Magazine Cuisine

Hostellerie Bérard Restaurant

Par Gourmets&co

L'entrée dans le village

Une affaire familiale avec le fils en cuisine

C’est un village perché sur une colline de Provence proche de Bandol, comme on les imagine : les ruelles aux maisons colorées, les platanes, les terrasses de café, les fenêtres ouvertes, les gens qui parlent et qui disent bonjour quand on les croisent. C’est une maison comme les autres dans ce village sauf qu’elles sont plusieurs reliées entre elles par des ruelles et des couloirs pour former une hostellerie.

Le chef, Jean-François Bérard

C’est une famille un peu comme on en rêve, beaucoup comme on les aime. Il y a le père, René, chef des cuisines depuis si longtemps et qui donna une étoile au restaurant il y a onze ans déjà. Il y a le fils Jean-François qui a commencé par regarder le père, puis l’aider, pour finalement prendre en main les cuisines tandis que René continue de donner des cours. Transmission et partage, comme on dit, mais ici avec du sens et du vécu.

La salle est superbe avec ses grandes baies vitrées sur la nature environnante en cinémascope. Tables espacées, ambiance agréable, service aux petits soins, tout concours à se sentir bien. En maîtresse de maison immuable, l’œil à tout, enchantée de la réussite de ses deux hommes, Madame Bérard mère est l’âme de la maison.

Ce soir-là, pris dans sa carte gastronomique (il possède aussi un bistrot sur des plats plus typiquement provençaux), quelques plats bien représentatifs de son style.

Velouté de potiron © Gourmets&Co

De saison, le Velouté de potiron est rehaussé de brisures des fameuses châtaignes de Collobrières. Issu de son potager, le légume est goûteux à souhait et l’ensemble est présenté avec délicatesse.

Terrine de sanglier © Gourmets&Co

La Terrine de sanglier, abondant dans la région, est plaisante, accompagnée d’une ribambelle de petites choses dont un chutney de poire. Le sanglier n’y retrouverait pas ses marcassins…

Bœuf Charolais © Gourmets&Co

La belle pièce de Bœuf Charolais avec ses pommes de terre Mona Lisa (du potager aussi), foie gras poêlé, jus corsé au mourvèdre relevé à la moelle est à nouveau très construit, d’une manière un peu désuète, avec une cuisson à basse température qui rend la viande un peu molle, le tout manquant de saveurs franches et tranchées.

Le Chocolat © Gourmets&Co

Dessert dans le même esprit, chocolat sur une variation des textures, en soufflé et en crémeux, et dérangé plus que potentialisé par un chutney au citron confit et une glace à l’anis étoilé.

La carte des vins de la région permet de piocher quelques perles à prix assez doux, contrairement au restaurant où il vaut mieux se centrer sur les menus plutôt que la carte qui monte vite.

La Provence…
6, avenue Gabriel Péri
83740 La Cadière d’Azur
Tél : 0494 90 11 43
www.hotel-berard.com
Fermé du 8 janvier au 10 février – Fermé lundi
Fermé mardi sauf le soir du 10 juillet au 15 septembre

Menu déjeuner en semaine : 36 € (3 plats)
Menus : 58 € – 169 €
Carte : 100 € environ

Hôtel :
38 chambres de 103 € à 376 €
Petit déjeuner : 22 €

Uner partie de l'hôtel
Brisures de châtaigne © Gourmets&Co


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gourmets&co 36539 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines