Magazine Poésie

Entre deux mondes (Pierre Reverdy)

Par Arbrealettres

Entre deux mondes (Pierre Reverdy)


L’ombre danse
Il n’y a plus rien
Que le vent qui s’élance
Le mouvement s’étend du mur
Et se gonfle
Il y a des personnages qui naissent
Pour une minute ou pour l’Eternité
La nuit seule qui change
Et moi-même à côté
Quelqu’un que le remords tracasse
Sur la route où marque son pas
On ne voit rien de ce qu’il y a
Le mur seul fait une grimace
Un signe de mon cœur s’étend jusqu’à la mer
Personne d’assez grand pour arrêter la terre
Et ce mouvement qui nous lasse
Quand une étoile bleue là-haut tourne à l’envers

(Pierre Reverdy)


Illustration


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • En ce temps-là (Pierre Reverdy)

    temps-là (Pierre Reverdy)

    En ce temps-là le charbon était devenu aussi précieux et rare que des pépites d’or et j’écrivais dans un grenier où la neige, en tombant par les fentes du... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Timidité (Pierre Reverdy)

    Timidité (Pierre Reverdy)

    Sur le palier, plus haut que les marches qu’il n’a pas su compter, il hésite et, plus heureux qu’après une grande victoire, il redescend sans avoir seulement... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • L’hiver (Pierre Reverdy)

    L’hiver (Pierre Reverdy)

    Le ciel est descendu, on a refermé les fenêtres et les bouches sont closes. Après la chute des feuilles même les oiseaux n’osent plus gazouiller. Il fait si... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • La repasseuse (Pierre Reverdy)

    repasseuse (Pierre Reverdy)

    Autrefois ses mains faisaient des taches roses sur le linge éclatant qu’elle repassait. Mais dans la boutique où le poêle est trop rouge son sang s’est peu à pe... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • L’homme impassible (Pierre Reverdy)

    L’homme impassible (Pierre Reverdy)

    Il se penche au bord du parapet et tient sa tête, trop petite, par les oreilles. L’arête du toit fait une parallèle à ses épaules et la cheminée a l’air d’être... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Les Poètes (Pierre Reverdy)

    Poètes (Pierre Reverdy)

    Sa tête s’abritait craintivement sous l’abat-jour de la lampe. Il est vert et ses yeux sont rouges. Il y a un musicien qui ne bouge pas. Il dort; ses mains... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Toujours seul (Pierre Reverdy)

    Toujours seul (Pierre Reverdy)

    La fumée vient-elle de leurs cheminées ou de vos pipes? J’ai préféré le coin le plus aigu de cette chambre pour être seul; et la fenêtre d’en face s’est ouverte... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine