Magazine Banque

La Banque Populaire Provençale et Corse reçoit le Label de Responsabilité Sociale pour son Centre de Relation Client

Publié le 02 septembre 2008 par Jean-Claude Benard

Le comité de labellisation de l’ALRS (Association pour la promotion et le développement du Label de Responsabilité Sociale) a décerné à la Banque Populaire Provençale et Corse le « Label de Responsabilité Sociale » dans la catégorie « Centres de relation clients internalisés » pour la période 2008/2009. Cette nouvelle distinction, consécutive à celle déjà obtenue en 2006, valide et récompense l’engagement de la Banque Populaire Provençale et Corse pour la qualité des conditions de travail, de ses politiques de recrutement, d’intégration et d’accompagnement de ses collaborateurs, du dialogue social … dans son Centre d’appels situé à Marseille.
Le « LABEL RESPONSABILITE SOCIALE », annoncé et soutenu par Jean-Louis Borloo, Ministre de l’emploi, du travail et de la cohésion sociale, lors du SECA 2005 (Salon Européen des Centres de Contact et de la Relation Client), a vocation à promouvoir les opérateurs du secteur intégrant la notion de responsabilité sociale dans leur management au quotidien. Ce label est en outre, garant d’une valeur ajoutée accrue dans la qualité des prestations délivrées et apparaît comme un facteur fort de différenciation dans un marché arrivé à maturité.
Cependant, le secteur des centres de Relation Client souffre d’une image souvent dévalorisée auprès des médias ou du grand public alors même que les acteurs du marché et les pouvoirs publics s’accordent à reconnaître qu’il dispose d’un fort potentiel de croissance et de création d’emplois en France. L’enjeu consiste donc à trouver des solutions permettant d'améliorer son image et sa capacité à délivrer des services de qualité.
La Banque Populaire Provençale et Corse a ainsi été auditée in situ par la société Ernst & Young, afin d’obtenir ce Label et ainsi valoriser les métiers de son Centre d’appels par rapport aux métiers traditionnels de la banque.
François BAFFERT, Directeur des Ressources Humaines a répondu aux questions des auditeurs sur les thèmes du recrutement, de l’accueil et de l’intégration, des suivis de carrière, de l’intégration des personnes handicapées, de la reconversion, du baromètre social, du dialogue social, de la formation (DIF, plan de formation,…), de la surveillance et des conditions de travail. Jean-Pierre COMBA, Directeur des Marchés, a expliqué le rôle actuel du Centre d’Appels dans sa fonction d’appui au réseau d’agences et d’outil commercial stratégique de distribution et marketing au cœur même de la relation client. Chantal TRANIER, Directrice de l’Agence Téléphonique, a assuré la coordination du projet et s’est exprimée sur les aspects techniques, commerciaux et managériaux du Centre d’appels. Quelques télé-acteurs, télé-conseillers et superviseurs ont également fait l’objet d’entretiens personnalisés avec les auditeurs d’Ernst & Young.
Examen réussi, donc pour la Banque Populaire Provençale et Corse, qui bénéficie d’une reconnaissance vis à vis de ses salariés, d’une mobilisation des personnels sur des objectifs communs et d’une valorisation de son expertise auprès de ses clients.
La Banque Populaire Provençale et Corse se place au cœur des enjeux sociaux, toujours prête à accompagner ses collaborateurs dans leur parcours professionnel, tout en respectant les règles de l’éthique sociale dont chacun doit bénéficier et confirme la volonté de la Banque de s’inscrire dans sa démarche de développement durable.
Banque Populaire Provençale et Corse

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (3)

Par natteachat
posté le 30 décembre à 16:42
Signaler un abus

et d'ajouter que le jeunisme est de rigueur dans le recrutement. Les +40 ne sont pas les bienvenus, meme si la qualité s'en ressent. Il n'y a qu'à voir au guichet, une bande de donzelles qui rigolent devant les clients qui poirotent...

Par Pipoti-pipota
posté le 15 décembre à 10:13
Signaler un abus

Bravo - par contre : Mr Baeffert a t il expliqué comment ça se passe dans la vraie vie ? les employés payés < 1000 € par mois, des heures supplémentaires "gratuites", un avancement "canapé" et des primes de 15 000 € pour l'état major alors que Natixis "perd" plus d'un Milliard sur l'année 2008 ? Alors ? Il l'a pas dit... il a du oublié.

Par BorlOO13
posté le 15 décembre à 10:10
Signaler un abus

Pas mal quand même ... et les autres banques ?

A propos de l’auteur


Jean-Claude Benard 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte