Magazine Humeur

Coup de gueule

Publié le 07 septembre 2008 par Magazinenagg

Les anecdotes rapportées dans les textes de Richard Martineau démontrent que le système public d’éducation est un système qui nivèle par le bas.

 

Malheureusement, il faudra que la situation empire avant que la grogne populaire oblige les politiciens à agir. En attendant les groupes d’intérêt, syndicats, bureaucrates et commissions scolaires, continueront de prétendre que la solution nécessite plus d’argent.

 

Il faut déplorer la génération d’enfants sacrifiées à l’autel de l’étatisme. Il semble que c’est le prix à payer pour avoir cru que nos responsabilités individuelles pouvaient être collectivisées.

________

 

La dictature des cancres

Richard martineau

06/09/2008 06h25 

J'ai toujours dit que j'éprouve beaucoup de respect pour les profs. Personnellement, je préférerais ramasser des excréments d'éléphants dans un cirque plutôt qu'enseigner à des p'tits monstres.

Je suis sûr que c'est moins humiliant... Lisez le témoignage suivant, vous verrez ce que je veux dire...

L'HISTOIRE DE DAVE

«Je suis un ex-professeur de 24 ans. Que dire de l'enseignement? Une déception amère.

« J'ai été victime de menaces verbales, d'insultes, de harcèlement psychologique, on m'appelait à la maison pour me crier des noms et j'ai été victime d'une agression physique. Des élèves ont même agressé ma blonde dans un centre commercial pour me faire réagir!

«La situation était telle que j'ai porté plainte deux fois pour harcèlement. Résultat: on m'a évincé de l'école en disant que j'avais des problèmes de discipline!

«J'ai eu des problèmes de santé reliés à l'enseignement et j'ai dû prendre des antidépresseurs en raison du stress occasionné par la besogne. Il m'est arrivé d'expulser des jeunes une vingtaine de fois sur une période de deux ou trois mois!

«J'ai fait de la suppléance pendant un an et cela a consisté à me faire bousculer dans les couloirs, à me faire lancer des trousseaux de clés, des craies, des gommes à effacer... Les élèves n'ont jamais leur matériel scolaire, ils demandent sans cesse des permissions pour sortir de la classe, ils crient, se chamaillent... Quand je disais aux jeunes de se calmer, certains sortaient de la classe et allaient se plaindre à la direction. Et quand j'osais leur donner un avis disciplinaire, ils le déchiraient devant moi en me traitant de pauvre con et d'ostie de cave.

«Quand ce n'est pas les élèves qui nous insultent, ce sont les collègues, car dans la hiérarchie scolaire, le suppléant est au plus bas. C'est à peine si les autres profs nous regardent...

«Le système scolaire actuel est un cancer qui récompense les cancres plutôt que ceux qui veulent réussir.

«J'ai sacrifié les plus belles années de ma jeunesse pour cette grotesque mascarade qu'on appelle l'enseignement. Plus jamais.»

LES VRAIES VICTIMES

Dave dit que le système scolaire s'intéresse plus aux cancres qu'aux élèves qui veulent réussir.

Il n'est pas le seul à m'avoir fait cette remarque. Plusieurs profs m'ont dit la même chose.

«Les profs se retrouvent avec un grand nombre d'élèves qui ont des besoins particuliers», m'a écrit une enseignante. Trouble de comportement, trouble d'apprentissage, trouble de langage, trouble envahissant du développement, déficit d'attention, etc.

«L'intégration, c'est bien beau, mais pas à n'importe quel prix. C'est toute une job de pouvoir analyser les besoins de chaque enfant en difficulté. Or, qui écope, pendant ce temps-là? Les élèves «normaux», qui ne déplacent pas trop d'air, qui sont à leur affaire et qui peuvent se débrouiller seuls. Et aussi ceux qui en veulent plus, qui pourraient aller plus vite. Ces enfants s'ennuient, perdent leur temps et finissent eux aussi par déranger la classe...»

BEAU SYSTÈME

On pourrait regrouper les enfants en difficulté dans des classes spéciales, mais on ne le fait pas. Pourquoi? Parce qu'on ne veut pas créer de hiérarchie.

Résultat: obligés de côtoyer des élèves forts à longueur de jour, les faibles se sentent encore plus faibles. Et les forts manquent de stimulation et se poignent le beigne.

Bienvenue au Québec

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Coup de gueule

    Saviez-vous que de traverser un ruisseau avec votre VTT sur votre propriété fait de vous un criminel sujet à une amende de 500 $ à 20 000 $? Lire la suite

    Par  Magazinenagg
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Coup de gueule

    Ça sert à quoi de payer ces foutus fonctionnaires du MELS? Ils ne sont pas seulement inutiles ils sont nuisibles.Le samedi 16 août 2008Un manuel d'histoire... Lire la suite

    Par  Magazinenagg
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Raffarin préfère Aubry ? coup de pied de “l’âne du Poitou” à Ségolène Royal…

    Et une “raffarinade” (avec le temps, on avait oublié combien il en est prolixe). A servir bien fraîche dans tous les rades et autres “Café du Commerce” de Franc... Lire la suite

    Par  Kamizole
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Coup de gueule

    Je suis prêt à gager que les frais de courtage immobilier vont augmenter sans que le public soit mieux protégé pour autant.________Le gouvernement propose de... Lire la suite

    Par  Magazinenagg
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Coup de gueule

    Les membres du MQRP prétendent qu’il est possible d’améliorer le système public de santé sans la participation du privé. Alors, pourquoi le système ne s’est-il... Lire la suite

    Par  Magazinenagg
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Coup de gueule

    Quatre ministres pour annoncer en grande pompe un cadeau de 13 millions à Volvo, propriétaire de Prévost Car. Dans les faits Prévost Car détient le monopole... Lire la suite

    Par  Magazinenagg
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Coup de gueule

    Deux ministres pour annoncer une subvention de 30 000 $ à la CULTURE. Évidemment, ce n’est pas suffisant pour la communauté culturelle. Lire la suite

    Par  Magazinenagg
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Magazinenagg 1216 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte