Magazine Politique

Wauquiez, petite frappe du Sarkozysme à l'oeuvre ( #2)

Publié le 01 septembre 2008 par Dagrouik

Ce matin en me rendant à un rendez-vous, j'ai observé la présence d'un journal gratuit sur le siège du métro. Ca se feuillète vite ce genre de truc, aussi vite que Google News. On y trouve une interview de Laurent Wauquiez. Celui-ci à déjà été l'objet d'un billet d'humeur. Voici donc le deuxième passage.

Il nous explique qu'il fait partie de la droite sociale. La belle affaire, cette droite sociale là se caractérise donc par quoi ? Nous allons le voir par des mots, qui ont un sens comme l'a déjà déclaré leur chef de bande. Il clame donc que le RSA , c'est le chemin vers l'emploi à temps plein. C'est facile, ça ne veut rien dire, mais c'est beau.
Quand on lui demande qu'elle est l'idée directrice de ce texte, il nous parle alors d'autonomie , de valorisation du travail plus que de réduction de la pauvreté. Et surtout que "dès lors que le RSA fait jouer la solidarité nationale, il faut être exigeant vers le bénéficiaire. Tout abus serait intolérable.". La vielle dialectique de droite est présente, on accuse d'avance, on sous-entend que ça va frauder sans se soucier de la quantité et des causes.
Le journaliste ose une question forte: "Le RSA ne risque-t-il pas de favoriser les emplois précaires?" . La réponse est assez époustouflante : "Il faudra être très pragmatique, en adaptant la loi aux pratiques constatées en cas d'abus du système de la part des employeurs" . Vous-avez bien lu, dès lors qu'il s'agit des employeurs on oublie la solidarité nationale (ie les cotisations sociales) s'il y a abus, et on adaptera la loi avec pragmatisme.
 On voit donc clairement deux comportement différents, le coup de bâton pour le chômeur qui fraude, et l'adaptabilité de la loi pour les comportements sans doute "innovants" des employeurs fraudeurs.
On va ensuite lui demander de quels moyens il dispose pour eviter ce piège de la précarité imposée. la réponse doit être prise dans un contexte de réduction des moyens de l'inspection du travail depuis 2002. Accrochez vous, voilà le coté flamboyant de la droite sociale. "Cela passe par l'aide à la mobilité pour les Rmistes sans permis de conduire". Oui, vous avez bien lu, on va leur financer le permis de conduire ou les y aider. Ca va inévitablement les endetter avec voiture et carburant à financement incertain. C'est sans doute ça le coté social de la droite sociale.
La gauche reproche de peser sur les classes moyennes en s'attaquant sois-disant au Capital ( avec pas de deux de l'UMP sur l'intéressement ) ? Il ne répond pas à la question et nous explique qu'il est d'une nouvelle génération de politique, limite s'il ne nous dit pas "vous avez vu mon regard de bômec ? nan j'en jètes hein ? allez on va pas se faire chier avec vos questions ni répondre sur le fond".
Comme le dit un précaire sur ce sujet : Un vrai enfoiré, cet énarque qui est passé directement de l'école à homme politique coupé des réalités. Le bellatre enfile les dogmes néo-conservateur, a-t-il déjà seulement vécu avec 400 ou 600 euros mensuels? Bien sûr que non, et on ne lui demande pas. Mais il devrait s'interresser un peu plus à la vie de ces précaires fraudeurs qui l'inspirent un peu trop facilement du coté obscur.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dagrouik 2453 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines