Magazine Culture

Jean-Luc Sarré

Par Florence Trocmé

Jean-Luc Sarré est né à Oran en 1944. Il habite Marseille depuis 1962. A côté des nombreux détails biographiques qui figurent dans le n° 113, mai 2010 du Matricule des Anges (interview et articles de Thierry Guichard) on peut rappeler que ses premiers poèmes paraissent en 1970, dans  la revue Sud lorsqu'elle était dirigée par Jean Malrieu. Pendant plusieurs années, il travaille pour la librairie La Touriale de Jean Puech dont j'ai raconté l'histoire sur ce lien : dans la cave de cette librairie, il programme librement des expositions d'artistes comme Nasser Assar, Yvan Daumas, Alain Diot, Denise Esteban, Dominique Gutherz, Anne-Marie Jaccottet, Claude Garache, Annie Sallard et Georges-Jean Clos. 
 
Par la suite, grâce à l'amitié de Nicolas Cendo, il participe aux manifestations (catalogue et exposition autour de Peinture / Poésie) réalisées en décembre 1981 par la ville de Marseille, à propos des Archives des Cahiers du Sud / Rivages des origines. Germain Viatte l'invite à travailler à partir du Musée Cantini pour l'exposition La Planète affolée / Surréalisme, dispersions et influences 1938 / 1947 qui inaugurait en avril 1986 les espaces muséologiques de la Vieille Charité de Marseille.  
 
Il lui arriva de publier des poèmes dans des revues comme Argile, Port des Singes, La revue de Belles-Lettres, Moriturus et Action Poétique. En compagnie de Margaret Drot et d'Emmanuel Ponsart, Jean-Luc Sarré est associé dans l'ancien Couvent du Refuge du quartier du  Panier aux toutes premières saisons (1989-1990) du  Cipm de Marseille à l'intérieur duquel il joua le rôle dubibliothécaire : Thierry Guichard indique qu'il s'agit de "son dernier emploi salarié". 
 
A propos du parcours de Jean-Luc Sarré, cf dans le n°19 & 20 de la revue Il Particolare, un ensemble de textes réunis par Jean-Pierre Boyer, avec des dessins de Serge Plagnol. On y trouve des contributions de BernardNoël, Pierre Chappuis, Jean-Baptiste Para, Catherine Brun, Gilles Ortlieb, Emmanuel Laugier, Alain- Christophe Restrat, Anne-Christine Royère, Christophe Fourvel, Christian Garcin, Francois Zenone et Nicolas Cendo
 
Extrait du texte donné par Nicolas Cendo, ″Un store s'est mis à battre″, voici le paragraphe  qui suit : "Au fil des livres parus entre 1983 et 1990, les poèmes de Jean-Luc Sarré sont traversés par l'impression de parvenir toujours trop tard, comme si une implacable sentence pesait sur leur avènement, non pour amoindrir la tension et la force, mais pour que la langue et la voix sachent garder leur place, ne viennent en aucun cas rompre la retenue absolue du vers dont la vraie vocation se tient du côté des vaincus, jamais des vainqueurs : "Il croise un champ / un autre / il ne croise que ce qu'il nomme / ce qu'il tait l'accompagne". Mais le fait d'être ainsi dessaisi, mis à l'écart de tout objet, de tout désir, mémoire et avenir confondus, aussi inconfortable soit-il, peut ouvrir à une forme détournée d'avantage. Porter le monde et le risque de s'y trouver, sans subir son élan, ni son ailleurs, en aimant plutôt son envers qui est l'ennui. Qu'il se confine au périmètre d'une chambre, d'un jardin, de la place poussiéreuse et vide écrasée de chaleur d'une bourgade d'Afrique du Nord, où le possible et le non-lieu rôdent à égale distance ; l'enfant puis le jeune homme s'y abreuvent d'errance, longent les bordures de ce qui pour toujours fera défaut. Pour longtemps il faudra faire avec cela, tenir la langue comme goutte qui suinte sur la cruche glacée d'un ici torride seulement justifié par la soif qu'il suscite". 
 
 
 
bibliographie : 
La Fièvre, Lettre de Casse, 1979. 
La Reprise, Orange Export Ltd, 1982.
Jardins, Atelier des Grames, 1983.
Extérieur blanc, Flammarion, 1983.
Celui-ci n'a pas de nom, Le Voleur de Talan, 1984.
La Chambre, Flammarion, 1986.
Cela me rappelle la lumière , Avec/Royaumont, 1987.
Les Journées immobiles, Flammarion, 1990.
Comme un récit, Étant donnés, 1991.
Rurales, urbaines et autres, Fourbis, 1991.
Embardées, La Dogana, 1994.
Au crayon, Farrago, 1999.
Affleurements, Flammarion, 2000.
Bardane, Farrago, 2001.
Poèmes costumés, Farrago, 2003.
Bât B2, Farrago, 2006.
La part des anges, La Dogana, 2007. 
Autoportrait au père absent, Le Bruit du temps, 2010. 
Comme si rien ne pressait. Carnets 1990-2005, La Dogana, 2010. 
 
par Alain Paire 
 
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines