Magazine Internet

L'Allemagne se protège des fonds souverains

Publié le 21 août 2008 par Francois Jeanne-Beylot

Le gouvernement d'Angela Merkel a adopté hier mercredi un projet de loi visant à empêcher les prises de contrôle indésirables de sociétés  allemandes par des fonds souverains* venant de pays en dehors de l'Union Européenne. Par ce dispositif, l'Allemagne veut protéger les secteurs sensibles et stratégiques de son économie (télécommunications, banques, énergie, etc.). "Le projet de loi donne à une commission, dirigée par le  ministère fédéral allemand de l'Economie, le pouvoir de bloquer  les appels d'offre pour 25% ou plus d'une société clé par des  fonds et des sociétés dont les actionnaires majoritaires ne sont  pas ressortissants de l'Union européenne" (source dépèche Xinhua). Ainsi, les investisseurs étrangers devraient bientôt prévenir le gouvernement allemand pour tout achat de plus de 25% des actions d'une société outre-Rhin.   

Le milieu des affaires allemand a accueilli ce projet de loi comme dangeureusement protectionniste  ou "superflu et discriminatoire" selon l'association des exportateurs (Les Echos). Selon le ministre allemand de l'Economie Michael Glos les critères principaux  pris en considération dans le cadre du processus d'approbation seront "l'ordre public et la sécurité" ; "La majorité des investissements étrangers ne seront pas  affectés par le projet de loi (...) L'Allemagne est et reste ouverte aux investissements  étrangers".

Les Echos rapportent que "les fonds souverains gèrent à l'heure actuelle des participations d'une valeur de quelque 4.000 milliards de dollars, selon le FMI, un montant qui pourrait passer à 15.000 milliards d'ici à 2015. Selon les données d'Eurostat, l'Allemagne a reçu en 2007 des flux d'investissements de 37,2 milliards d'euros, dont l'écrasante majorité - 35,8 milliards d'euros - provenaient toutefois de l'Union européenne"

Rappelons que la France a quant à elle réglementé ses relations financières avec l’étranger dès décembre 2005. Elle a a l'époque soumis les investissements étrangers réalisés par une personne physique ressortissante d’un Etat non membre de l'UE, par une entreprise dont le siège social se situe dans l’un de ces mêmes Etats ou par une personne physique de nationalité française qui y est résidente, à une procédure d’autorisation dans un certain nombres de secteurs jugés comme sensibles et stratégiques (CF mon billet sur ce sujet). Dans l'Hexagone les avis des patrons sur les notions de patriotisme économique sont plutôt partagés.

* : Un fonds souverain (sovereign wealth funds), ou fonds d’État, est un fonds de placements financiers (actions, obligations,etc.) détenu par un État.

François JEANNE-BEYLOT


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Francois Jeanne-Beylot 16 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine