Magazine Culture

Notes sur la poésie : Jorge Luis Borges

Par Florence Trocmé

Je me souviens d’une épigramme d’Oscar Wilde qui constate : « Si les formes classiques du vers n’existaient pas, nous serions à la merci du génie » ; ce qui arrive maintenant, puisque tout un chacun se considère génial, ce qui veut dire, irresponsable. Ici sont venus me voir des poètes, qui m’ont lu leurs poèmes, et quand je leur ai demandé une explication, ils m’ont rétorqué que non, qu’ils écrivaient ce qui leur arrivait. Loin d’eux l’idée de responsabilité ; et ce qu’ils publient ce sont les premiers brouillons — qui n’aboutissent pas à des seconds. Et ceci fait l’objet d’admiration. En plus, ils cherchent le vers libre, parce qu’ils le croient à tort plus facile que les formes classiques, et c’est tout le contraire : si vous ne prenez pas la précaution d’être, mettons, Walt Whitman ou Carl Sandburg, ce qu’on appelle vers libre est réellement de la mauvaise prose, disposée typographiquement comme vers. Néanmoins, on pourrait argumenter en faveur de ce vers libre — qui est réellement de la prose négligente ou une prose à laquelle se résigne l’auteur — qu’il convient peut-être d’imprimer comme vers, parce qu’ainsi le lecteur sait ce qu’il doit attendre de ces pages, c’est l’émotion, et non l’information et le raisonnement. Si l’on voit des lignes irrégulières, l’une au-dessous de l’autre, on sait derechef que c’est conçu pour l’émotion. En revanche, si quelque chose est ordonné comme de la prose on peut penser qu’il s’agit de convaincre ou de raconter ; ce qui signifie que le but est narratif ou polémique. (…) La forme classique donne à chacun un schéma, même illusoire, de ce que l’on va faire. Par exemple, si vous vous décidez à écrire un sonnet, vous avez déjà le plan du sonnet, qui peut être de deux tercets, de deux quatrains, ou de trois tercets et d’un distique. Finalement, vous avez déjà la structure, et plus tard cela peut vous aider ; quoique en réalité le sonnet ne dépende pas de ces deux constructions possibles, qui sont toujours identiques.

Jorge Luis Borges, Osvaldo Ferrari, Retrouvailles, dialogues inédits, José Corti, 2003, p. 160-161.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Notes sur la poésie : Pierre Michon

    « Leroi-Gourhan […] parlait du « champ antérieur », dans le Geste et la parole. Le champ antérieur, cette spécificité de l’humain, c’est la main et la bouche,... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Notes sur la poésie : James Sacré

    Faire briller la nuit de la langue, est-ce que voilà pas l’essentielle affaire de l’écriture ? Grande quincaillerie qui remue les casseroles de l’académisme ou... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Notes sur la poésie : Lorand Gaspar

    La langue de la poésie ne se laisse enfermer en aucune catégorie, ne peut se résumer par aucune démonstration. Ni instrument, ni ornement, elle scrute une parol... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Notes sur la poésie : Pierre Chappuis

    Dédicace muette Aussi soucieux soit-on de ne pas en appeler en droite ligne aux sentiments, c’est vers autrui — "mon semblable, mon frère" — que le poème se... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Notes sur la poésie : Jules Supervielle

    Chercher sa pensée Il m’arrive souvent de me dire que le poète est celui qui cherche sa pensée et redoute de la trouver. La trouve-t-il qu’il pourrait bien... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Notes sur la poésie : Jude Stefan

    Et la poésie, elle ? Elle exige une distance dans le langage – on ne poétise pas comme on élabore un roman ou rédige un pamphlet –, elle ne peut répondre à un... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Notes sur la poésie : Bernard Noël

    Quiconque s’engage dans l’écriture sent bien que le langage n’est pas toujours la mémoire des choses, mais plus souvent la rumeur d’un monde antélangagier, que... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

LES COMMENTAIRES (1)

Par roca
posté le 29 décembre à 11:39
Signaler un abus

Sur ce site vous trouverez qqs poèmes de Jorge Luis Borges mis en musique et chanté par le compositeur et interprète Vicente Monera http://www.musicaypoemas.com/

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines