Magazine Coaching

Vous donnez-vous le plaisir de réussir ?

Par Gerard

Gysa Jaoui, une des meilleures spécialistes français de l’Analyse Transactionnelle a écrit (Classiques de l’Analyse Transactionnelle) un article sur les étapes de la réussite. Selon elle, de nombreuses personnes ont reçu très jeunes un message « ne réussis pas » qui les empêche de pleinement profiter de ce qu’ils ont fait. Est-ce votre cas ?

Pour Gysa Jaoui, le processus de réalisation d’un objectif comporte quatre étapes et l’inhibition au droit à la réussite peut intervenir à chacune d’elles :

  • Etape 1 : le projet
  • Etape 2 : la mise en œuvre
  • Etape 3 : la réussite
  • Etape 4 : la satisfaction

Voici quelques profils de personnes qui ne s’autorisent pas à réussir :

Le « rêveur éveillé » (l’appellation est de Gysa Jaoui) croît en un projet, le met en œuvre avec enthousiasme et l’abandonne dès qu’il commence à prendre forme pour se consacrer à un autre. Le sentiment de dévalorisation par les autres de ses idées ou projets l’a peut-être conduit à vouloir garder ses projets pour lui, de les rêver et de ne pas oser les réaliser. Il ne passe pas l’étape 1.

Le « désapprobateur » se donne un objectif raisonnable, fait beaucoup d’efforts… et son projet se casse la figure. Il s’agit d’une forme de résistance inconsciente à un ordre reçu. Le désapprobateur ne peut ou ne veut renoncer, essaie mais tout va concourir à le faire échouer. Il reste à l’étape 2.

Le « bourreau de travail » va d’objectif atteint en objectif atteint, sans n’être jamais satisfait de ce qu’il a réalisé. Il peut, par exemple, avoir été stimulé par le désir de montrer à ses parents (ou à d’autres) ce qu’il est capable de faire, sans n’avoir guère reçu de manifestation de reconnaissance. Il saute de l’étape 3 à un nouveau projet, oubliant l’étape 4.

Il existe aussi « l’hyper réactif » qui ne suit pas un projet vraiment personnel, mais adhère plutôt au projet, explicite ou implicite, d’un tiers. Il oublie l’étape 1, avec le risque d’insatisfaction.

Posez-vous la question de ce qui serait bon, digne ou utile de réussir pour vous. Souvent les mots clés sont « relation », « reconnaissance »… Vous pouvez contribuer à créer un tel environnement stimulant de différentes manières :

  • encouragez-vous intérieurement, faites-vous plaisir, offrez-vous de petits cadeaux ;
  • demandez les stimulations dont vous avez besoin : « Quand vous êtes contents de mon travail, dites-le moi ! » ;
  • accueillez les compliments qui vous sont faits pour ce qu’ils sont (authentiques, gratuits, gratifiants) ;
  • félicitez votre équipe en fêtant un succès, un objectif atteint, la résolution d’une difficulté, le lancement d’un projet…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gerard 22 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog