Magazine Cuisine

Week-end des Grands Crus : Saint Emilion 2010 (fin)

Par Daniel Sériot


Les lecteurs anglophones pourront lire la traduction sur webflakes (Diary of Lover of right bank), avec quelques billets de décalage... Lire ICI

P1030377

Cette deuxième série de commentaires conclut la dégustation des vins de Saint Emilion au week-end des Grands Crus. Comme on peut le constater, la qualité globale est homogène, avecun potentiel important de grands vins, après un vieillissement en bouteille qui pourrait être long (une quinzaine d’années) pour commencer à les apprécier. Les vins sont richement dotés en alcool, mais beaucoup plus équilibrés et frais, en bouche et en finale, que ceux du millésime 2009 grâce à la bonne acidité inhérente au millésime, qui s’associe parfaitement et harmonieusement à l’importance masse tannique des vins de ce millésime.

Grand Mayne

Le nez, ouvert et net, évoque les fruits noirs, nuancés d’épices douces et d’élevage de qualité en retrait. La bouche est veloutée, avec des tannins serrés et mûrs enrobés par une chair bien formée, le vin prend de la puissance et de la densité dans un centre fruité. La finale est très persistante soutenue, expressive, un rien chaleureuse : noté 16,5

P1030370

La Dominique

Des arômes légèrement toastés associés à ceux de cerises noires, de mûres et d’épices s’expriment nettement à l’agitation. L’attaque est très veloutée, avec des tannins fins et mûrs, le vin s’allonge, avec un corps compact, rehaussé de fruits gourmands. La finale est très persistante, d’une bonne douceur tactile, appuyée, avec des fruits avenants et épicés : noté 17

La Gaffelière

L’olfaction est pure et intense, avec des arômes de violettes, de cerises noires, d’épices douces, et des notes de cassis. La bouche est pulpeuse, dans une construction longiforme, finement texturée, le centre est consistant, charnu, agrémenté de fruits purs. La finale est longue, précise, bien dessinée, fraîche, savoureuse : noté 17,5

Larcis Ducasse

Le nez, ouvert et séduisant, évoque les cerises noires, les mûres sauvages, les épices variées, avec des notes de violettes, et d’élevage de qualité en retrait. La bouche est fondante, avec des tannins fins habillés par une belle chair soyeuse, un milieu de bouche dense au toucher délicat, rehaussé de fruits purs et intenses. La finale est longue, pure, voluptueuse, harmonieuse, d’une belle richesse aromatique : noté 18

Larmande

L’agitation offre des arômes de petites baies noires, d’épices, et d’élevage. La bouche est souple en attaque, très veloutée, avec davantage de rondeur, dans un centre fruité. La finale, d’une bonne fraîcheur, est un peu plus tannique, soulignée par des fruits plaisants et des épices douces : noté 16

Pavie Macquin

L’olfaction est intense et séduisante, avec des arômes de fruits noirs (cerises et cassis), de boites à épices, et des notes de réglisse. La bouche est puissante, avec des tannins mûrs tramés serrés qui donnent de la profondeur et de la sphéricité, dans un milieu de bouche, velouté, charnu, agrémenté de fruits purs et expressifs. La finale est longue, d’une bonne douceur tactile, d’une très bonne fraîcheur, pleine, très fruitée, épicée, et réglissée : noté 18

P1030381

Soutard

Des fruits noirs mûrs épicés s’expriment à l’aération. La bouche, fruitée, est droite, tonique, avec des tannins un peu fermes et structurants, enrobés par une chair de bon aloi. La finale est persistante, bien tenue par les tannins du vin, fruitée et épicées : noté 16/16,5

Troplong Mondot

Le nez, crémeux et ouvert, évoque les cerises noirs kirschées, les épices variées, le café, le moka, le pain légèrement grillé, avec des notes de violettes et de réglisse. La bouche est généreuse, voluptueuse, avec des tannins fins et serrés, qui donnent de la concentration, et une grande densité, dans le milieu bouche rehaussé de fruits bien mûrs et expressifs. La finale est longue, pulpeuse, charnue, très pleine, avec des saveurs soutenues évoquées à l’olfaction : noté 18,5

Trottevieille

Des arômes de cerises, de violettes, de fines épices, et d’élevage sont nettement perceptibles à l’agitation. L’attaque est souple, très veloutée, puis le vin s’allonge, avec des tannins fins enrobés par une chair délicate, et une bonne consistance dans un centre élégant et fruité. La finale est étirée, fraîche, bien dessinée, avec des tannins légèrement plus fermes, d’une bonne expression aromatique (fruits, épices, fleurs) : noté 16/16,5


P1030380


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Daniel Sériot 20615 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines