Magazine Culture

Poezibao a reçu(dimanche 3 février 2008)

Par Florence Trocmé

Cette rubrique suit l’actualité éditoriale et présente les derniers ouvrages reçus par Poezibao. Il ne s’agit pas de fiches de lecture ou de notes critiques et les présentations font souvent appel aux informations fournis par les éditeurs.

Au sommaire de ce numéro de "Poezibao a reçu", le nouveau livre de Jean-Pierre Verheggen, Sodome et Grammaire, un ouvrage d’Alain Marc et Bertrand Créach’h, un numéro de la revue Nu(e) consacré à Jacques Ancet, une parution chez Alidades, recueil de l’italien Carlo Bordini et enfin une nouvelle collection aux éditons des Vaneaux.

Verheggen_sodome Jean-Pierre Verheggen
Sodome et Grammaire
Gallimard, 2008
19 €

"L’ai-je dit ? Je suis moi aussi, un auteur mélancomique !"

Quatrième de couverture (ou d’ouverture ? ndlr) :
Ou Sodome et Grosso Modo si l’on préfère ! Nous sommes en effet en Presque-Poésie. A l’orée. A l’oreille et Hardy comme il a déjà été dit et redit. Aux bords. Aux confins : entre à-peu-près, pataquès, persiflage – voire franche provocation –et joyeuse parodie. Aux limites imprécises. Là où les frontières sont tantôt floues tantôt fluides. Là où également tous les coups sont permis pourvu qu’ils mettent en évidence les infinies ressources de notre belle langue française tout en le défendant contre qui la voudrait aujourd’hui plus démunie et déshumanisée que jamais ou davantage surchargée de préciosités ridicules. Un uppercut donc – à la Cravan s’entend ! – aux rappeurs Camembert ; un swing ou deux savates aux slameurs pompiers ; une claque en passant à la novlangue technologique ; une solide peignée au branchouille mode d’emploi sans oublier une chiquenaude amicale aux grands ancêtres d’anthologie car nuls n’est parfait, n’est-ce pas ? Surtout pas l’auteur qui dans une ultime pirouette d’autodérision prend congé de lui-même en s’exclamant : salut l’Autiste ! Salut !

Marc_en_regard_de Alain Marc
En regard sur Bertrand Créac’h
poèmes, sculptures et lavis
dumerchez, 2008
20 €

C’est un très beau livre que publie Dumerchez, associant les poèmes d’Alain Marc et les sculptures et lavis de Bertrand Créac’h. Il s’agit là, et on sait que ce n’est pas toujours le cas, d’un véritable dialogue où reproductions des œuvres de Créac’h (très belle qualité éditoriale de l’ouvrage) et textes de Marc (on note aussi l’écho entre les deux noms propres) se parlent, se répondent, s’informent, se donnent à lire mutuellement. Toucher palper sou / peser dit Alain Marc et il réussit ce tour de force que dans leur dépouillement ses mots parviennent à donner ce sentiment de soupeser ces sculptures, d’ouvrir les plus secrètes, d’amplifier la suggestion. Mon travail est silencieux… ce livre ouvre sur le silence, la méditation, monde de clôture / et de médi / tation, la césure ici suggérant aussi la médiation et le dialogue profond entre les deux artistes. Une très belle réussite dans un genre difficile.

Nue_jacques_ancet Revue Nu(e), n° 37
Jacques Ancet
20 €

Trente sept numéros déjà, pour la revue Nu(e) et quand on sait ce qu’est la vie des revues aujourd’hui on ne peut que célébrer et admirer la ténacité tranquille du travail de Béatrice Bonhomme et Hervé Bosio qui régulièrement consacrent à un auteur un des beaux numéros de leur revue.
C’est aujourd’hui Jacques Ancet qui est au cœur du numéro 37, Jacques Ancet que les lecteurs de Poezibao peuvent retrouver sur le site (consulter l’index pour toutes les références). La coordination du numéro a été confiée à Serge Martin qui mène un entretien avec le poète, entretien précédé d’une belle adresse qui dit l’importance de cette œuvre et évoque la situation de Jacques Ancet, « éthique et politique d’une forte discrétion mais d’un aussi fort engagement à suivre une voie – voix conviendrait mieux – qui n’assure de rien, qui a même été le plus souvent à contre-époque alors même qu’en relisant [l’œuvre], on est étonné de son acuité sur le contemporain et par sa force doublement articulée à une grande connaissance des traditions et à une pensée du contemporain le plus vif. Et la première question posée dit bien la teneur de l’entretien : « comment se tenir dans le contemporain pour faire vivre l’écriture poétique ? ». Le numéro comporte aussi des inédits de Jacques Ancet et des contributions de Bernard Noël, James Sacré, Henri Meschonnic, Gaspard Hons parmi de nombreux autres. La présence de Antonio Gamoneda parmi ces contributeurs permet de rappeler que Jacques Ancet est aussi un magnifique passeur de la poésie espagnole et tout particulièrement des œuvres de Gamoneda, Gelman, Valente, ce que permet de constater l’impressionnante bibliographie qui clôt le recueil. 

Bordini Carlo Bordini
Poussière  / Polvere
traduit de l’italien par Olivier Favier, édition bilingue
Éditions Alidades, 2008
5,50 €

Auteur de nombreux recueils de poèmes, de plusieurs essais et d’un roman, Carlo Bordini est encore très peu connu en France et il est heureux de voir qu’un jeune traducteur, Olivier Favier et une petite maison d’édition, Alidades, s’attellent à la belle tâche de le faire connaître. Carlo Bordini est né à Rome le 2 septembre 1938 et il est enseignent-chercheur au département d’histoire de l’Université de Rome La Sapienza où il s’est spécialisé dans l’étude de l’amour et de la famille au dix-huitième siècle.

Polvere est un poème étonnant où l’expérience intime rencontre en un permanent va-et-vient l’infini des choses, dans une manière de prolongement plus lucide que tragique. Il y a quelque chose d’extrême-oriental dans cette façon de lier en miroir le macrocosme et le microcosme, de ménager la fulgurance des passages, de débusquer la parenté de la matière du monde et de la matière vécue. Carlo Bordini le fait dans une langue quasi minérale, dans une manière d’oralité qui est comme de la pensée en train de naître et de prendre corps – une parole qui serait elle-même matière (Olivier Favier).

ndlr : Carlo Bordini fera sous peu son apparition dans l’anthologie permanente de Poezibao.

Vaneaux_jalelrat_lekeuche Philippe Lekeuche
Le feu caché
Éditions des Vaneaux 2007
10 €
&
Jean Jallerat
Chasseur
Éditions des Vaneaux, 2007
10 €

Voici une nouvelle collection, l’Abreuvoir, aux Éditions des Vaneaux, dirigées par Cécile Odartchenko et deux titres. Le premier de Philippe Lekeuche qui est né en 1954 à Tournai, en Picardie belge, le second de Jean Jallerat dont la quatrième de couverture nous apprend qu’il a « longtemps vécu en pays taiseux »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines