Magazine High tech

[Resto] Tendance et Gourmand : Le Baboto

Publié le 27 août 2008 par Praska

25082008204.jpg

Un restaurant lounge, ça fait toujours un peu peur.

Mais vu qu'on me l'a chaudement recommandé (j'en parlerai plus tard), je me suis laissé tenté par l'expérience Baboto. Et on n'est pas déçu ! Mieux, on a envie d'y retourner ! Le restaurant Baboto réussit le mélange improbable entre lieu parisien branché et bouffe gourmande.



Le Cadre

25082008207.jpg

Le restaurant est magnifiquement moderne : une ambiance tamisé, de très belles couleurs, de la technologie geek bien cachée, des fauteuils ultra confortables, des tables hautes, sa terrasse au milieu de la place est très originale, sa véranda très classe, son bar magnifique (hélas on a pas eu le temps d'y aller boire un coup !) et j'en oublie forcément. Je vous conseille vraiment d'aller voir sur leur site l'ambiance qui y règne.



Les plats

25082008208.jpg

Le restaurant est aussi (et surtout) divinement gourmand. Les plats sont inspirés de la cuisine du Sud, de la région de Montpellier. C'est avec plaisir qu'on découvre une carte à base de poisson. En entrée, le croustillant de crabe, le tartare de saumon ou de thon ont été surprenant de gout ! Ne vous inquiétez pas, pour les carnivores, une spécialité surprenante : la pata negra, un jambon très spéciale que je vous laisse découvrir.

Ayant l'habitude d'être surpris par l'entrée mais déçu par le plat, j'ai attendu le plat avec impatience (mais pas longtemps!).

Et là c'est le coup final, oui oui avant les dessert. J'avais commandé une daurade à la plancha, il était cuit comme jamais, une cuisson parfaite qui m'a fait sentir la mer sans sentir la mer (vous me suivez ?), la sensation d'être dans le sud sans les inconvénients. Mes amis se sont délectés de brochette chorizo-St Jacques, ou de lotte à l'aïoli.

25082008215.jpg

La table est devenue une sorte de festin où chacun a fait gouté le plat de l'autre, preuve absolue de la qualité d'un restaurant. J'ai rarement (jamais ?) vu autant de poisson si bien cuisiné à des prix corrects

Les desserts arrivent et là petite déception, le coulant 3 chocolat étaient un peu raté avec un goût résiduel désagréable (il semblerait que le fournisseur se soit raté sur un produit), sympathiquement le service nous a proposé un autre dessert. J'ai découvert un mille-feuille vanille à l'orange sanguine, léger comme tout , mes amis eux, ont eu le droit de déguster des tiramisu aux fruits rouges, un gaspacho de fraise ou un choix de crème brulées (4 gouts, dont le classique vanille, mais aussi l'orange sanguine, le pain d'épice, et le lait d'amandes !).

25082008218.jpg



Conclusion

Pour bien diner, il faut être bien accompagné. Certes mes amis étaient de bonne compagnie, mais le service du Baboto était vraiment au poil. On est accueillit par un personnage haut en couleur : Daniel, il vous mettra forcément à l'aise et vous fera vous sentir chez vous. C'est la force de ce restaurant, ce mélange parfait entre le fashion et le familial. La bouffe est gourmande et délicate, le service impeccable et le cadre presque irréaliste.

Vous dire que j'ai adoré, serai un euphémisme. J'attendais depuis longtemps un lieu parisien lounge et bon où le service serait agréable !

Merci au Baboto, vous avez fait plaisir à un Parisien !


Retrouvez toutes les photos dans la galerie !



Infos Utiles

Comptez 35-40€ pour manger à la carte, ce qui reste très acceptable pour la qualité des plats. Au déjeuner et de 11h à 18h, tartines à 9,50 euros, grandes salades ou pâte du jour à 14 euros.

Baboto
12, rue de la Ferronnerie
75001 Paris
Entrée : 17-19, rue des Innocents
Tél : 01 40 41 11 41 (Pensez à réserver ça va être blindé bientôt)

Merci aussi à Kevin qui nous recommandé ce restaurant qui en faut vraiment la peine !


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par restaurant a paris
posté le 08 octobre à 03:32
Signaler un abus

hummmmm,tres appétissant::))

A propos de l’auteur


Praska 1024 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine