Magazine France

Sarkofrance: la journée des aveux

Publié le 01 septembre 2008 par Juan
Sarkofrance: la journée des aveux
Lundi 1er septembre, les professeurs, instituteurs et maîtresses d'école font leur rentrée. C'est aussi la journée des aveux en Sarkofrance, pour tous et toutes... ou presque.
François Fillon a finalement avoué que la croissance française atteindrait péniblement 1% du PIB en 2008. Autrement dit, le déficit public s'aggravera, puisque le budget de l'Etat a été construit pour l'année 2008 sur une hypothèse de croissance du PIB de 2,25%. Rien de bon pour le pouvoir d'achat. Les Français devraient s'attendre à davantage de rigueur pour 2009.
Christine Lagarde, puis François Fillon, ont finalement avoué que la surtaxe de 1,1% des revenus du capital pour financer le Revenu de Solidarité Active serait incluse dans le bouclier fiscal. Sarkozy n'avait pas osé jeudi dernier. Autrement dit, seules les classes moyennes et les petits épargnants qui ne bénéficient pas du bouclier fiscal faute de revenus ou de patrimoine suffisant vont payer la note. La gauche a également fourbi ses armes contre le dit RSA. Ainsi, par exemple :
Il y a quand même deux ou trois trucs qui clochent. Le premier, c’est la philosophie sous-jacente du bidule, cette idée détestable qu’il faut “inciter” les gens à “travailler plus”. (...) Le deuxième, qui y est lié, c’est que, dans la pratique, ce n’est pas parce qu’ils vont perdre leur RMI que de nombreuses personnes ne travaillent pas. (...) Le troisième, c’est que tout le monde s’excite parce que Sarkozy “taxe le capital pour donner aux pauvres”. Mais les revenus du capital restent taxés à hauteur de seulement 12%. Cela reste beaucoup moins que le taux auxquel le travail est taxé. Enfin, ce dispositif revient à ce que la solidarité nationale s’adresse non pas à quelqu’un de malade, de vieux, d’handicapé ou sans emploi, mais à un travailleur.(source)

Christine Lagarde a avoué qu'elle réfléchissait à alléger un peu plus encore l'ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune), une annonce prématurée vite contredite le jour même par son premier ministre.

Dans une conjoncture économique qui se dégrade, François Fillon a quelque peu recadré lundi sa ministre de l'Economie Christine Lagarde sur la question de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et sur la croissance.

Le Premier ministre a ainsi assuré sur Europe-1 qu'il "n'y a pas de réforme de l'ISF à l'ordre du jour",

malgré les propos tenus à ce sujet par Mme Lagarde dans "La Tribune" de lundi. La locataire de Bercy avait annoncé qu'elle allait proposer un allégement de l'imposition du patrimoine, considérant comme "une possibilité" que ces propositions puissent concerner l'ISF. "On en débattra sans doute pendant la discussion budgétaire" (source)

Rachida Dati n'a pas avoué sa grossesse, qui alimente la presse de Voici à Libération voire Marianne. Elle quitterait prochainement son poste de Garde des Sceaux, une fonction où son action, comme le rappelle Marianne est très contestée. Cette grossesse semble précipiter une vaste recomposition au sein du pouvoir sarkozyste, jusqu'à l'UMP. Sarkozy pourrait recycler Patrick Devedjian au ministère de la Justice, lui qui a subi la fuite dramatique des adhérents de l'UMP depuis 15 mois.

Bienvenue en Sarkofrance.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte