Magazine Séries

Everwood : 4.13 Les risques de la prévention

Publié le 19 août 2008 par Tao

Un épisode moyen pour changer dans Everwood. A part la très bonne intrigue de Kyle et Ephram, le reste est plutôt moyen. Toutes les intrigues sont néanmoins liées par le même thème de la génétique ou tout du moins du corps que l’on ne peut contrôler. Kyle doit faire face à son homosexualité qu’il n’a pas choisit, Ellie la patiente d’Andy doit vivre avec son corps tout en sachant que comme sa mère et sa soeur elle risque d’avoir un cancer. Harrold ne peut nier le cancer de Rose l’année dernière et Bright et Hannah font face à un empoisonnement alimentaire.

L’intrigue de Kyle prend une toute autre tournure et est toujours aussi bien mise en scène. La complicité des deux garçons est très jolie et voir Ephram essayer d’aider son protégé nous offre une toute autre facette du personnage qui est de plus en plus mature mais qui ressemble de plus en plus à son père dans sa manière de gérer sa vie avec ses réussites et ses échecs. En quelque sorte Ephram essaye de revivre ses années de lycée à travers Kyle. Peut être car ça a été des années assez heureuses pour lui. Dures certes mais heureuse malgré tout car il a appris beaucoup en venant vivre à Everwood et essaye de faire partager à Kyle son expérience. Le refus d’Ephram d’envisager la possibilité que Kyle soit gay est aussi très représentative de ce déni. Comme il le dit, il n’est pas homophobe mais d’une certaine façon cela le dérangerait. Il est malgré tout toujours près à aider Kyle envers et contre tout et la performance du jeune Steven McQueen est très touchante.

L’intrigue médicale d’Andy n’est pas trop mal. L’une de ses jeunes patientes passe un test pour savoir si elle a un gène la prédisposant au cancer. Le résultat positif la pousse à voir les choses différemment mais l’idée de cette mastectomie préventive m’a semblé horrible et excessive. Heureusement, on ne va pas jusque là. La dernière scène entre Andy et Ellie était par contre très bonne et très humaine. Elle décide de vivre tout en connaissant les risques. Elle essayait juste d’éviter à tout le monde les pleurs mais elle se rend compte que cela est impossible et qu’il faut vivre vec. On nous montre à nouveau qu’Andy est un très bon médecin, c’est dans ce domaine qu’il excelle. Il est clairement dans son élément, là où il est souvent dans l’inconnu face à ses propres enfants. Par contre que Andy parle de ce cas médical à Harrold, rien de plus normal comme c’est son associé. Mais Harrold a t’il oublié son serment d’Hippocrate en parlant de cette jeune fille avec Rose ?

Bright et Hannah nous ressort un duo comique mais j’ai moyennement adhéré. Ils tentent de sortir leur couple de la routine et se retrouve avec un empoisonnement alimentaire. Adjoindre Harrold était une excellente idée, ça a amplifié le côté marrant avec le docteur Abbott qui prend des photos de son cas médical du jour. Il peut bien faire cela, c’est assez rare de voir Harrold avec une vraie intrigue médicale à traiter.

Du côté de l’adoption, j’ai trouvé bizarre que les Abbott se lancent corps et âme dans les documents d’adoption alors qu’il y a deux semaines, ils s’interrogeaient encore sur cette possibilité. Harrold s’interroge aussi au moment de remplir la partie médicale des documents. Doit il ou pas parler du cancer de Rose ? Ce qui ruinerait sans doute leurs chances d’adoption. Cela nous renvoie à nous même. On a déjà tous reçu un questionnaire quel qu’il soit où l’on a menti ou eu envie de mentir et j’ai trouvé cela très humain comme comportement. Harrold décide de mentir mais il devra sans doute en payer les conséquences à un moment ou à un autre et cela risque de lui apporter des problèmes dans son couple. Car on sait combien Rose tient à cette adoption.

Et puis comme souvent dans Everwood on a droit aux mondes parallèles. Un épisode sans Nina et Jake et quasiment sans Amy que l’on aperçoit vaguement. On a passé sous silence cette semaine son implication au centre de planning familial et la possibilité d’Andy de donner des cours à l’université. Et à nouveau on termine l’épisode avec Andy et Ephram assis l’un en face de l’autre. Et cette dernière scène résume parfaitement la série. Everwood, c’est quelque part entre le père et le fils.

  Classé dans Everwood, tags : gregory smith, treat williams Laisser une réponse  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tao 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines