Magazine Banque

Investissement programmé

Publié le 06 septembre 2008 par Sylsol
En plaçant de manière régulière une somme identique sur les actions, l'investisseur lisse les fluctuations de cours.
Comment être millionnaire en dollars à 40 ans ? « En investissant 100 dollars par mois en Bourse durant ses quarante premières années ! », répondent les investisseurs anglo-saxons, très coutumiers du Dollar Cost Averaging, ou Constant Dollar Plan. De quoi s'agit-il ? Derrière cette appellation barbare qui pourrait effrayer plus d'un investisseur individuel français se cache une méthode d'investissement particulièrement simple et efficace dans le climat financier actuel. Cette méthode pleine de bon sens part du constat selon lequel un investisseur individuel a tendance à investir en Bourse en période de hausse, et à s'abstenir ou à sortir de la Bourse quand les choses tournent au vinaigre.
Sans entrer dans les théories de la finance comportementale, il est évident que nos réflexes d'investisseurs nous poussent à prendre peur quand les marchés chutent (ce qui est le cas depuis un an) et à céder à l'euphorie ambiante quand les records s'enchaînent. L'adage « acheter au plus bas pour vendre au plus haut » est extrêmement difficile à mettre en pratique. Nombreux seront les investisseurs, lorsque le rebond se concrétisera, qui se mordront les doigts de ne pas avoir pu ou su saisir les opportunités d'achat inhérentes à chaque déroute financière...

Les vertus de l'achat régulier

Forts de leurs moyens de recherche, de nombreux investisseurs et universitaires américains se sont interrogés sur les stratégies permettant de lutter contre ces réflexes pavloviens qui finissent par nous coûter cher. La conclusion des différents travaux est évidente : sur le long terme (vingt à trente ans), dans le cadre par exemple de la constitution d'un patrimoine pour sa retraite, il est recommandé d'investir de manière régulière en Bourse, et ce quel que soit le niveau des indices. L'objectif du Dollar Cost Averaging, appelé plus couramment « investissement programmé » en France, est de réduire l'exposition au risque en achetant de manière régulière. Une approche qui fait donc ses preuves sur le long terme et qui, à court terme, permet de profiter de cours particulièrement bon marché sans se préoccuper de la question du timing optimal. L'intérêt est évident. L'investisseur ne subit plus les sautes d'humeur des marchés. Il achète et profite ainsi de prix particulièrement faibles en période de krach !
Pour que la méthode fonctionne dans la durée, il est important de se fixer au départ une feuille de route et de s'y tenir quoi qu'il se passe. La première étape consiste donc à déterminer la somme allouée à l'achat d'actions et la fréquence de l'investissement. En fonction de la taille du portefeuille à bâtir, on peut consacrer 100 euros par mois, 500 euros ou plus. Cette somme peut être investie tous les mois, tous les trimestres ou tous les six mois. En consacrant un budget fixe à l'achat d'actions, via un fonds ou en direct, l'investisseur achète plus de titres en période de basses eaux, et moins en période faste. Au final, les études réalisées démontrent que le prix de revient par action est inférieur à la moyenne des prix constatés lors des achats successifs.
L'exemple Alcatel-Lucent
Prenons l'exemple d'une personne qui aurait décidé d'investir 7.200 euros dans l'action Alcatel en septembre 2007. Prudent, notre investisseur décide de procéder en deux fois. Il investit 3.600 euros le 28 septembre au cours de clôture de 7,20 euros. A la suite de la chute du titre, en mars 2008, il décide de réaliser la deuxième tranche d'investissement au prix de 3,62 euros le 30 mars. Lors du premier achat, notre homme a pu acheter 500 actions à 7,20 euros l'unité. Lors du deuxième achat, il acquiert 994 actions à 3,62 euros. Au total, il détient 1.494 actions Alcatel au prix de revient de 4,81 euros en ayant eu « le nez » de renforcer sa position à l'un des cours les plus bas de l'année...
Regardons maintenant quel aurait été le résultat avec un investissement régulier de 600 euros par mois sur les douze mois. Le tableau ci-contre récapitule les douze interventions. Nous avons arbitrairement retenu le prix de clôture du dernier jour du mois.
Au 29 août 2008, en ayant consacré 600 euros par mois à l'achat de titres Alcatel pendant les douze derniers mois, notre investisseur détiendrait aujourd'hui 1.581 actions (soit 87 de plus) au prix unitaire de 4,55 euros !
L'intérêt de cette méthode d'investissement est de bénéficier des conditions de marché les plus extrêmes et, au final, de bénéficier d'un prix de revient unitaire satisfaisant sans se laisser influencer par le climat ambiant. Néanmoins, l'investissement programmé présente un bémol : il augmente sensiblement les frais de transaction. Il convient donc de sélectionner un courtier très agressif sur les tarifs de courtage avant d'appliquer cette stratégie d'investissement.

(Yannick Roudaut - JDF - 06/09/2008)
Pour plus de renseignements sur l'investissement programmé je vous conseille l'excellent site de Richard
J'effectue moi-même un investissement mensuel depuis septembre 2007 : chaque somme investie comprend mes économies venant du salaire ainsi qu'une partie de mon capital initial.
Je n'ai à ce jour toujours pas fini d'investir totalement ce capital (provenant d'une vente immobilière), ayant commencé en juin 2006.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Richard
posté le 12 décembre à 10:53
Signaler un abus

Le site de l'investissement programmé en OPCVM a changé d'adresse. Rendez-vous désormais à l'adresse http://invest-prog.perso.neuf.fr

A propos de l’auteur


Sylsol 14 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines