Magazine

Gros coup de coeur

Publié le 06 septembre 2008 par Lael69
La Déclaration-L'Histoire d'Anna

Gemma Malley
Traduit de l'anglais par Nathalie Peronny
Editeur Naïve
Collection Naïveland
366 pages

"Mon nom est Anna. Je ne devrais pas être là. Je ne devrais même pas exister et pourtant j'existe."
Surplus Anna est une Déléguée hors pair, une recrue consciencieuse et utile, la meilleure qui puisse exiter au pensionnat de Grange Hall. Anna fait partie de ces enfants nés illégalement, dont les parents ont enfreint la Déclaration. En 2140, la Longévité n'est plus un rêve mais une réalité, qui impose une bien sinistre loi: être immortel autrement dit refuser d'avoir des enfants. Car si vivre éternellement est miraculeux, la Longévité s'arroge d'un constat économique dévastateur: la surpopulation et un manque évident de ressources pour la maintenir. D'un moindre mal il faut choisir et la Déclaration, cette loi égoïste l'a fait: vivre éternellement sans enfants. Autant dire que cela est bien triste: plus d'enfants, plus de jeunesse, plus de renouvellement. Et, par une étrange tournure des mentalités et des esprits, il s'avère que les parents qui décident de donner la vie malgré cette interdiction, deviennent des criminels et sont haïs non seulement par la société entière mais aussi par leurs propres enfants. Ces enfants, inévitablement sont retrouvés et emmenés dans un orphelinat triste, un véritable enfer qui n'est autre que Grange Hall. Si bien que ces Surplus, ces "indésirables", "surpoids" ou "boulets" subissent un véritable lavage de cerveau qui les élève dans la haine de leurs parents. Un enfer : à la moindre erreur aussi minime soit elle, c'est l'isolement, la violence, les coups et les propos ravageurs comme un leitmotiv de mort: "tu ne dois pas vivre, tes parents sont des criminels et égoïstes, tu n'es qu'un misérable Surplus, tu n'es rien". Au milieu de toute cette cruauté, voici notre Anna, qui paie de sa vie pour le crime de ses parents, qu'elle hait plus que tout. Anna veut être une bonne Déléguée et fait tous les efforts inimaginables pour plaire à Mrs Pincent, la directrice de Grange Hall. Mais c'est peine perdue. Elle doit payer sa dette à Mère-Nature et se dit chaque jour qu'elle ne devrait pas vivre. Quelle triste pensée pour une adolescente de 15 ans. Mais tous les Surplus ne sont pas comme Anna. Peter, nouveau venu est énigmatique. Insolent, perturbateur et affreusement rebelle, il semble renier tout l'enseignement qu' Anna ait appris. Il refuse de se considérer comme un poids pour la société. Mais ce n'est pas ce qui dérange et énerve le plus Anna. Peter l'apelle par son nom de famille et pire lui confie que ses parents la désiraient et qu'ils l'attendent avec impatience. Les propos de Peter sont intolérables pour Anna qui n'en supporte davantage. Mais le doute s'installe et Anna rêve. Et si tout ce qu'il disait était possible?

Il y a tellement de choses à dire sur ce roman. C'est un vrai coup de coeur, une lecture incroyablement riche en réflexions, en philosophie et en psychologie. C'est vraiment excellent. Tout d'abord le cadre de l'histoire: Angleterre 2140 nous plonge au coeur d'un roman d'anticipation si réaliste et bien écrit que c'en est épatant. Ensuite l'intrigue: un choix existentiel: vivre immortel et refuser la vie et pour ceux qui donne la vie clandestinement refuser ce droit alors qu'il est présent. Abolir la jeunesse pour anoblir la vieillesse. C'est le coeur de l'histoire et pourtant le message du livre c'est l'hymne à la vie, à cette jeunesse qui se renouvelle sans cesse. Passons aux personnages: fouillés, recherchés. Même Mrs Pincent a ce côté humain, qui fait qu'on peut la comprendre. Beaucoup d'émotions pour ce livre: étonnement, introspection. A la fin, je suis restée scotchée, bien qu'en ayant lu le début je me suis retrouvée déboussolée par les propos d'Anna: "Je ne devrais pas exister". Un paradoxe intéressant: alors que notre société actuelle repousse la vieillesse, fait l'éternel louange des bienfaits de la jeunesse, ce roman inverse ce rapport et place la jeunesse comme un fardeau. D'une originalité inégalée, d'une écriture fluide et prenante, voilà ce qu'il faut retenir de ce roman jeunesse unique.
Mais pas que et pour le savoir Lisez-le
Un énorme merci à Clarabel qui me l'a fait connaître, son billet c'est ici

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lael69 8726 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte