Magazine

Incendie de la "rue Gerhard" : un peu d'objectivité ne nuit pas

Publié le 22 juillet 2008 par Frédéric-Michel Chevalier

Le Parisien consacre ce matin un article au sort des victimes de l'incendie de leur appartement "rue Gerhard" (qui se situe d'ailleurs en réalité rue Parmentier). La journaliste, attirée par le billet polémique publié ce week-end sur Monputeaux dénonçant l'inaction de Joëlle Ceccaldi-Raynaud dans cette affaire a enquêté.

Résultat : l'article remet quelques pendules à l'heure. En effet, si la mairie n'a aucune obligation légale d'intervenir (la famille est logée dans le privé), il est faux de dire que le Maire de Puteaux et son équipe se désintéressent du sort de cette famille.

Toutefois, Joëlle Ceccaldi-Raynaud ne dispose pas de marge de manoeuvre dans l'immédiat. Les appartements vacants du parc HLM sur Puteaux ont été attribués par l'ancien président de l'OPHLM, de même que les logements sociaux sur Puteaux qui font partie du contingeant préfectoral. En outre, si un appartement venait à se libérer, il y a des règles à respecter et celui-ci ne pourrait être attribué que par la commission d'attribution (que dirait Monputeaux d'ailleurs, s'il en était autrement ?) et la prochaine commission se réunira courant septembre.

Dans l'urgence, il faut donc rechercher d'autres solutions, à commencer par s'interroger sur les obligations du propriétaire et des compagnies d'assurances. Le propriétaire ne semble pas vouloir (ou pouvoir) intervenir, doù ce désagréable sentiment de la famille que propriétaire et mairie se renvoient la balle.

Cité par le Parisien, l'inspecteur de la compagnie d'assurance de la famille précise les contours possible de l'intervention de la compagnie d'assurance : "Dépêché hier après-midi sur les lieux, l'inspecteur d'AGF, la compagnie d'assurances de la famille, a dressé une liste chiffrée des biens perdus dans le sinistre. « L'assurance prend habituellement en charge les biens et paye le loyer de l'appartement, qui est parti en fumée », explique-t-il.
Si ces personnes doivent se reloger à leurs frais dans le privé à Puteaux, l'assurance pourrait provi-
soirement financer le surplus de loyer. "

Par ailleurs, conformément à ce qu'elle a annoncé lors du dernier Conseil municipal, et contrairement à ce que voudrait laisser croire Monputeaux.com, le Parisien rapporte dans sont article que "La maire, Joëlle Ceccaldi-Raynaud (UMP), s'est engagée à appuyer la demande de relogement de la famille dans les communes avoisinantes auprès de la préfecture des Hauts-de-Seine." Un engagement auquel j'ai toutes raisons de croire, puisque Joëlle Ceccaldi l'a pris devant Marie-André, la fille de la famille, qu'elle a rencontrée jeudi dernier en ma présence et celle de Stéphane Vazia (chef de file PS au Conseil municipal). D'ici là, plusieurs élus de l'opposition se sont mobilisés, dans la discrétion et hors de toute tentative de récupération politique, pour aider à la recherche d'une solution.

Puisqu'il n'y a pas de logement HLM disponible actuellement sur Puteaux, le Préfet ne pourrait qu'envisager un relogement dans les Hauts-de-Seine. Idéalement, il faudrait que cela puisse se faire dans une commune voisine pour ne pas ajouter les désagréments de l'éloignement à ceux du sinistre subi par cette famille. De mon point de vue, un relogement dans le secteur privé à Puteaux serait la meilleure solution, surtout si l'assurance peut prendre en charge le surcoût de loyer.

Cliquez sur l'article ci-dessous pour pouvoir le lire

Familleelisca_2


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Frédéric-Michel Chevalier 3008 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte