Magazine Conso

Modern dandy

Publié le 05 septembre 2008 par Christianpoulot @lemodalogue

Modern dandy

L’été est pour moi saison propice à un rattrapage culturel.

J’en profite alors pour écouter allongé sur un transat, les disques achetés non déballés, lire les livres entassés dans la bibliothèque pas encore ouverts, ou pour consulter les nombreux fichiers pdf téléchargés tout au long de l’année sur le bureau de mon MacBook Pro…
La période estivale a donc débuté par l’écoute de l’album de Grinderman, alias Nick Cave et une bande de musiciens plus hirsutes les uns que les autres. Pour ceux qui ne connaissent pas Nick, l’australien (à ne pas confondre avec Mick, l’anglais) sachez qu’il en est à sa énième transformation. Fondateur de l’emblématique groupe punk The Birthday Party, leader du groupe Nick Cave and the Bad Seeds et depuis 2007 leader de ce groupe baptisé Grinderman.
Je n’ai pas changé la ligne éditoriale de ce blog, je ne vais pas faire de chronique musicale, mais juste vous parler du titre qui a fait naître ce billet, il s’agit d’Electric Alice(1).

Dramaturgie et tragédie
Les sonorités orientales se marient parfaitement avec ce morceau, mais ce qui m’a arrêté se trouve en regardant le court-métrage relatif à la chanson : il s’agit du style Nick Cave. En costume sombre, ajusté, sur une chemise négligemment ouverte sur la poitrine, il dégage une certaine impertinence, voire une certaine fureur mêlée de nonchalance, il offre une certaine élégance au milieu de la luxure, une certaine tension au milieu des corps alanguis, de la mélancolie au sein de l’euphorie. Le geste est maniéré (non pas au sens péjoratif), étudié.

Watch it et écoutez comme c’est beau !

On apprécie certaines personnes pour leur travail, pour leur style, mais il n’est pas facile de se définir des modèles, sans doute parce qu’il n’est pas aisé de dire “j’aimerais ressembler à…”, “j’aimerais être comme…”. Qu’importe ! Dans ce court-métrage, Nick Cave est pour moi un modèle, que j’ai qualifié plus haut. Avec sa moustache à la Jules Barbey d’Aurevilly et les senteurs d’opium (si chères à Charles Baudelaire) exhalant de ce court-métrage, nul doute que Nick Cave s’inscrit dans cette lignée de dandys… en version remasterisée.
Comme Leonard Cohen, Tom Waits ou dans une certaine mesure David Bowie, il fait parti de ces hommes, qui ont certes passé un certain âge, mais qui gardent cette élégance, ce mystère et aussi ce côté excessif et borderline propre au dandy, car ce dernier plus qu’une gravure de mode, est un style de vie, une attitude.

Modern dandy

Jules Barbey d’Aurevilly

Modern dandies de l’été 2009…

Modern dandy

Dior, printemps-été 2009, (c) Vogue.

Modern dandy

Givenchy, printemps-été 2009, (c) Vogue.

Modern dandy

Paul Smith, printemps-été 2009, (c) Vogue.

J’ai poursuivi ma réflexion et cherché des modèles plus jeunes, qui seraient pour moi, une incarnation du dandy, mon choix s’est arrêté sur Daniel Craig. Bluffé par son interprétation de l’agent secret James Bond dans Casino Royale, je m’apprête à l’être à nouveau dans Quantum of Solace. Lui aussi marie, selon moi, élégance (habillé par Brioni puis Tom Ford), force et romantisme.
J’ai aussi cherché l’équivalent du mot dandy au féminin, sans succès.

(1) dédié à Alice Coltrane, femme du jazzman John Coltrane.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christianpoulot 2733 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines