Magazine Société

Hésiode et Sarkosy

Publié le 07 septembre 2008 par Hoplite

Discussion tantôt avec un ami. Progressiste. C’est-à-dire essayant de me convaincre du fait que demain sera mieux qu’aujourd’hui. Que certains des problèmes qui nous paraissent insolubles actuellement (destruction des milieux naturels, urbanisation galopante, démographie planétaire délirante, difficultés à trouver un Chablis correct à vil prix, etc) seront naturellement résolus demain par la marche radieuse du progrès scientifique ou technique et par l’arraisonnement du monde.

Essayé de lui faire comprendre que cette vision linéaire de l’histoire, propre aux progressistes comme aux déclinistes, est relativement récente dans l’histoire de l’humanité et n’est qu’une idéologie, parmi d’autres. Que la croyance en l'avènement d'un monde meilleur est le leg du christianisme, éminemment théorisé par saint Augustin puis sécularisé par l’esprit des lumières…Un croyance, simplement. Peine perdue…

Que des sociétés humaines vécurent durant des millénaires dans une vision cyclique, non linéaire, de leur histoire et du cours des choses. Hésiode et ses Travaux et les Jours…

Non, rien à faire, le futur sera radieux, évidemment.

*

Peu de gens, semble-t-il, ont relevé le caractère à la fois éclairant et profondément vulgaire de l’assertion phare de notre conducator bien aimé : « travailler plus pour gagner plus »

Nul doute que la grande majorité de mes contemporains (sauf vous chers lecteurs érudits), matraquée par la propagande consumériste et le modèle anthropologique utilitariste dominant dans cet hypermarché festif et compassionnel qu’est devenu l’occident, ne voit la rien de choquant ni de surprenant.

Peu savent sans doute que le travail fut pendant des millénaires et dans des civilisations très différentes une valeur éminemment servile…Que le négoce (neg-otium) comme toute activité laborieuse visant à gagner sa vie, représentait la négation de l’otium, cette vertu, ce privilège, ce loisir du lettré propre au citoyen propriétaire terrien qui lui permettait de participer à la vie de la cité ou d’exercer son art.

Ou l’on comprend que gagner plus d’argent, et par là faire l’acquisition d’un coquet pavillon prés du périph orné d’un écran plasma de 400*400, est la meilleur façon d’atteindre sûrement cette parousie profane, désormais oméga de notre civilisation.

Que l’indice de consommation des ménages ou le taux de croissance semestriel est sans doute devenu la meilleure façon d’apprécier l’humeur de l’écureuil en cage qu’est devenu l’homo festivus occidental.

Que l’argent doit sans doute faire le bonheur, finalement.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hoplite 212 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine