Magazine Humour

Quelques astuces de journalistes fourbes

Publié le 01 septembre 2008 par Benoit B.
Journalisme

Etre journaliste ce n'est pas un métier facile tous les jours ! Entre les enquêtes dans des trous plus perdus que l'île de la série LOST (ou le cerveau de Paris Hilton pour les coins les plus reculés) et les reportages en pleine zone de guerre avec même pas l'ombre d'un couteau pour éviter de se faire déssouder (dans les milieux autorisés on appelle ça "Reportage avec sa bite et sa caméra" mais c'est bien trop vulgaire pour être répété sur ce blog familial), il faut bien que ces gentils reporters aient des compensations ! Et compensations il y a puisqu'ils peuvent, en échange, s'amuser à manipuler l'information et donc les gens en général, et ça, croyez en un pervers mégalomaniaque (moi même personnellement tout seul) : ça n'a pas de prix !
Comme je suis sur que vous êtes, vous aussi, une belle bande de chacaux des plaines vous avez très envie de connaitre leurs techniques et bien ça tombe bien puisqu'après le dossier spécial sur "comment faire un reportage télé bien pourri" je vous propose plusieurs autres astuces de gringos que les journalistes utilisent pour "manipuler les pige..." hum désolé, pour "orienter l'information" !


Champignon Astuce n°1 : Les questions
Journalisme

Les journalistes ont un très vilain défaut : Ils adorent s'écouter parler ! Bon, bien sur, un tel défaut n'est en soit pas tellement gênant malheureusement il devient très handicapant lorsque son travail est d'interviewer les gens pour qu'ils racontent leur vie. Heureusement, les journalistes étant de grands malins ils ont trouvé la parade ultime : LA QUESTION ORIENTÉE !!
"Mais qu'est-ce donc que cela ?" Demanderont les lecteurs les plus curieux à qui leur maman n'a jamais dit que la curiosité est un vilain défaut surtout quand la curiosité consiste à aller dans la chambre de ses parents pour comprendre d'où proviennent ces étranges "cris de marcassins" ! C'est très très simple, voici un petit exemple :
  • Journaliste : Que pensez vous de l'élevage d'écureuils au Blougaloutistan ?? C'est un petit peu barbare quand même ...

  • Interviewé : Oui tout à fait, c'est un petit peu barbare quand même !

  • Journaliste : Merci beaucoup cher M. Interviewé, vous êtes très cool, je vous kiffe le boule !

En fait, quand un journaliste pose une question à quelqu'un il y glisse toujours, d'une façon ou d'une autre, la réponse qu'il aimerait entendre parce que ce serait dommage qu'un quidam réponde totalement à côté de la plaque. En procédant de cette manière l'interviewer chacal instille en plus du vocabulaire et un lexique particulier qui aura de grandes chances d'être réutilisé par son interlocuteur afin d'obtenir la réponse croustillante attendue. Bien évidement cette technique est souvent flagrante pour peu qu'on y prête attention mais dans le feu de l'action et le stress son effet est dévastateur.
"Oui mais comment je fais pour savoir si j'ai fait une bonne question de journaliste ??" C'est très très simple, si la réponse à votre question peut être un simple OUI ou NON alors c'est une bonne question orientée. En fait toute l'astuce est de faire croire que l'on pose une question ouverte alors qu'en réalité on pose une question purement rhétorique (càd une question qui, finalement, n'attend aucune réponse) pour ce faire voici la recette généralement appliquée : [QUESTION NORMALE OUVERTE] + [RÉPONSE A LA QUESTION PLACÉE COMME S'IL S'AGISSAIT D'UN SIMPLE COMMENTAIRE OU COMPLÉMENT A LA QUESTION] ?
Cette technique peut être encore plus sournoise si à la place d'une réponse toute faite le journaliste (probablement lvl 2 en fourberie) place discrètement un argument en faveur d'une réponse. Comme je ne suis même pas sur moi même de piger ma phrase tellement je suis dyslexiques de la tête ces temps ci voici un exemple de question : "Pensez vous que les jeux vidéos sont dangereux pour les jeunes surtout quand on sait que les dernières fusillades aux États-Unis sont dues à ça ??" Que voulez vous répondre à part "Oui c'est trop dangereux j'ai trop trop peur ça rend les enfants tout foufou dedans leur tête" à cette question à moins d'oser traiter ouvertement le journaliste de menteur qui racontent de la merde sur les causes de la fusillade et donc de passer pour le méchant neuneu de service ?? Toute l'astuce est de placer la personne interviewer dans une position défavorable si sa réponse est contraire aux attentes du journalistes. "Oui mais la encore comment je fais pour savoir si ma question est bien manipulée ?" Facile, si la question revient à dire : "Si vous n'êtes pas d'accord avec moi vous n'êtes qu'un pédophile/scatophile/autretrucdégeulasseen-phile" alors c'est qu'elle est réussie :D
BONUS : Maintenant que vous savez comment réaliser une réponse orientée je vais vous expliquer une superbe technique vous permettant de ne pas vous laisser piéger si jamais un vil journaliste vous met un jour la main dessus. Cette technique, appelée "La technique du politicien", est relativement simple pour peu que vous ayez un peu de tchatche. Elle consiste à répondre à côté de la question mais attention, pas n'importe comment, avant d'y répondre vous devrez commencer par partir dans une trèèèèèèèèèèèès longue introduction qui n'aura d'autre but que de faire oublier la questions originalement posée aux personnes qui écouteront votre interview à la télé/radio. Vu que tout le monde aura oublié de quoi vous êtes en train de parler il ne paraitra pas incongru de répondre du caca. Petit exemple de la technique en action :
  • Journaliste : Pensez vous que les jeux vidéos sont dangereux pour les jeunes surtout quand on sait que les dernières fusillades aux États-Unis sont dûes à ça ??

  • Interviewé : Alors vous voyez M. Journaliste dans le monde il y a deux types de personnes, les personnes qui aiment les jeux vidéo au sens propre du terme et celles qui ne les aiment pas car cela choque leur morale ou leur culture car oui, la culture c'est quelque chose de formidable, il faut avoir de la culture pour réussir à l'école mais également pour savoir comment se comporter en société ! Ce qui m'amène à la réponse à votre question : Les chats peuvent tout à fait être gris en plein jour même si, bien entendu je vous l'accorde, la proportion de chats gris la nuit est tout de même bien plus importante !!

  • Journaliste : Euh, oui, merci !

Regardez une interview d'homme politique si vous voulez vous en convaincre ^^


Champignon Astuce n°2 : La technique de l'accumulation
Journalisme

Comme vous devez sans doute le savoir la peur est un moteur puissant du succès des informations. Plus les informations font flipper plus les gens vont rester scotchés devant du coup les journalistes ont développé de nombreuses et sympathiques techniques permettant d'accentuer encore plus le potentiel "fear" de leurs infos. Une des technique les plus souvent utilisées est la technique dite de " l'accumulation" (également appelée "on en rajoute des caisses").
Cette technique permet de faire croire aux gens que leur pays est la proie à une recrudescence de violence/accidents/trucs-pas-cool grâce à un procédé très très simple : Si habituellement un journal télévisé ne parle que d'un cas de meurtre/accident de voiture/vol et bien il suffit, dans le journal suivant, de parler de 3 meurtres ou de 3 vols pour donner l'impression d'une épidémie. Comme je sens que je ne suis pas bien clair voici une petite explication en chiffres : Imaginons que :
  • Jour 1 :

  • En France il y a eu 5 meurtres au cours de la journée

  • Le journal du soir ne va parler que d'un seul meurtre, choisi probablement selon ce graphique :
    Journalisme

  • Jour 2 :

  • En France il y a eu 3 meurtres au cours de la journée soit moins que la veille

  • Le journal du soir, voyant que le meurtre de la veille a bien fait causer dans les chaumières, va alors parler des trois meurtres du jour

  • Résultat : Les spectateurs vont être persuadés d'être face à une vague meurtrière alors qu'en réalité le nombre de meutre/jour aura diminué
Cette technique peut bien entendu s'appliquer pour tout et n'importe quoi et si vous observez bien vous pouvez la repérer très facilement. J'ai ainsi récemment noté qu'elle a été utilisé pour :
  • Faire flipper les gens sur les dangers de l'avion suite au tragique crash qui a eu lieu en Espagne. Pour rebondir sur ce phénomène et accentuer encore plus la phobie de l'avion pendant 3/4j on a pas arrêté d'entendre parler du moindre petit pépin technique que pouvaient avoir les avions dans le monde :
    • Journaliste 1 : Omg ROGER ROGER !! J'ai une super info là, l'avion 7568A d'Air Moldavie n'a pas pu décoller à cause d'un chewing gum collé sur le siège du pilote, ça va faire trooooop peur dans les chaumières, LOL !!

    • Journaliste 2 : Mouhahahahah mais c'est rien ça ROBERT, j'ai beaucoup mieux : Un avion de la Royal Air Euhèr n'a même pas pu sortir de son hangar parce que la porte était cadenassée et que personne n'avait les clés

    • Journaliste 1 : Wouah, t'as raison, ça c'est hardcore !!


  • Faire gémir les gens sur les "pauvres enfants qu'on laisse au soleil dans une voiture sur un parking". Suite au drame de je ne sais plus quel petit gamin mort de déshydratation on a eu droit à toutes les histoires de mioches oubliés la tête au soleil dans toute la France. Pour peu que la durée d'exposition du chiard était supérieure à 15mn ça lui garantissait la une de journaux/télés/radios, moche !

Et j'en passe ...


Champignon Astuce n°3 : Influence de l'état d'esprit
Journalisme

Pour terminer voici une technique bien plus difficile à repérer que celles présentées ci-dessus mais qui n'en est pas moins efficace. Celle-ci consiste à placer les spectateurs dans un état d'esprit particulier avant un reportage dans le but d'orienter leur opinion sur un sujet en exploitant le fait que lorsque nous, pauvres humains, sommes soumis à des images à caractère positif nous avons tendance à mémoriser plus facilement des choses joyeuses/cool/tip-top-gigachouettes et lorsque nous sommes soumis à des images négatives et bin on retient que les trucs pas cool/pouah/caca-boudins.
Cette technique fonctionne toujours deux reportages par deux reportages, le premier reportage étant le "catalyseur" servant à amplifier les effet du second. Comme là encore je me noye dans la diarrhée verbale de mes propres explications voici un petit exemple de foulie :
  • Reportage 1 : On présente un sujet sur "Un petit enfant (remplaçable par bébé phoque ou panda, le but est juste d'avoir une grosse dose de meugnoneté) a été sauvé grâce à la génétique qui a pu lui refaire pousser un bras sur le ventre, youpi, c'est la fête, les petits oiseaux et le champomy coule à flot !"

  • Reportage 2 : On présente "un tout nouveau pesticide issus de l'ingénierie génétique qui marche trop fort, reyoupi tralala pouet pouet"

Le reportage 1 n'a ici d'autre but que de préparr positivement le spectateur à entendre des infos sur le thème de la génétique, tout impressionné qu'il est par le fait que cela a permis de sauver un petit gnenfant meugnon il acceptera bien plus facilement le côté positif et festif des pesticides (pesticides produit par l'actionnaire majoritaire de la chaine qui passe l'information, bien entendu). Cette technique peut fonctionner à l'envers avec un sujet négatif, il est souvent utilisé pour orienter l'opinion politique avec par exemple :
  • Reportage 1 : "Bouh les jeux vidéos c'est vraiment dangereux, plein de gens se suicident en avalant des poches de silicone c'est atrochorrible"

  • Reportage 2 : Un discours d'un homme politique X ou Y est "résumé" de façon parfaitement objective (on y croit) en n'oubliant pas, bien sur, de montrer que M. X ou Mme Y est totalement pour les jeux vidéo.

Résultat, la personne ayant associé précédemment Jeux Vidéo = Caca elle aura alors tendance à associer M.X/Mme Y = Caca (ce qui est probablement vrai mais la n'est pas la question oO) !


Il n'y a pas à dire ils sont très fort ces journalistes !! Bien sur, contrairement à ce que pourrait laisser penser mon billet, je ne crache pas sur TOUS les journalistes, uniquement sur ceux qui n'hésitent pas à se rabaisser en utilisant les techniques précitées dans l'unique but de faire toujours plus dans le sensationnel et le racoleur.
Journalisme

Bref, si le sujet vous a plu et si le sens du vent est bon je vous pondrait probablement un autre billet sur d'autres techniques encore plus chouettement cools ;) Et histoire de retourner le couteau dans la plaie avant de mettre du sel dedans : Bonne rentrée à toutes les faignasses d'étudiants, je vous kiffe votre boule, changez pas :D

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Benoit B. 13656 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines