Magazine Coaching

intervention de Michel Maffesoli, sociologue : Qu’en est-il de la postmodernité ?

Par Levidepoches
            

Il est, certes, toujours bien délicat de « touiller               » dans les marmites du futur. On peut, cependant, donner quelques               indications, rassembler quelques indices, et ce afin d’indiquer               des grandes tendances. D’autant que l’on voit revenir,               légèrement modifié, ce que l’on avait               cru dépassé. Pour être plus précis, il               ne s’agit pas là d’un « éternel               retour » du même, mais, ainsi que l’indiquait               en son temps le philosophe Nicolas de Cuse, d’une croissance               prenant la forme de la spirale. Pour le dire plus nettement encore,               si une définition, provisoire de la postmodernité               devait être donnée, ce pourrait être : «               la synergie de phénomènes archaïques et du développement               technologique ». C’est ainsi que, pour reprendre les               grands thèmes explicatifs de la modernité : État               - nation, institution, système idéologique, on peut               constater, pour ce qui concerne la postmodernité, le retour               au local, l’importance de la tribu et le bricolage mythologique.             

>> DOCUMENTS JOINTS             

              http://www.miviludes.gouv.fr/IMG/pdf/Michel_Maffesoli.pdf             

Sur la Post-modernité             
            Michel Maffesol
i             

Qu'en est-il de la postmodernité ?
             
              Il est, certes, toujours bien délicat de "touiller"               dans les marmites du futur. On peut, cependant, donner quelques               indications, rassembler quelques indices, et ce afin d'indiquer               des grandes tendances. D'autant, que l'on voit revenir, légérement               modifié , ce que l'on avait cru dépassé. Pour               être plus précis, il ne s'agit pas là d'un "éternel               retour" du même, mais, ainsi que l'indiquait en son temps               le philosophe Nicolas de Cuse , d' une croissance prenant la forme               de la spirale. Pour le dire plus nettement encore, si une définition,               provisoire,de la postmodernité devait être donnée               , ce pourrait être : "la synergie de phénoménes               archaïques et du développement technologique".
              C'est ainsi, que pour reprendre les grands thémes explicatifs               de la modernité : état - nation, institution, systéme               idéologique, on peut constater, pour ce qui concerne la postmodernité,               le retour au local, l'importance de la tribu et le bricolage mythologique.             

Tout d'abord le local.
             
              Premier indice de l'hétérogénéisation               galopante parcourant nos sociétés. Il est intéressant,               à cet égard, de noter le retour en force, dans les               divers discours sociaux, de termes tels que "pays", "territoire",               "espace", toutes choses renvoyant à un sentiment               d'appartenance renforcé, au partage émotionnel. En               bref, au fait que le lieu fait lien. Un lien, donc, qui n'est pas               abstrait, théorique, rationnel. Un lien qui ne s'est pas               constitué à partir d'un idéal lointain, mais,               bien au contraire, se fonde, organiquement, sur la commune possession               de valeurs enracinées : langue, coutumes, cuisine, postures               corporelles. Toutes choses quotidiennes, concrétes, alliant               en un paradoxe, qui n'est pas qu'apparent, le matériel et               le spirituel d'un peuple. Il y a lieu de réfléchir               là-dessus : un tel matérialisme spirituel, vécu               localement, est cela même qui va, de plus en plus, prendre               la place du politique en ses diverses modulations.             

Enracinement dynamique étant cause et effet de la fragmentation               institutionnelle. En effet, les diverses institutions sociales,               devenues de plus en plus abstraites et désincarnées,               ne semblent plus en prise avec l'exigence réaffirmée               de proximité. D'où l'émergence d'un néo-tribalisme               postmoderne reposant sur le, toujours et à nouveau, besoin               de solidarité et de protection caractérisant tout               ensemble social. Dans les jungles de pierre que sont les mégapoles               contemporaines, la tribu joue le rôle qui était le               sien dans la jungle stricto sensu.
              Ainsi, il est frappant de voir que les diverses institutions ne               sont plus ni contestées ni défendues. Elles sont tout               simplement "mitées", et servent de niches à               des micro-entités fondées sur le choix et l'affinité.               Affinités électives que l'on retrouve au sein des               partis, des universités, syndicats et autres organisations               formelles, et fonctionnant selon les régles de solidarité               d'une franc-maçonnerie généralisée.               Et ce, bien sûr, pour le meilleur et pour le pire. Tribus               religieuses, sexuelles, culturelles, sportives, musicales, leur               nombre est infini, leur structure est identique : entraide, partage               du sentiment, ambiance affectuelle. Et l'on peut supposer qu'une               telle fragmentation de la vie sociale soit appelée à               se développer d'une maniére exponentielle, constituant               ainsi une nébuleuse insaisissable n'ayant ni centre précis,               ni périphéries discernables. Ce qui engendre une socialité               fondée sur la concaténation de marginalités               dont aucune n'est plus importante qu'une autre.             

C'est une telle structure sociale qui induit ce que l'on peut appeler               le bricolage mythologique. Il n'est, peut être, pas opportun               de parler de la fin des idéologies. Par contre il est possible               de constater leur transfiguration. Elles prennent une autre figure.               En la matiére celle de petits récits spécifiques,               propres, bien sûr, à la tribu qui en est détentrice.               Les " grands récits de référence "               se particularisent, s'incarnent, se limitent à la dimension               d'un territoire donné. D'où les pratiques langagiéres               juvéniles, le retour des dialectes locaux, la recrudescence               des divers syncrétismes philosophes ou religieux
              La vérité absolue ,qu'il faut atteindre, se fragmente               en vérités partielles qu'il convient de vivre. Ce               qui dessine bien les contours de la structure mythologique. Chaque               territoire, réel ou symbolique, sécréte en               quelque sorte son mode de représentation et sa pratique langagiére               "Cujus regio cujus religio". D'où la babélisation               potentielle que l'on emploie, communément, à dénier               en invoquant le spectre de la globalisation. En fait, il y a bien               des uniformisations mondiales : économiques, musicales, consommatoires,               mais il faut s'interroger sur leur véritable prégnance.               Et se demander si la véritable efficace n'est pas à               chercher du côté des mythes tribaux et de leur aspect               existentiel. La communication en réseaux, dont Internet est               une bonne illustration, forcerait ainsi, à repenser en ce               sens, pour la postmodernité, "l'universel concret"               de la philosophie hégélienne.
              Si l'on s'accorde, à titre d'hypothése, sur un local               tribal générant des petites mythologies, quel pourrait               être son substrat épistémologique ? Empiriquement,               il semble que l'Individu, l'Histoire et la Raison laissent, peu               ou prou, la place à la fusion affectuelle s'incarnant au               présent autour d'images communielles.             

Le terme d'individu, ai-je dit, ne semble plus de mise. En tout               cas dans son sens strict. Peut-être faudrait-il parler, pour               la postmodernité d'une personne ("persona") jouant               des rôles divers au sein des tribus auxquelles elle adhére.               L'identité se fragilise. Les identifications multiples, par               contre, se multiplient.
              Les grands rassemblements musicaux, sportifs, consommatoires en               font foi. Dans chacun de ces cas il s'agit de se perdre dans l'autre.               "Dépense", au sens de G. Bataille, comme recherche               de la fusion. Tout un chacun n'existe que dans et par le regard               de l'autre. Et ce, que l'autre soit celui de la tribu affinitaire,               que ce soit l'altérité de la nature, ou le grand Autre               qu'est la déité. Fusions, confusions de divers ordres               qui ne sont pas sans rappeler le mythe dionysiaque. Il s'agit là               d'un processus qui est rien moins qu'exceptionnel, mais qui renvoie,               au contraire, à la simple réalité quotidienne.               Nombreux sont les phénoménes de la vie courante qui               sont, sans cela, incompréhensibles. Dans tous les domaines               le "devenir mode" du monde est à l'ordre du jour.               Et les "lois de l'imitation", proposées, d'une               maniére inactuelle, par Gabriel Tarde semblent être               la régle actuellement.             

En bref ce n'est plus l'autonomie : je suis ma propre loi, qui               prévaut, mais bien l'hétéronomie : ma loi c'est               l'autre.
              Peut-être est-ce là le changement paradigmatique le               plus important. Il va de pair avec cette inversion du temps qui               fait que c'est moins l'Histoire linéaire qui importe que               les histoires humaines. "Einsteinisation" du temps, a-t-on               pu dire. C'est-à-dire que le temps se contracte en espace.               En bref, ce qui va prédominer est bien un présent               que je vis avec d'autres en un lieu donné. De quelque maniére               qu'on puisse le nommer, un tel "présentéisme"               va contaminer les représentations et pratiques sociales,               en particulier juvéniles. C'est un "carpe diem",               d'antique mémoire, traduisant bien un hédonisme diffus.               La jouissance n'est plus reportée à quelques hypothétiques               "lendemains qui chantent", elle n'est plus espérée               dans un paradis à venir, mais bien vécue, tant bien               que mal, au présent.
             
              En ce sens le présent postmoderne rejoint la philosophie               du "kairos" qui mit l'accent sur les occasions et les               bonnes opportunités. L'existence n'étant, en quelque               sorte, qu'une suite d'instants éternels qu'il convient de               vivre, au mieux, ici et maintenant. Peut-être faut-il rappeler,               ici, une distinction d'importance. Celle du drame et du tragique.               Autant le drame, en son sens étymologique, évolue,               est tendu vers une solution possible, toutes choses que l'on retrouve               dans le bourgeoisisme moderne, autant le tragique est "aporique",               c'est-à-dire ne recherche pas, n'espére pas des solutions,               des résolutions. On peut même dire qu'il repose sur               la tension des éléments hétérogénes.             

Dernier point, enfin, du substrat épistémologique               postmoderne, c'est l'importance que va prendre l'image dans la constitution               du sujet et dans celle de la société. Là encore               on ne peut être qu'allusif, et renvoyer aux analyses qui ont               abordé en tant que tel ce probléme. Il suffit de rappeler               que, dans la foulée de la tradition judéo-chrétienne,               la modernité a été, essentiellement, iconoclaste.               Tout comme, dans la tradition biblique, l'icône ou l'idole               ne permettait pas d'adorer le vrai Dieu, "en esprit et en vérité",               l'image ou l'imaginaire, de Descartes à Sartre, entravaient               le bon fonctionnement de la raison. Souvenons-nous ici, de l'expression               philosophique devenue proverbe populaire, et qui fait de l'imagination               la "folle du logis". Stigmatisation qui marqua, profondément,               nos modes de pensée, et toute notre sensibilité théorique.
              Or qu'observe-t-on de nos jours sinon le retour en force de cette               image niée ou déniée ? Image publicitaire,               image télévisuelle, image virtuelle. Rien n'est indemne.               "Image de marque" intellectuelle, religieuse, politique,               industrielle, etc., tout et toutes choses doivent se donner à               voir, se mettre en spectacle. On peut dire, dans une optique weberienne,               que l'on peut comprendre le réel à partir de l'irréel               (ou de ce qui est réputé tel). Il se trouve que, durant               la modernité, le développement technologique avait,               durablement, désenchanté le monde. On peut dire que,               pour ce qui concerne la postmodernité naissante, c'est la               technologie qui favorise un réel désenchantement du               monde.
             
              Afin de bien accentuer un tel phénoméne on peut parler               de la (re)naissance d'un "monde imaginal". C'est-à-dire               d'une maniére d'être et de penser traversée,               entiérement, par l'image, l'imaginaire, le symbolique, l'immatériel.              
              De quelque maniére dont cet "imaginal" puisse s'exprimer               : virtuel, ludique, onirique, il va être là, présent               et prégnant, il ne sera plus cantonné dans la vie               privée et individuelle, mais sera élément constitutif               d'un être-ensemble fondamental. C'est tout cela qui peut faire               dire que le social s'élargit en socialité en intégrant,               d'une maniére holistique, des paramétres humains que               le rationalisme moderne avait laissé de côté.               L'imaginal est, ainsi, une autre maniére de rendre attentif               à la société complexe, à la solidarité               organique qui s'amorce, à la "correspondance",               dans le sens baudelairien, entre tous les éléments               de l'environnement social et naturel.             

L'époque est, peut-être, plus attentive à l'impermanence               des choses les plus établies. Ce qui est certain, c'est que               l'émergence, de valeurs archaïques que l'on avait cru,               totalement, dépassées, doit nous rendre attentif au               fait que si les civilisations sont mortelles, la vie, quant à               elle, curieusement, perdure. Ainsi, en n'accordant pas à               ce terme un statut conceptuel par trop rigide, la postmodernité               naissante nous rappelle que la modernité fut une "postmédiévalité",               c'est-à-dire qu'elle permit une nouvelle composition de l'être-ensemble.
              Devenir spiralesque du monde ! Quand cesse l'évidence d'une               idée sur laquelle s'était fondée une civilisation               donnée, une autre constellation prend naissance intégrant               certains éléments de ce qui a été, et               redonnant vie à certains autres qui avaient été               déniés.             

C'est en ayant ce schéma à l'esprit que l'on peut,               d'une maniére non judicative, non normative, épiphaniser               les grandes caractéristiques de l'épistémé               postmoderne. Ce que M. Foucault a, bien, fait pour la modernité               reste à faire pour l'époque qui s'annonce. Il s'agit               là d'un défi d'envergure nécessitant une posture               intellectuelle audacieuse. Défi à relever si l'on               ne veut pas que la pensée soit marginalisée. D'autant,               ainsi que le rapportait Victor Hugo, en une autre époque,               "rien n'arrête une idée dont le temps est venu".

                         Bibliographie             Y. Boisvert , l'Analyse Postmoderniste,l'Harmattan, 1997
              L. Dumont , Essais sur l'individualisme, Le Seuil,1983
              G. Durand, Les Structures anthropologiques de l'imaginaire, Bordas,               1960.
              G. Durand, Beaux arts et archétypes, PUF, 1986.
              M. Maffesoli, L'Ombre de Dionysos (1982), Le Livre de Poche, 1991.
              M. Maffesoli, Le Temps des tribus (1988), Le Livre de Poche, 1991.
              M. Maffesoli, La Transfiguration du politique (1992), Le Livre de               Poche, 1995.
              M. Maffesoli, La Contemplation du monde (1993), Le Livre de Poche,               1996.
              E. Morin, Pour entrer dans le XXIe siécle.
              S. Moscovici, Hommes sauvages, hommes domestiques, Bourgeois, 1974.
              S. Moscovici, La Machine à faire les dieux, fayard, 1990.

http://www.miviludes.gouv.fr/spip.php?article111&iddiv=3
http://www.ceaq-sorbonne.org/maffesoli/articles.htm


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Levidepoches 33 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog