
D’accord, mais doucement


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florent 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines