Magazine Poésie

Couloir (Pierre Reverdy)

Par Arbrealettres

Couloir (Pierre Reverdy)


Nous sommes deux
Sur la même ligne où tout se suit
Dans les méandres de la nuit
Une parole est au milieu
Deux bouches qui ne se voient pas
Un bruit de pas
Un corps léger se glisse vers l’autre
La porte tremble
Une main passe
On voudrait ouvrir
Le rayon clair se tient debout
Là devant moi
Et c’est le feu qui nous sépare
Dans l’ombre où ton profil s’égare
Une minute sans respirer
Ton souffle en passant m’a brûlé.

(Pierre Reverdy)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • En ce temps-là (Pierre Reverdy)

    temps-là (Pierre Reverdy)

    En ce temps-là le charbon était devenu aussi précieux et rare que des pépites d’or et j’écrivais dans un grenier où la neige, en tombant par les fentes du... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Timidité (Pierre Reverdy)

    Timidité (Pierre Reverdy)

    Sur le palier, plus haut que les marches qu’il n’a pas su compter, il hésite et, plus heureux qu’après une grande victoire, il redescend sans avoir seulement... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • L’hiver (Pierre Reverdy)

    L’hiver (Pierre Reverdy)

    Le ciel est descendu, on a refermé les fenêtres et les bouches sont closes. Après la chute des feuilles même les oiseaux n’osent plus gazouiller. Il fait si... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • La repasseuse (Pierre Reverdy)

    repasseuse (Pierre Reverdy)

    Autrefois ses mains faisaient des taches roses sur le linge éclatant qu’elle repassait. Mais dans la boutique où le poêle est trop rouge son sang s’est peu à pe... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • L’homme impassible (Pierre Reverdy)

    L’homme impassible (Pierre Reverdy)

    Il se penche au bord du parapet et tient sa tête, trop petite, par les oreilles. L’arête du toit fait une parallèle à ses épaules et la cheminée a l’air d’être... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Les Poètes (Pierre Reverdy)

    Poètes (Pierre Reverdy)

    Sa tête s’abritait craintivement sous l’abat-jour de la lampe. Il est vert et ses yeux sont rouges. Il y a un musicien qui ne bouge pas. Il dort; ses mains... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Toujours seul (Pierre Reverdy)

    Toujours seul (Pierre Reverdy)

    La fumée vient-elle de leurs cheminées ou de vos pipes? J’ai préféré le coin le plus aigu de cette chambre pour être seul; et la fenêtre d’en face s’est ouverte... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine