Magazine Journal intime

La Ville

Par Eric Mccomber

Je fume doucement dans la noirceur
Temporairement à l'abri de tout
La beauté du monde est parfois obscurcie par les nuées
Le souvenir est plus vivant que la pierre des murs
Et moins froid que le fer des rambardes
Et pourtant il n'est rien de plus mort
Que la mémoire élimée
Du sourire flétri© Éric McComber

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Eric Mccomber 400 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog