Magazine

L'Un Contre L'Autre - Un film de Jan Bonny - Allemagne

Publié le 04 mai 2008 par Kilucru
L'Un Contre L'Autre - Un film de Jan Bonny - Allemagne
L'Un Contre L'Autre
Titre original : GEGENüBER (Allemagne)
Un film de Jan Bonny avec Matthias Brandt, Victoria Trauttmansdorff, Wotan Wilke Möhring
Synopsis
Toujours calme et réfléchi, Georg (Matthias Brandt )est un policier apprécié par tous ses collègues. Son partenaire Michael, plus jeune que lui, admire aussi Georg pour l’harmonie qui règne apparemment dans le couple qu’il forme avec Anne(Victoria Trauttmansdorff), une séduisante institutrice.
Mais alors que Georg monte en grade, le voilà qui perd toujours davantage le contrôle sur la façade soigneusement entretenue de sa vie de famille «intacte». Peu à peu, les conflits qui rythment l’existence d’Anne et de Georg depuis des années filtrent vers l’extérieur: le combat désespéré d’Anne pour être reconnue, et les traces des violences conjugales, désormais impossibles à dissimuler...
Sous le sapin de Noël, la tragédie s’amorce – «Mais c’est pas un drame, Anne!» – Si, c'en est un
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°L'Un Contre L'Autre - Un film de Jan Bonny - Allemagne Noir c’est noir. Ou quand la routine, les petits riens de la vie d’un couple dépassent les petites vexations, brimades occasionnelles pour s’ouvrir vers l’enfer quotidien. Le film le plus sombre, le plus amer qu’il m’ait été donné à voir ces derniers temps. J’en garde un gout bizarre en bouche, bon sang je n’étais pas, mais alors pas du tout avachi dans mon fauteuil, je remuais plutôt des fesses mal à l’aise, crispais les poings et je ne suis pas certain que mon regard n’ait pas fuit l’écran l’espace de deux ou trois secondes.
Terrible sentiment de me sentir piégé entre l’hystérie tout au moins la névrose de l’épouse et cette impassibilité, faite d’un mélange de peur, d’immobilisme du mari, une paralysie étouffante. Aux cris répond le silence, et celui-ci attise la haine, le mot est il trop fort sans doute, mais les coups pleuvent.
Nous sommes Dimanche, j’ai vu ce film Samedi et il continue de me hanter. Cette chronique d’un amour révolu, l’est il vraiment, qu’en subsiste-il ? Non la peur d’un coté alliée à la faiblesse, la honte et la jalousie de l’autre crée un mélange explosif. Ici il n’y a pas les mots pour le dire, à peine un « ce n’est pas grave » qui agit plutôt comme une goutte d’huile sur le feu.
Voila un film terrible et je pèse le mot, non l’inversion de ce qui est le plus fréquent femme battue, homme bourreau n’explique pas ce gros, cet immense malaise. Mais cette situation va crescendo, dépasse l’intimité, les murs même du foyer, là où nos deux personnages perdent totalement le contrôle, l’on voudrait crier stop ! Arrêtez les frais, séparez-vous, reprenez un semblant de contrôle au moins, mais nous sentons bien qu’un point a été franchi, quelle sera l’issue !
J’ai entendu des réactions du style, je schématise » too Much », « impossible » et pourtant même en réduisant l’allure ce film et son sujet resteront comme un stupéfiant et douloureux constat.
Sillonnez le web, les avis sur ce film sont multiples, les différentes facettes des deux « héros d’une infortunée histoire d’ »a /non /mour « usée, sources de nombre de commentaires.
Pour son premier film, Jan Bonny ose s'aventurer sur un terrain difficile et s'en sort haut la main, mais il nous tend aussi un miroir et une échelle graduée, où nous situons nous sur celle-ci?
Un premier essai de maitre !
Voilou sinon un film qui m’a plombé mon weekend, si, si je n’exagère pas, mais je l’ai vu et avec le recul je sais maintenant qu’il me fallait le voir.
Maintenant vous voila prévenu, j'espère que les commentaires seront nombreux, l'œuvre le merite amplement.L'Un Contre L'Autre - Un film de Jan Bonny - Allemagne
La prestation des deux interprètes participe également à l'atmosphère générale, Victoria Trauttmansdorff laissant filtrer une imperceptible fêlure , Matthias Brandt en gros nounours surpassé!
Critikat.Com "..Lors d’un repas, les enfants ulcérés, qui ont pris bien soin de s’extirper du foyer dès que possible, verbalisent cela de la plus simple des manières : « tu parles comme papy » lâchent-ils à leur mère..."
Excessif.Com "..S'il peut légitimement laisser perplexe ceux qui préfèrent un cinéma plus confortable, plus démonstratif surlignant ses effets, ce bloc de cinéma-là demeure pourtant vertigineux pour peu que l'on aime suivre jusqu'au bout les parcours de personnages cabossés, pris dans un tourbillon qui les (et nous) dépasse..."
CommeAuCinema.Com "..génération de cinéastes germaniques, proche du naturalisme, sans aucun artifice, Jan Bonny scrute les mécanismes .."
Arte.Fr"Un autre secret derrière la porte, celle de l’appartement d’un couple allemand apparemment modèle. ....la thématique d’une apocalypse conjugale, entre sentiments réels ou tenaces et accès de rage..."

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kilucru 154 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte