Magazine Politique

Paso doble n°87 : Journal de campagne américaine (IX) : Le grand Roque

Publié le 06 septembre 2008 par Toreador

A las cinco de la tarde…

Note : Le roque est un déplacement spécial du jeu d’échecs. Introduit au XVIIIe siècle, le roque permet de protéger le roi tout en centralisant la tour, ce qui permet de mobiliser cette dernière.

Les deux Tours

Avec la désignation des colistiers respectifs de Mc Cain et d’Obama, la campagne présidentielle est entrée dans sa dernière ligne droite. Désormais, dans le mois qui va venir, la campagne va se cristalliser autour de quelques grands thèmes de confrontation, qui s’annoncent par avance défavorables aux démocrates puisque c’est l’actualité internationale qui risque de dicter le tempo.

En attendant, comme aux échecs, chaque Roi a fortifié sa position en roquant avec une Tour qui lui permette de mettre en échec le Roi adverse. Fait marquant, le duel Mac Cain/Obama est à ce point manicheen (Noir/Blanc, Jeune/Vieux, Expérimenté/Sans expérience, etc…) que le rééquilibrage a forcément conduit à un rapprochement des deux écuries par la compensation des différences trop criantes. Néanmoins, dans le subtil équilibre qui régit la constitution du fameux ticket, la stratégie suivie n’a pas été exactement la même.

Roi Noir : la guerre des Clônes

Barack Obama a fait un choix  classique, celui de l’homothétie de compensation, en prenant à bord un clône de son adversaire capable de renforcer ses points faibles. Le premier candidat afro-américain investi par un des deux grands partis à la présidence des Etats-Unis, à qui on peut légitimement reprocher un flagrant manque d’expérience, s’est en effet doté d’un colistier fort en gueule et fort en thème, rompu à la politique Washingtonienne, Joe Biden. Ce choix de la complémentarité ressemble à celui fait par Georges Bush Jr, pour qui Cheiney devait être un chaperon efficace pour ses premiers pas dans l’arène.

A 64 ans, un âge vénérable pour la politique américaine, Joe Biden est un politicien charismatique chargé de faire contre-poids à Mac Cain. Comme Mac Cain, Biden a subi un drame personnel( il a perdu très tôt sa femme et sa fille dans un accident de voiture), ce qui devrait permettre aux démocrates d’écrire quelques belles histoires eux aussi sur le sacrifice personnel. Comme Mac Cain, Biden a la réputation d’être un franc-tireur. D’ailleurs les deux hommes ne sont guère éloignés : en 2004, Biden avait proposé un ticket Kerry-Mac Cain !

Biden est loin d’être un dangereux révolutionnaire. Il est favorable au droit à l’avortement mais hostile à son financement public. Il est opposé au mariage des homosexuels mais favorable à un contrat d’union civile pour les homosexuels. Il accepte la peine de mort et est favorable à un contrôle modéré de la vente des armes à feu. On appelle ça un centriste aux Etats-Unis. Biden pourra faciliter le ralliement des électeurs démocrates traditionnels qui soutenaient Hillary Clinton (cols bleus, seniors, etc.), compensant les difficultés du candidat dans les États pivots comme la Pennsylvanie ou l’Ohio. Politiquement, le choix d’Obama relève cependant plus d’une stratégie de second tour, comme on dirait Fen rance (exemple : Jospin 2002) avec une ouverture vers les catholiques et plus largement les républicains. Une ouverture maladroite, cependant, car Biden n’est pas vraiment en odeur de sainteté auprès des catholiques purs et durs

Roi Blanc : l’épée reforgée

De son coté, Mac Cain a fait un choix à mon sens beaucoup plus audacieux (voire téméraire) : non pas seulement compenser  en apparence ses handicaps ou dupliquer son adversaire, mais aussi savonner la planche d’Obama.

Sarah Palin, née en 1964, a 44 ans. L’âge moyen du ticket Républicain est donc désormais de 58 ans, contre 56 pour le démocrate. Le choix de Sarah Palin n’est pas seulement celui du clône, mais de la reconstitution en laboratoire de ce qu’aurait pu être une fusion réussie entre Obama et Hillary. Sans trop d’expérience, elle ressemble à Obama. Mais sa manière d’incarner le changement, copie plus la réthorique d’Hillary, puisqu’elle est une femme. Elle est surtout un piège : les démocrates devront y réfléchir à deux fois avant de moquer son inexpérience s’ils ne veulent pas mécontenter l’électorat féminin.

Toutefois, le choix de Mac Cain est à mon sens beaucoup plus subtil qu’il n’y paraît. Avec Palin, Mac Cain s’assure de son électorat naturel, contrairement à Obama qui n’a pas souhaité gauchiser son ticket, même si cela ne sera pas suffisant pour gagner. Il a adopté une stratégie de socle, ou de premier tour dirait-on en France (Sarkozy, 2007). Lui qui a une image de franc-tireur a choisi une icône rassurante, très marquée à droite.

De plus, notons qu’il reconstitue l’alliance victorieuse de Bush entre les faucons néo-conservateurs et les chrétiens évangéliques, même si sur ce ticket-là, les seconds prennent la vice-présidence et non plus la présidence comme en 2000. J’avais noté que pendant la pré-campagne, cette alliance-là avait explosé. Mc Cain est parvenu à la reforger.

Enfin, Mc Cain, en nommant une femme se paye le luxe de pointer les dissensions du camp adverse qui n’a pas osé faire de même en ressoudant ses rangs de manière à permettre le ticket gagnant Obama/Clinton.

L’épisode du bébé de la fille de Palin, enfin, au-delà des premières turbulences,  a quant à lui eu trois effets bénéfiques sur le long terme : 1/ Il a montré que Sarah Palin était capable de modernité et de bienveillance, et n’était pas seulement une femme de principes 2/ Il a soudé le camp républicain, qui a dû faire front sous les attaques, 3/ Il a monopolisé la couverture médiatique. Les premiers sondages confirment.

Voilà pourquoi, pour l’instant je le maintiens : Mc Cain sera élu !

Bidencampagne présidentielle 2008clônedémocratesEchecsMc CainObamaPalinrééquilibrageRépublicainsRoiRoque

Sujets: Paso Doble | 16 Comments »


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Toreador 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines