Magazine Finances

Je t'aime moi non plus !

Publié le 07 septembre 2008 par Cabinetal

Cette expression (sans rapport avec la chanson de Gainsbourg!) décrit parfaitement la situation de deux personnes qui connaissent temporairement des difficultés pour se comprendre. Aucune ombre n'existe pour autant dans leur fidélité amicale. Mais leurs idées divergent. C'est ce qui m'arrive avec le Président Sarkozy. Je pense que nos relations personnelles sont intactes, du moins je l'espère, mais il devient de plus en plus difficile de nous comprendre sur la meilleure stratégie à tenir sur l'économie et les finances publiques. Or en démocratie, est-ce un crime de jouer la transparence ? La vérité crue, hélas, est que les Présidents François Mitterrand et Jacques Chirac ont trop laissé filer la dépense et se sont retrouvés dans la triste situation de devoir augmenter les prélèvements. Si ces dépenses avaient financé des actifs matériels (grandes infrastructures) ou immatériels (R & D), rien ne serait grave. Mais la catastrophe est d'avoir accumulé une telle dette pour... financer des dépenses courantes! Et c'est inqualifiable à l'endroit de la génération suivante. Le dire est-il devenu une insulte en France? Pire, une trahison? Si vous appartenez au système politique devez-vous vous taire sur ce sujet, ou en devenir le complice? C'est pourquoi, je me permets respectueusement et fidèlement de dire au Président Sarkozy : Non ! Cela ne peut continuer comme avant et je ne m'y résoudrai pas. Et quand bien même je devrais être exécuté pour avoir dit la vérité cela ne changerait rien à l'état des finances !

Depuis Giscard et Raymond Barre, plus aucun budget de la France n'a été exécuté en équilibre. Depuis 30 ans, la génération des responsables politiques a tiré des chèques sur la génération présente et suivante. Il est impossible de continuer quand bien même nous le voudrions. L'euro nous a protégés, si j'ose dire, car sans lui nous aurions déjà connu 3 dévaluations. Mais demain c'est le bondissement des taux d'intérêts qui nous arrivera quand la notation de notre dette sera dégradée en 24 heures. Ce jour-là, ceux qui crient : bravo Président, continue Président, tu es le roi du monde Président, ceux qui ne cherchent pas l'intérêt de la France, mais tout simplement une place ou une sinécure, ceux-là seront les premiers à crier Haro sur le Président-bouc-émissaire d'une société politique sans courage, avachie par un cynisme supposé tenir lieu d'intelligence.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cabinetal 75 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines