Magazine Humeur

«Les visiteurs» chez Clavier : Sarkozy en fait une «affaire personnelle d’Etat» et un remake de «l’enquête corse»… il limoge Dominique Rossi !

Publié le 05 septembre 2008 par Kamizole

christian-clavier-sarkozy.1220620759.jpgRidicule ! Mais hautement emblématique de la conception de l’Etat de Nicolas Sarkozy : népotisme et clientélisme sont les deux mamelles de sa République bananière…

Je lisais ce matin que c’est toute la zone résidentielle, le lotissement de la Punta d’Oru (”la pointe d’or”) où se trouve la désormais fameuse villa corse de Christian Clavier qui allait être mise sous surveillance… Avec interdiction de se promener ? remake des limites injustifiées à la liberté d’aller et venir (principe du droit administratif) dans un vaste périmètre autour de la villa du «Cap Nègre» où Nicolas Sarkozy a passé de récentes vacances dans la famille de Carla Bruni.

Les riches ont un drôle d’avantage sur nous : ils sont protégés par la police de Sarkozy !

De manière tout à fait humoristique Francis Brochet (Le Progrès) résume bien les enjeux de cette lamentable affaire : «C’est ‘‘Touche pas à mon pote’’ mais revu et corrigé façon Neuilly-sur-Seine» ! Dans le même ordre d’idées, François Bayrou qui dénonce «le fait du prince» et «le copinage avec les puissants» qui, dans le régime actuel, «remplace la raison d’Etat» n’a absolument pas tort de pointer sévèrement mais non sans une touche d’ironie la conception sarkoïdale du rôle de l’Etat «Autrefois, il existait le crime de lèse-majesté. Maintenant, il y a le crime de lèse-copain de sa Majesté.»

Quitte à être prise en flagrant délit de répétition (j’assume et enfonce le clou !) je dirais que tout cela constitue autant de preuves d’un retour, non seulement à l’Ancien Régime – les «lettres de cachet» mais surtout à la féodalité : l’appropriation de l’espace public et du pouvoir politique par une oligarchie ploutocrate (de «ploutos» richesse).
A cet égard, je ne peux que conseiller la lecture de «Mutation féodale – Xe - XIIe siècles» de Jean-Pierre Poly et Eric Bournazel, Nouvelle Clio 1991. A ma connaissance, une nouvelle édition est parue depuis.
L’on y voit à l’œuvre les mécanismes qui ont permis à la noblesse exerçant des fonctions administratives de s’accaparer l’espace public (terres communales) pour y ériger leur castrum, d’écarter les citoyens des assemblées des hommes libres et enfin, comment ils ont réussi à spolier les paysans de leurs terres, notamment par des prêts de semences les mauvaises années.

corse-du-sud-carte-libe.1220620872.jpg
Cest précisément contre cette appropriation projetée de l’espace public – le littoral corse – par le déjà contesté Padduc (plan d’aménagement et de développement durable de la Corse) qui sera soumis au vote de l’Assemblée de Corse courant 2009 et dessine, pour les années à venir, le nouveau visage urbain et immobilier de l’île - en totale contradiction avec le dispositions de la «loi littoral» et sur les zones protégées – et pour dénoncer la “spoliation” ainsi que la “spéculation foncière” que les indépendantistes se sont invités chez Christian Clavier : pour qu’il transmette leurs doléances à son ami Nicolas Sarkozy. «Occupation» non violente et symbolique». Joint au téléphone Christian Clavier qui était absent, a recommandé au gardien de sa villa de les bien recevoir…

Tout aurait pu en rester là, sans l’imbécillité chronique de Sarkozy qui a cru bon devoir «faire un exemple», prétendument pour que Christian Clavier n’ait pas à souffrir d’être son ami… Pauvre petit !

dominique-rossi-prefet-securite-corse.1220620940.jpg
Comme à son habitude, il a donc choisi de faire sauter un «fusible»… Nombre de journalistes qui avaient le malheur de lui déplaire ou lui «manquer» d’une façon ou d’une autre en ont déjà fait les frais. Dans cette espèce, ce sera Dominique Rossi, le «Monsieur Sécurité» de la Corse, qui d’après ce que j’ai lu pouvait se prévaloir d’un bon bilan et qui, à 59 ans aurait pu demander à faire valoir ses droits à la retraite… mais on lui a demandé de continuer… Pour mieux lui infliger cet affront ?

Accusé de n’avoir rien fait. Et précisément, cela semblait tout à fait la voix de la sagesse… à une occupation pacifique et bon enfant, fallait-il répondre par un assaut des forces de police ? Nous ne connaissons que trop l’escalade de la violence…

A l’évidence, Nicolas Sarkozy n’a aucune connaissance du «principe de proportionnalité» !

Il est ridicule de prétendre que l’initiative du limogeage (mutation-sanction) reviendrait à Michèle Alliot-Marie… Elle n’aurait sûrement pas agi sans l’ordre de Nicolas Sarkozy !

Selon Libération : Quand Nicolas Sarkozy, «déjà de très mauvaise humeur, a appris cela», selon notre source en haut-lieu, «il a demandé à virer le fautif» . Le cabinet de MAM ne s’étend pas sur la volonté présidentielle mais lâche juste : «Nous avons échangé avec ses collaborateurs à l’Elysée»… Et voilà : quand Monsieur a ses humeurs, tout le monde trinque ! Quand on vous disait que c’est un caractériel !

dominique-rossi-mam.1220620905.jpg
MAM peut bien affirmer «Je suis en charge de la protection des Français, et de leurs biens, à ce titre, je suis en charge de choisir la personne qu’il faut, à l’endroit où il faut et au moment où il faut» et se prévaloir des «manquements» attribués à Dominique Rossi. En affirmant, toujours selon Libé : L’enquête express du cabinet de MAM montre que Dominique Rossi a été «averti vendredi soir par une note écrite de la Direction centrale du renseignement intérieur du risque que des nationalistes investissent ce lotissement».

Or, justifie le cabinet de MAM, «aucune disposition n’a été prise par le coordinateur des services de sécurité intérieure dans l’île afin d’empêcher l’envahissement, alors même qu’il disposait d’un escadron de gendarmes mobiles. Il s’agit d’une erreur d’appréciation d’ordre public».

C’est ça oui !… Comme le soutient excellemment Emmanuel Roux, numéro 2 du syndicat des commissaires de police : «Son choix ( celui de Dominique Rossi)- a été excellent car il n’y a pas eu de dégâts chez Christian Clavier» (…) «Qu’aurait-on fait à Rossi si face à des forces de police lourdes, des manifestants s’étaient rebellés devant la “provocation policière” et avaient cassé le lotissement ? On l’aurait fusillé ?».

D’ailleurs, Dominique Rossi, qui ne conteste nullement avoir eu connaissance d’un rassemblement nationaliste prévu le week-end dernier, se défend… Il a alerté la gendarmerie de Porto-Vecchio mais en lui demandant de prendre des dispositions préventives mais de n’intervenir qu’en cas d’incidents…

Ajoutant (trop ?) subtilement : «le maintien de l’ordre est un exercice difficile et délicat qui consiste à intervenir au moment opportun»…

Nicolas Sarkozy est vraiment un as ! Après avoir réussi à se mettre à dos une grande partie de l’armée (réductions drastique des effectifs et charges absurdes contre tout l’Etat-major de l’armée de terre après la “bavure” de Carcassonne) il réussit à dresser contre lui d’imposants bataillons de policiers !

Sans oublier les Corses : à quand les prochaines “nuits bleues” ? Lesquelles ne seront nullement aux couleurs de l’UMP !…

Sources

Les nationalistes corses s’invitent à boire un verre chez Christian Clavier
LE MONDE | 01.09.08

©

Le Monde.fr

20 minutes - L’affaire Clavier fait causer
Le Point La mutation-sanction du chef des forces de sécurité en Corse fait des vagues
Libération - Sarkozy vire le premier flic de Corse et déclenche une polémique
Talamoni: “Tout cela sent la République bananière !”
Pour Clavier, Sarkozy rejoue l’enquête corse
Renvoi du patron de la police en Corse: «Une dérive politique inquiétante»
Figaro - Sarkozy soutient la sanction du M. Sécurité en Corse
Corse: Christian Clavier a déposé plainte
Nouvel Observateur - Affaire Clavier : Limogé, Dominique Rossi répond aux accusations


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte