Magazine

Chuchottements

Publié le 06 septembre 2008 par Desiderio

Cendrillon ! Cendrillon ! la chambre est toute noire ;

Laisse glisser ton dé du bout de ton doigt las,

Tu n'y vois plus, son fil chemine de mémoire,

Pique-moi ton aiguille au bord du canevas.

Roule tes échevaux, et, repoussant ta chaise,

Viens te mettre à genoux pour te chauffer les mains

Devant les champs de l'âtre, où, dolente, la braise

Berce d'ardents pays murmurants et lointains.

Vois, les esprits du feu font et défont leurs villes

Et leurs châteaux plaintifs derrière les chenets.

Regarde, les yeux lents et le coeur immobile,

Se quereller les pieds de flammes de follets.

L'âtre - écoute - bruit de choses erronnées

- Dehors le brouillard sourd étouffe les maisons -

C'est l'heure. Ecoute,…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Desiderio 111 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog