Magazine

Que doit-on dire ou ne pas dire dans un blogue?

Publié le 02 septembre 2008 par Feuilly
Quel est le sens de tout ce que l’on dit sur nos blogues ? Nous parlons, nous nous exprimons, (cela fait du bien, il n’y a pas à dire), parfois nous râlons (cela fait encore plus de bien,) nous avons des lecteurs (et même de plus en plus), nous pouvons d’ailleurs échanger des idées avec eux (ce qu’un écrivain n’a pas toujours l’occasion de faire, finalement). Et puis après ? Tout cela forme une masse de mots importante, qui vogue au gré d’Internet et dont on suit mal les aboutissements.
Qu’écrit-on sur ces blogues ? Certains y parlent de leur vie privée ou de leurs soucis (ils courent vite le risque d’être lynchés par quelques âmes malveillantes), d’autres, comme moi, y parlent plus de sujets qui leur tiennent à cœur (en quoi ils se dévoilent à peu près autant puisqu’en disant ce qu’ils aiment, ils disent ce qu’ils sont et donc qui ils sont). Cependant, l’absence de référence à leur vie quotidienne, voire à leur état civil, peut entraîner à son tour des confusions car chaque lecteur voit ce qu’il a envie de voir dans ce qu’il lit. Ecrire participe donc à notre insu à un brouillage de pistes qu’on n’avait pas voulu. Ecrire serait donc mentir ? Ecrire dans la discrétion serait finalement mentir par omission ?
Et puis écrire sur des sujets extérieurs à notre personne, c’est bien (l’édition, l’actualité, les livres lus, etc.) mais n’est-ce pas là, finalement, une activité qui relève du bavardage ? Une sorte de café du commerce un peu plus relevé parce que les thèmes choisis sont réputés culturels ? Et si on parle de soi, de ses doutes existentiels, qui pourra comprendre ? Chacun a sa propre expérience et le dialogue qui s’instaurera alors pourra bien ressembler à un dialogue de sourds. Pourquoi dès lors en parler ? N’y a-t-il pas là quelque chose d’incommunicable, un je ne sais quoi d’inaccessible qui fera que nous resterons tous des étrangers les uns pour les autres ? Ne vaudrait-il pas mieux se taire, replonger dans ses livres et y chercher des réponses à nos questionnements ? Tenter un dialogue entre un auteur inconnu (peut-être même décédé il y a des siècles) et nos propres positions ? Continuer seul notre cheminement en sachant que de toute façon notre solitude est la seule certitude que nous ayons, que cette solitude nous accompagnera notre vie durant et qu’à l’ultime moment elle manifestera toute sa puissance ?
Pourquoi parler (je n’ai pas dit pourquoi écrire, car on peut écrire pour soi, de manière cathartique), pourquoi vouloir échanger si tout est incommunicable ? Pour échanger vraiment, il faudrait exposer son être profond. Ne le faire qu’à moitié a-t-il un sens ? Non. Le faire entièrement non plus (pourquoi se livrer ainsi à la curiosité du public ?). Ne pas le faire, c’est se replier sur soi. Alors ? Que peut-on dire dans un blogue ? Ou est la limite entre le public et le privé ? Pourquoi voulait-on être lu ? Pour exister, manifestement. Mais existe-t-on plus si on est lu ? Sans doute. Disons qu’on a alors fait porter une partie du fardeau sur les autres. On a l’impression d’être compris, on se sent moins seul pendant un instant. Et après ?
Finalement, on en dit toujours trop ou jamais assez. Pourquoi demeurer dans cet entre-deux ? N’est-ce point là un signe de médiocrité ? Pourquoi s’exprimer, alors, si on ne parvient pas à aller jusqu’au bout ? Il aurait fallu dire plus que de vagues impressions, lesquelles ne servent qu’à dessiner les contours de notre pensée, à appâter le public, sans jamais donner de solution. La solution, ce serait de pouvoir dire qui on est (sur un plan existentiel, j’entends), mais il semble bien que cela soit impossible, nous ne pouvons pas aller aussi loin (soit par pudeur, soit parce que les mots nous manquent, soit parce qu’on ne sait pas toujours qui vient lire et qu’on n’a pas envie de se dévoiler devant des inconnus). Alors pourquoi écrire sur un blogue ? Le silence ne serait-il pas préférable ? Plus digne, en quelque sorte…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • “On doit sentir une femme avant même de la voir…”

    Cette phrase a été dite par un grand nom de la couture : Marcel Rochas né en 1902. Elégance avec raffinement et désinvolture, modernité et féminité sont les... Lire la suite

    Par  Angelita
    A CLASSER
  • Le prix à payer parce qu'on est femme

    Pourquoi on doit lutter tous les jours pour prouver que « malgré qu’on est femme » on mérite la place qu’on ait. Pourquoi par exemple on peut pardonner une faut... Lire la suite

    Par  Sameh Ben Jeddou
    A CLASSER
  • Doit-on débattre d’Edvige ?

    Certainement. Encore faut-il être en position de force. Ce fichier vise, par décret gouvernemental, à ficher dès l’âge de 13 ans, “de centraliser, et... Lire la suite

    Par  Emmanuel
    A CLASSER
  • Vous dire merci !

    Date : mer. 17/09/2008 00:17De : Antonia Saveyà : Christophe Benaventobjet : vous dire merci Bonsoir Monsieur Benavent, Ce soir je révisais avec pugnacité pour ... Lire la suite

    Par  Antonia Savey
    FOCUS EMPLOI, MARKETING & PUBLICITÉ, A CLASSER
  • Peut-on dire du mal de Paolo Conte ?

    Paolo Conte Bel article dans le Monde ce matin sur Paolo Conte. Le papier confine à l’hagiographie mais comment dire du mal du personnage ? Lire la suite

    Par  Haimyo
    A CLASSER
  • vous dire

    Que 3 steaks et 500 g de pâtes plus loin je suis encore restée verte de ma matinée. Quand on pense que les corvées linge et repassage font parties intégrantes... Lire la suite

    Par  Musica
    A CLASSER
  • que dire?

    Comme peut-être quelques unes d'entre vous, il arrive parfois que l'on veuille écrire quelque chose mais que rien ne vient! besoin, envie d'écrire mais le vide... Lire la suite

    Par  Gsand1804
    A CLASSER

A propos de l’auteur


Feuilly 183 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte