Magazine Culture

(anthologie permanente) Jean-Luc Despax

Par Florence Trocmé

Jean-Luc Despax publie 9.3 blondes light au Temps des Cerises. Préface signée Serge Pey.  
 
Cigarette 3 
À durée déterminée 
 
Tapotons sur l’I-Phone ou sur le Blackberry 
J’ai reçu ton message et le taf est fini 
Jusqu’à demain matin, ah le pur CDD 
Alors on fait la fête ou bien tu es crevée ? 
Quand le métro se bonde et que nous nous pressons 
Les uns contre les autres en ignorant le nom 
De ceux qui, comme nous, se croient trop isolés 
Il semble que la rame oublie l’Égalité 
Je sors à Michel-Ange, ouvrez-moi s’il vous plaît !  
Le DRH attend que je nettoie ses plaies… 
Pour être professeur, ma copine est caissière 
Le prix des raviolis a doublé depuis hier 
Nous pourrions aussi bien éteindre nos portables 
Pour apprécier la vie dans ce qu’elle a de stable 
Montrer aux cadres de le RATP 
Que l’avenir s’accroche au train Fraternité 
Comme le sang afflue, remonter à l’air libre 
Habillés mais tous nus, sobres par soif de vivre 
Résolus d’inventer notre 68 
Tous ensemble bien sûr et jamais plus la fuite 
Nation nous marcherions, courrions vers l’Assemblée 
La foule a mon visage : elle s’est regardée.  
 
• 
 
Cigarette 24 
Le Second 
 
« le premier qui compara la femme à une rose 
Était un poète. Le second un imbécile. » 
 
Le deuxième poète qui compara la femme à une rose 
Était donc un imbécile. Le troisième fut un homme.  
 
Le premier imbécile qui compara une rose à une femme 
Était un horticulteur. Le second lui fit de la concurrence.  
 
La première rose qui compara une femme 
À une imbécile était jalouse. La seconde était avocate.  
 
La première femme qui compara un homme à une rose 
Avait la tête ailleurs. La seconde lui confia tous ses problèmes.  
 
Le premier poème qui se lança comme une fleur dans les comparaisons 
Inventa la métaphore. Les imbéciles trouvèrent la chose épineuse.  
 
Le premier qui me dit que mon poème est nul le lui en offre 
Vingt-quatre. Le second, je le compte pour rien.  
 
• 
 
Cigarette 31 
Actéon poétique 
 
Sexus 
Plexus 
Nexus 
Pas dans la boîte à gants de la Lexus 
Et pas de gants non plus d’ailleurs, sus ! 
Pas de gants mais un gun 
Car la roulette est russe 
 
Plus d’une saison en Enfer 
Amazones.fr 
O tous ces phallus de leur mère 
Abîmant les naïfs 
Pour « liquider » le père 
A plus de 80 la consultation 
Fallait fermer les yeux, Actéon.  
 
Jean-Luc Despax, 9.3 blondes light, préface de Serge Pey, Le Temps des Cerises, 2015, pp. 12, 45 et 55.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 13853 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines