Magazine

De passionnément à la folie

Publié le 02 septembre 2008 par Mazal5
& ">" class="fb_share_button" onclick="return fbs_click()" target="_blank" style="text-decoration:none;">Partager
Selon Michel Schneider, Psychanalyste et auteur de “Big Mother, psychopathologie de la vie politique” (Odile Jacob, 2002) et de “Morts imaginaires” (Grasset, prix Médicis de l’essai 2003), la passion a peu à voir avec l’amour de l’autre, mais surtout avec l’amour de soi. Se perdre dans l’autre, tout attendre de lui nous mène aux confins de nous-même. Là où notre identité vacille. Psychologies : Qu’est-ce que la passion ? C’est un lien à l’autre fondé sur le manque. Manque à être, manque dans l’avoir, manque en soi-même, en l’autre, manque à dire, manquement à la parole donnée. Mais tout amour n’est pas passion et toute passion n’est pas amoureuse. L’amour est don et abandon, alors que le désir est prise et emprise. L’amour est toujours réciproque : chacun aime pour être aimé. Mais la passion reste toujours asymétrique : si, comme l’amoureux, le passionné aime aimer, plus secrètement, il aime aussi ne pas aimer et surtout ne pas être aimé. L'amour passion : une chance ou un piège ? Un irrésistible risque
Parce que la passion est torride, elle nous fait rêver. Parce qu’elle est destructrice, elle nous fait peur. Mais parce qu’elle nous pousse à franchir nos limites, elle peut aussi nous révéler à nous-même.
& ">" class="fb_share_button" onclick="return fbs_click()" target="_blank" style="text-decoration:none;">Partager

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mazal5 4 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte