Magazine Auto/moto

Péages urbains : une vraie mauvaise idée

Publié le 02 juillet 2010 par 40millionsdautomobilistes

Lorsque l’on évoque une mesure poli­tique par­tant d’une bonne inten­tion, mais dont les effets per­vers seront supé­rieurs aux béné­fices escomp­tés, on parle d’une « fausse bonne idée ».

Mais lorsqu’une mesure est viciée dans son prin­cipe dès le départ, comme c’est le cas des péages urbains, on est en droit de la qua­li­fier de « vraie mau­vaise idée ».

De quoi s’agit-il, au fait ?

Les mer­credi 16 et jeudi 17 juin der­niers, une com­mis­sion mixte pari­taire (CMP), c’est-à-dire com­po­sée à éga­lité de par­le­men­taires des deux Chambres (dépu­tés et séna­teurs), a donné son feu vert à l’expérimentation des péages urbains dans les agglo­mé­ra­tions de 300 000 habi­tants et plus, pre­nant modèle sur Londres, Milan, Sin­ga­pour et Stockholm.

Dans les grandes villes de France, le pas­sage dans cer­taines zones pourra donc être sou­mis à un droit d’entrée pour l’automobiliste. Là où, aupa­ra­vant, il pou­vait cir­cu­ler libre­ment, il devra ver­ser son obole pour avoir le droit de pas­ser ! Une pra­tique qui n’est pas sans rap­pe­ler l’octroi auquel étaient sou­mises jadis les mar­chan­dises qui péné­traient dans les villes françaises.

Le point com­mun entre les deux dis­po­si­tifs est la logique de taxa­tion à l’œuvre, dénon­cée au départ par les dépu­tés, avant qu’ils ne se ravisent du fait de l’accord du ministre des Trans­ports, Domi­nique Bus­se­reau. Logique de taxa­tion qui, d’ailleurs, rend le cas fran­çais incom­pa­rable avec ceux des autres pays, où l’automobiliste est moins taxé. En France, il y a déjà la taxe inté­rieure sur les pro­duits pétro­liers (TIPP), l’éco-redevance sur les poids lourds (qu’acquittent, en bout de chaîne, les consom­ma­teurs), les tarifs exces­sifs des péages auto­rou­tiers, l’augmentation des amendes de sta­tion­ne­ment de 11 euros à 20 euros… et il fau­drait encore payer pour avoir le droit de cir­cu­ler libre­ment en ville, alors même que le contri­buable paie déjà pour les tra­vaux de voirie ?

Les pro­mo­teurs des péages urbains arguent que ceux-ci ne consti­tuent pas un impôt, dans la mesure où il reste le choix pour l’automobiliste d’emprunter un réseau gra­tuit et lent, ou payant et rapide… ou encore les trans­ports en commun.

Évi­dem­ment, ces consi­dé­ra­tions font peu de cas des auto­mo­bi­listes qui n’ont, indé­pen­dam­ment des deux para­mètres de l’argent et du temps, pas d’autre choix que de prendre la voi­ture : les ban­lieu­sards, les habi­tants des villes petites et moyennes, les ruraux, soit la majeure par­tie de la popu­la­tion française.

Par ailleurs, cette mesure est dis­cri­mi­na­toire pour l’automobiliste : il y aurait donc un réseau pour riches, et un autre pour pauvres ? Et la liberté de dépla­ce­ment sur tout le ter­ri­toire fran­çais, est-elle deve­nue caduque ?

L’argument des par­ti­sans des péages urbains est que, dans la mesure où la voi­rie de sur­face des villes est déjà encom­brée, il faut un prix, même minime, pour le décon­ges­tion­ner. Comme si les auto­mo­bi­listes pre­naient plai­sir à perdre leur temps dans des embou­teillages… Il existe pour­tant une autre solu­tion à l’encombrement de la voi­rie des villes : ces­ser de rendre la cir­cu­la­tion auto­mo­bile impos­sible avec les res­tric­tions au sta­tion­ne­ment, les entraves à la cir­cu­la­tion, le rétré­cis­se­ment des voies…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


40millionsdautomobilistes 197 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines