Magazine Cuisine

Soulagement pour les gourmets: le camembert AOC de Normandie devrait rester fabriqué au lait cru

Par Eparsa

La guerre du camembert
Ces derniers, Lactalis (Président, Bridel, Lepetit, Lanquetot...) et Isigny Sainte-Mère, qui représentaient à eux deux plus de 80% de la production de camemberts AOC, réclamaient que l'utilisation du lait cru pour un camembert "certifié d'origine" soit facultative, afin de leur permettre d'utiliser du lait "microfiltré" ou chauffé à plus de 37 degrés. Raison invoquée: d'hypothétiques risques sanitaires.

Pour faire pression, ces deux poids lourds avaient annoncé en mars 2007 l'abandon "momentané" de l'appellation. L'INAO, le gardien du temple des AOC, avait alors dénoncé une tentative de "chantage". Et les petits producteurs avaient expliqué que l'argument sanitaire des gros industriels masquait en réalité les problèmes techniques que leur posait le lait cru.

Un syndicat de fromagers AOC
Face à cette offensive des industriels, les fabricants artisanaux, qui ne sont plus qu'une dizaine actuellement - Graindorge, La Perelle, Moulin de Carel, Jort... - avaient décidé de s'unir en créant un nouveau syndicat de fromagers AOC avec la bénédiction de l'administration, soucieuse de désamorcer le conflit.

Ce syndicat a voté fin février "à plus de 55% des voix en faveur du maintien du lait cru obligatoire pour la fabrication du camembert AOC", a indiqué l'un des producteurs artisanaux, Thierry Graindorge. Après ce vote, une commission d'enquête de l'institut national de l'INAO a émis un avis qui sera présenté cet été à l'assemblée plenière du comité national des AOC. Cet avis n'est pas encore rendu public mais les sources proches du dossier confirment le maintien du lait cru. Une belle victoire du pot de terre contre le pot de fer. "On est soulagés", indiquait simplement Thierry Graindorge mardi 11 mars.

Un comité de défense du véritable camembert de Normandie, créé n avril 2007, avait réuni plusieurs milliers de signatures pour sauver ce fleuron de la gastronomie française. Pour Francis Rouchaud, secrétaire général de ce comité de défense, "la guerre a fait du tort à l'ensemble de la profession. C'était suicidaire pour l'activité. Maintenant, il faut reconstruire." Et les gastronomes amateurs de bons fromages vont se faire un plaisir de les aider. Tout est bien qui finit bien: l'honneur est sauf pour l'AOC, qui reste gage de qualité pour les gourmets, et il l'est aussi pour le camembert, le produit français le plus populaire dans le monde.

SOURCE : France 2 / Laure Narlian



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eparsa 1770 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines