Magazine Côté Femmes

Lush

Publié le 08 septembre 2008 par Juval @valerieCG

LushLa première fois où je suis allée à Londres, je devais avoir 14 ans. J’ai évidemment foncé à Carnaby street pour acheter Doc martens et pendentifs en feuille de canna indispensables à tout jeune ado.
Pendant plusieurs années, j’allais donc religieusement adopter la rebelle attitude. Puis je n’y suis pas retournée pendant une assez longue période.
Tout naturellement lorsque j’y suis revenue, je me suis rendue en pèlerinage à Carnaby Street. Tout avait bien changé et surtout il y avait un magasin qui parfumait toute la rue et où l’on entrapercevait des monticules étranges de différentes couleurs.

Lush

Foin des creepers et autres foulards à tête de mort, je découvrais Lush.
Dans des saladiers maintenus au frais par de la glace pilée, des masques pour le visage à la myrtille ou au chocolat. Nous les achetions au dernier moment, juste avant de prendre l’eurostar afin d’être sûres qu’ils restent frais.

Lush
C’est là que j’ai découvert les boules effervescentes, les “ballistics” que vous mettez dans le bain et qui se dissolvent en laissant échapper des paillettes, des fleurs séchées ou qui, tout simplement colorent l’eau. J’achetais aussi des savons solides ou qui, tels la jelly, tremblent au moindre choc.
C’était désormais ze place to be, londonienne.
Quand il s’en est ouvert un à Paris, j’ai sauté de joie. Depuis peu, il y a aussi un site français de vente en ligne.
Lush
Si vous ne connaissez pas encore, foncez –y. Vous pourrez faire découper vos savons selon la quantité désirée, découvrir les noms toujours originaux et décalés.

Et pourquoi parlez de Lush, dont j’ai déjà et souvent vanté les mérites ? Parce que. Oui ceci est un teasing.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Juval 59548 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine