Magazine Conso

J'avais des usines et des fuites dans mon potager

Par Dindiu @Din_Diu
A la lecture de ce titre sibyllin, certains doivent sans doute se poser la question : "Mais que veut-il dire par là ?".
Des usines ? Une nouvelle variété de légumes originaire du nord de la France ? Mais "j'avais" pourrait laisser entendre que je m'en suis débarrassé. Alors, ce serait un genre de ravageur ? un insecte ? ou un champignon ? Ou alors, simplement une hallucination consécutive à une grosse dépression ?
et ces fuites qui épaississent le mystère ...
Rien de tout ça !
Je me suis simplement intéressé à un outil de Google : le moteur de recherche multilingue. On choisit sa langue maternelle et la langue des pages qui seront l'objet de la recherche. Je ne me suis pas compliqué la vie : français pour la langue maternelle et anglais pour la langue des sites visités. Je tape mes mots clés en français, Google me donne en résultat des pages traduites de sites anglais.
Cet outil permet de s'affranchir de la barrière linguistique et de voir comment ça se passe de l'autre côté des frontières. Mais ce n'est pas sans risques. La traduction automatique, au-delà de me servir une syntaxe souvent déconcertante, peut devenir parfois surréaliste.
Je tape jardinage biologique et blog, et Google me renvoie une liste de sites. Je navigue.
Et puis j'arrive à lire un auteur qui parle des usines de son jardin ! Heureusement, en laissant le curseur au dessus de la phrase, une infobulle s'affiche avec la phrase originale. Les doués en anglais auront déjà saisi l'astuce : le mot anglais plant se traduit par plant ou plante ... et par usine ! Jusqu'à il y a quelques temps, Google préférait la seconde traduction. Mais l'internaute de passage a la possibilité de proposer une meilleure traduction. Apparemment elle est parfois prise en compte (même si je vois encore des usines dans quelques blogs).
Cependant, il y a encore pas mal de correction à faire. Si l'on vous parle de gravure dans un jardin, il faut comprendre qu'il s'agit du fait d'y faire du feu (burn : graver, brûler).
Parfois, c'est encore moins évident. Une faute de frappe ou d'orthographe, et le sens du mot change. Par exemple leak : fuite et leek : poireau. Et donc tout comme moi, vous êtes étonnés de voir des fuites dans la liste des légumes (de toute façon, c'est guère mieux que les usines).
Bref, je suis confronté à la syntaxe, aux traductions multiples et aux accidents d'écriture. Et je ne m'apesantirai pas sur les néologismes et les termes trop spécialisés pour trouver une traduction.
Comprendre la traduction proposée par Google demande parfois une réflexion poussée et une certaine ouverture d'esprit.
On peut lire tout un paragraphe sans problème puis buter sur un mot ou deux.  A l'affichage du texte original, de bonnes connaissances de la langue étrangère en question aident.
Cette recherche multilingue est tout de même bien pratique, même pour les nuls en langues. Elle permet d'avoir un aperçu rapide du contenu d'une page, de ne pas perdre de temps en compréhension, de découvrir les tendances (le jardinage  durable !) qui sont d'actualité et les astuces des collègues jardiniers anglo-saxons, tout en n'étant pas (trop) lost in translation.
Pour vous faire une idée des traductions et des blogs de l'étranger, voilà une petite sélection. J'ai porté mon choix sur des blogs qui au premier abord me semblaient intéressants et sympathiques. Je n'ai pas eu l'occasion de pousser plus loin la recherche, il est donc tout à fait possible de trouver encore mieux.
- Veggie gardening tips
- Mad about herbs
- The Manic Garden
- North Country Maturing Garden
- Organic Picks

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dindiu 27 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog