Magazine

La fameuse déprime saisonnière

Publié le 06 septembre 2008 par Xavaic

"syndrome saisonnier de désordre affectif"
Le mauvais temps s’est réinstallé trop vite sur le microsystème des Vosges du nord ; J’aurai aimé ne pas quitter tout de suite la mode des longues robes mousselines et volantes, les sandalettes et les lunettes… Mais la loi des températures ne me laisse pas la liberté de m’en affranchir : En direct le 1er septembre, c’est pull sur chemise, chaussettes + docks et châle. La présence du soleil ne se conforme plus qu’à de futiles incursions, surpris au détour d’un regard vers l’horizon. Les nuits noires se rapprochent de plus ne plus de moi quand ce n’est pas l’eau de pluie qui s’immiscent derrière mon lobe d’oreille ce que ce je ne supporte pas.
Pour la première fois de ma vie, je suis émue par mes aurevoirs avec l’été et son monde merveilleux. Autrefois, avant quoi, je suivais le fil des saisons, retirant de chacune leur moelle singulière et leur charme particuliers. Aujourd’hui, le soleil, sa luminosité, sa chaleur me manque déjà, je me sens nue sans mon ombre et inondée sous la pluie.
Mon Dulce me disait hier midi, entre deux tours de manèges de sa fourchette, qu’il ne comprenait pas pourquoi nous donnions tant d’importance au temps météorologie.
" Assez étrangement, les femmes sont plus sensibles que les hommes au trouble affectif saisonnier. Elles constituent trois cas sur quatre. De plus, il semble que le trouble disparaisse subitement à la ménopause. "
Question d’hormones, sans doute.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Xavaic 33 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte