Magazine Poésie

Qu'autres que vous soient désirées

Par Vertuchou

Qu’autres que vous soient désirées,
Qu’autres que vous soient adorées,
Cela se peut facilement ;
Mais qu’il soit des beautés pareilles
À vous, merveille des merveilles,
Cela ne se peut nullement.

Que chacun sous telle puissance
Captive son obéissance,
Cela se peut facilement ;
Mais qu’il soit une amour si forte
Que celle-là que je vous porte,
Cela ne se peut nullement.

Que le fâcheux nom de cruelles
Semble doux à beaucoup de belles,
Cela se peut facilement ;
Mais qu’en leur âme trouve place
Rien de si froid que votre glace,
Cela ne se peut nullement.

Qu’autres que moi soient misérables
Par vos rigueurs inexorables,
Cela se peut facilement ;
Mais que de si vives atteintes
Parte la cause de leurs plaintes,
Cela ne se peut nullement.

Qu’on serve bien lorsque l’on pense
En recevoir la récompense,
Cela se peut facilement ;
Mais qu’une autre foi que la mienne
N’espère rien, et se maintienne,
Cela ne se peut nullement.

Qu’à la fin la raison essaie
Quelque guérison à ma plaie,
Cela se peut facilement ;
Mais que d’un si digne servage
La remontrance me dégage,
Cela ne se peut nullement.

Qu’en ma seule mort soient finies
Mes peines et vos tyrannies,
Cela se peut facilement ;
Mais que jamais par le martyre
De vous servir je me retire,
Cela ne se peut nullement.

François de Malherbe — Chansons

Partager cet article

Repost 0
Qu'autres que vous soient désirées
&version;

Vous aimerez aussi :

Un voilier passe…
Un voilier passe…
Vénus anadyomène
Vénus anadyomène
A Jeanne
A Jeanne
 Per te praesentit aruspex
Per te praesentit aruspex

Poètes D'hier

« Article précédent

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vertuchou 93 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine