Magazine Humeur

Elle

Publié le 29 août 2008 par Jlhuss

800px-danse_ferte_loupiere1.1219868390.jpg On croit toujours que c’est un autre qu’elle va inviter dans sa danse. Il y a tant d’impatients ! Des qui fument, qui boivent, qui vont trop vite ou trop lentement. Des qui s’engagent à vingt ans sans penser qu’après Castres il y a Kaboul. Des qui prennent les Alpes pour un grand toboggan ou confondent l’Océan et le lac du Bois de Boulogne.Mais non, elle est capricieuse. Elle choisit qui lui chante. Elle a des foucades de coquette. Il lui faut celui-là, le timide, le tremblant, l’effacé ou cette autre que tout effraie et qui ne sort jamais le soir et, quand elle vous tend la main, pas question de refuser.

En fait, elle ne vous tend pas vraiment la main. Votre menotte, elle la tient depuis toujours. Seulement la pression est si légère qu’on n’y pense pas. On peut même faire semblant de croire qu’elle vous a oublié. Du coup on se détend, on respire, on plaisante. Moi ! Danser avec elle ? J’ai tant d’autres choses à faire. Cultiver mes jardins, public et secrets, chercher, dans la forêt d’Harvaux, des contes et des champignons, pêcher la truite ou l’électeur. Pas de temps pour la gambade, vous dis-je ! Pauvre imbécile qui croit qu’on peut ruser avec elle.

le-vieux-cimetiere-de-vezelay-1.1219867365.JPG
Ça doit l’amuser d’ailleurs « Encore un qui a peur du noir et qui chante pour se donner du courage. »  Elle joue les bonnes pâtes. Elle laisse le fanfaron fredonner et puis, quand ça lui plaît, elle siffle la fin des réjouissances :

« Oui, c’est moi, j’ai trouvé un coin confortable à deux doigts du cœur de celle que tu aimes le plus. Ça porte un joli nom, ça s’appelle le médiastin. Ça fait vallée du Rhône, Provence, Gloire de mon Père, balade dans la garrigue et sieste sous les oliviers. Tu ne t’y attendais pas ? Incroyables, vous êtes incroyables ! »

Elle a, en disant ça, un sourire ironique et blasé. «Au fait, pas de panique, tu as entendu ce que lui a dit l’expert à lunettes à celle que tu accompagnais. Ce qu’elle a, ça se soigne ! Très bien même. Tu n’es pas convaincu ? Tu as tort. Tu as entendu parler du jeu du chat et de la souris ? Parfois ça dure très longtemps. Comme j’ai tout mon temps, j’aime beaucoup y jouer. Avec moi ça peut se prolonger des années ! On peut même croire que le chat abandonne.

- Mais il n’abandonne pas.

- Jamais, moi non plus d’ailleurs ! »

Et comme elle sait tout de moi et un peu plus encore, qu’elle connaît par conséquent mon penchant pour l’opéra et qu’elle ne déteste pas l’humour surtout quand il est noir, elle prend sa plus belle voix de mezzo et elle entonne : »

L’amour est enfant de bohème, il n’a jamais, jamais connu de lois

Si tu ne m’aimes pas je t’aime et si je t’aime prends bien garde à toi… »

Tout en chantant, elle me regarde avec le sourire mi-narquois, mi-blasé de qui est sûre de son coup et de son pouvoir. Elle à qui on ne résiste pas. Elle qui doit être obéie.

Chambolle


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines