Magazine Société

Bravo Peillon !

Publié le 02 septembre 2008 par Davidme

vincent-peillon-1.1220342687.jpg livrepeillon.1220342705.jpg

Juste un petit passage pour vous faire prendre connaissance des paroles rafraîchissantes, saines et virevoltantes de Vincent Peillon suite à l’université d’été du PS.

Lu dans Libé. Moi ça me soulage de lire cela !

“ Vincent Peilllon, proche de Ségolène Royal, qui a quitté la Rochelle dès vendredi soir pour se rendre à la fête de l’Unita en Italie, a décidé de distribuer les bons, et surtout les mauvais points. Et il ne fait pas dans la demi-mesure. Sur RMC, il a expliqué que le Parti socialiste devrait «sortir» de sa direction «une dizaine d’individus qui sont éternellement malfaisants, qu’on connaît, qui ont été de toutes les combines, qui sont assis au secrétariat national depuis 25 ans et qui sont généralement ceux qui font les constructions les plus compliquées dans les avant-congrès»…

Ils doivent «maintenant prendre gentiment leur retraite, ça fait 25 ans qu’ils pourrissent la situation, ça fait 25 ans qu’ils font des combinaisons, ça fait 25 ans qu’ils trahissent leurs propres amis, je pense qu’on peut faire sans eux». Des noms ? «Ils se reconnaîtront», estime le député européen.

Interrogé sur certaines personnalités, il donne néanmoins quelques pistes. Le fabiusien Claude Bartolone ? «Sans doute un mécanicien qui devrait prendre un peu de repos». Laurent Fabius ? Il devrait «arrêter maintenant de changer d’avis tous les deux ans» et de «fomenter des combinaisons invraisemblables». L’ex-Premier ministre s’est déclaré ce week-end partisan de Martine Aubry pour la direction du PS.

Peillon ne boude pas son plaisir, évoquant «les 25 irresponsables, plutôt que responsables, qui ont passé leur temps à gueuletonner, à se trahir, à se mettre des couteaux dans le dos», «ceux qui ont alimenté la chronique du week-end par des alliances, des mésalliances, des contre-alliances», ainsi que «l’explosion en direct, avec une belle dramaturgie, samedi, du feu courant Dominique Straus-Kahn entre Jean-Christophe Cambadélis et Pierre Moscovici».

Côté bons points, Vincent Peillon estime – évidemment - que seuls l’ex-candidate à la présidentielle, mais aussi le maire de Paris Bertrand Delanoë, «s’en tirent», à l’issue de cette université d’été, les autres s’étant «abîmés» dans le jeu «des combinaisons et contre-combinaisons, que ce soit Martine Aubry dans des alliances improbables avec Laurent Fabius» ou Pierre Moscovici «qui a eu les déceptions qu’on sait», a-t-il estimé ”

En parallèle Peillon sort un bouquion extra : “La Révolution française n’est pas terminée”, mais nous y reviendrons. Excellent papier sur le site de Médiapart autour du livre.

A très vite.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Davidme 125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine