Magazine

La communion dans la main doit rester une exception

Publié le 08 septembre 2008 par Micheljanva

" Versailles : le pseudo art et les affaires font bon ménage | Accueil | Le Ramadan n'est pas un jeûne "

08 septembre 2008

La communion dans la main doit rester une exception

Ceux qui suivront les messes du Pape, samedi, dimanche et lundi matin, ne seront pas surpris de voir que le Pape donnera la communion dans la bouche à des fidèles agenouillés, qu'une imposante croix sera de retour au centre de l'autel, que les milliers d'hosties consacrées seront contenues dans des ciboires en métal précieux et non en terre cuite. Mgr Guido Marini, cérémoniaire du Pape, explique :

"Benoît XVI veut souligner que les normes de distribution de la communion dans l'Église catholique sont toujours en vigueur. On a oublié en effet que la distribution de la sainte communion dans la main est liée à un indult une exception, pourrait-on dire, accordée par le Saint-Siège aux conférences épiscopales qui en font la demande. [...]

Recevoir l'hostie dans la bouche met en lumière la vérité de la présence réelle dans l'Eucharistie, elle aide la dévotion des fidèles et introduit plus facilement au sens du mystère. Autant d'aspects qu'il importe aujourd'hui de souligner et qu'il est urgent de retrouver [...]

Il ne s'agit pas d'une bataille entre anciens et modernes, encore moins entre préconciliaires et conciliaires. Ce genre de problématique idéologique est aujourd'hui dépassée. L'ancien et le nouveau appartiennent au même trésor liturgique de l'Église. La célébration liturgique doit être la célébration du mystère sacré, du Seigneur crucifié et ressuscité. À nous de trouver, dans le patrimoine de la liturgie, une continuité pour servir ce sens du sacré."

Michel Janva

Posté le 8 septembre 2008 à 14h15 par Michel Janva | Catégorie(s): L'Eglise : Benoît XVI

Commentaires

Vous oubliez de transcrire la suite de l'entretien : Mgr Guido Marini ajoute : "l'usage de cette modalité n'enlève rien à l'autre modalité, recevoir l'hostie dans la main. "

Le Pape a donc sa préférence, mais reconnait la validité de la communion dans la main. Il y a une foule de catholiques qui n'entendent pas y renoncer, parce que pour eux la communion dans la main a été l'étape d'une vraie conversion. Et si pour eux c'était la communion dans la main qui mettait "en lumière la vérité de la présence réèlle" ?...

Rédigé par : Martine | 8 sep 2008 16:15:38

Je trouve cela génial que nous retrouvions le sens du sacré dans nos liturgies.
Je partage pleinement la vision du céromiaire pontificale et je me réjouis que l'Eglise de France puisse retrouver la sacralité de ce qui est la source et le sommet de toute vie chrétienne.
La liturgie doit rester un moment unique dans nos vies quotidiennes.

Rédigé par : Frantz Toussaint | 8 sep 2008 16:18:51

Et si pour eux c'était la communion dans la main qui mettait "en lumière la vérité de la présence réèlle" ?...
pour eux??? si on commence à prendre en compte les états d'âme de chacun on va droit dans le mur. faisons preuve d'obéissance et d'humilité envers ce que nous dit le pape et arrêtons sans cesse de pinailler, l'Eglise n'en sera que plus unie.

Rédigé par : papssill | 8 sep 2008 18:41:59

Quelqu'un pourrait-il très clairement expliquer la différence que peut avoir la communion à la bouche de la communion à la main, du point de vue de notre religion ? Merci.

Rédigé par : Benouk | 8 sep 2008 22:07:08

Certes, notre langue n'est ni plus ni moins pure que nos mains, mais la différence symbolique est bien réeelle.
La communion dans la bouche signifie qu'il s'agit d'une nourriture qui n'est pas comme les autres et pour laquelle on ne ressemblera jamais trop à un de ces petits enfants donnés par le Christ comme modèle.
La communion dans la bouche c'est aussi signifier que le Corps du Christ n'est pas "manipulable comme un objet".
La communion dans la bouche c'est encore, rendre beaucoup plus difficile certains commerces sacrilèges (de plus en plus fréquents avec la montée du satanisme).
Enfin, à voir l'attitude négligente de certains catholiques communiant dans la main, on ne peut contester que cette pratique fonctionne en boucle (amplificatrice) avec la négation de la Présence réelle et une certaine protestantisation.
Il faut savoir ce que l'on veut signifier, et ce que l'on croit.

Rédigé par : Exupéry | 8 sep 2008 22:44:38

Juste une petite question en passant : lors de la première Eucharistie célébrée par Notre Seigneur Jésus Christ en personne, la coupe était-elle faite de "métal précieux" ou - plus vraisemblablement - en terre cuite ?

[Pourquoi "plus vraisemblablement" ? Croyez-vous que pour la Pâque Juive, on n'utilisait pas de beaux vases ?
Plus généralement, il faut éviter "l'archéologisme", dénoncé déjà par Pie XII, et s'en tenir aux textes de l'Eglise :
"Les vases sacrés
(calices, patènes, ciboires, lunules d'ostensoirs)

ID. 16) Un respect et un soin particulier sont dus aux vases sacrés, aussi bien au calices et à la patène pour la célébration de l'eucharistie qu'aux ciboires pour la communion des fidèles. (...)
On ne peut employer de simple corbeilles ou d'autres récipients destinés à l'usage commun en dehors des célébrations sacrées, ou de mauvaise qualité, ou qui manquent vraiment de style artistique.

IGMR. 327. Parmi les objets requis pour célébrer la messe, on honore tout spécialement les vases sacrés et, parmi eux, le calice et la patène qui servent à offrir, à consacrer et à consommer le vin et le pain.

IGMR. 328. Les vases sacrés seront en métal noble. S'ils sont faits d'un métal susceptible de rouiller ou qui soit moins noble que l'or ils seront normalement dorés à l'intérieur.

IGMR. 329. (...) on donnera toujours la préférence aux matières qui ne se brisent pas, ni ne s'altèrent facilement. Cela vaut aussi pour tous les vases sacrés destinés à recevoir les hosties, comme la patène, le ciboire, la custode, l'ostensoir, et d'autres de ce genre.

IGMR. 330. Les calices et les autres vases destinés à recevoir le Sang du Seigneur auront leur coupe faite d'une matière qui n'absorbe pas les liquides. Quand au pied, il pourra être fait d'autres matières, solides et dignes.

IGMR. 333. Pour la bénédiction ou la consécration des vases sacrés, on observera les rites prescrits par les livres liturgiques."

IGMR = Institution Générale du Missel Romain.
ID = instruction "Inestimabile donum", 1980

Rédigé par : Agnès | 9 sep 2008 09:18:15

@Exupéry : tout ce que vous dites sur la communion dans la main et ses risques peut se dire aussi sur la communion dans la bouche : on peut hélas aller cracher l'hostie...

@Papsil :
certes il faut obéir mais relisez l'Evangile de dimanche dernier : "si deux d'entre vous se mettent d'accord pour demander quelque chose, ils l'obtiendront de mon Père qui est aux cieux".
Nous sommes nombreux à demander la communion dans la main. Dans le même esprit que la femme pécheresse qui a touché le bas de la robe du Christ.

Rédigé par : Martine | 9 sep 2008 10:21:02

Tiens... moi je n'ai pas eu le même évangile dimanche ! On était bien le 17ème dimanche après la Pentecôte ?!

Moi, perso, je pourrais pas serrer la pogne de mes voisins pour la "paix du Christ" puis ensuite utiliser mes mains pour communier. Mais il est vrai que je suis une indécrottable hygiéniste.

Dans l'Ancien Testament, on lit que personne hormis les grands-prêtres ne pouvait venir toucher l'Arche d'Alliance. A fortiori, se saisir soi-même du Corps de Jésus me paraît étonnant.
Par ailleurs, j'aime l'image du prêtre (de l'Eglise, donc) qui nourrit ses fidèles directement dans la bouche comme des petits enfants. La symbolique est très forte et peut nous aider à mieux appréhender la puissance de ce sacrement: nous ne sommes rien et c'est Jésus qui nous donne toute sa force, toute notre vie !

Voilà...

Lisa

Rédigé par : Lisa | 9 sep 2008 11:12:57

Lisa :

Vérifiez dans Famille Chrétienne : le texte de l'Evangile de dimanche dernier était Matthieu 18, 15-20
C'est celui que j'ai entendu dans ma paroisse.

Il n'est pas question de se saisir du corps du Christ, mais de recevoir dans une main l'hostie déposée par le prêtre, de répondre amen, faire un pas de côté et communier sous ses yeux avec un maximum de respect, un sentiment d'humilité et d'adoration.

L'hygiène parlons-en vous trouvez plus hygiénique que le prêtre vous transmette la salive de votre voisin malade ?...

votre image du prêtre qui nourrit les fidèles me plaît, je l'accepte. Acceptez à votre tour que chacun ait sa préférence, acceptée par le Pape.

Rédigé par : Martine | 9 sep 2008 11:35:20

@Martine: Les teinturiers affirment trouver régulièrement des hosties dans les poches des vestes (utilisées lors de mariages ou d'enterrement) il y en aurait évidemment beaucoup moins en cas de communion dans la bouche.

Rédigé par : Exupéry | 9 sep 2008 11:44:43

@Martine,
Les lectures étaent bien ainsi pour le rit extraordinaire, vous étiez dans le rit ordinaire.

La communion dans la main...
Pendant des siècles on a reçu le corps du Christ ainsi, pourquoi ne pas accepter ce geste d'humilité ?
Les communions reçues par des voyants sont reçues directement dans la bouche... le ciel préfèrait-il ce mode respectueux ?

Rédigé par : Léa | 9 sep 2008 12:11:20

Exupéry

Ce ne sont pas les teinturiers qui mènent l'Eglise !... C'est absolument scandaleux qu'ils retrouvent des hosties dans les vêtements, je suis bien d'accord, mais le péché des uns ne doit pas priver les autres de recevoir leur Dieu de la manière qui les convertit le plus.
Comment pouvez-vous savoir s'il y a moins de profanations avec la communion dans la bouche ?...Vous avez une caméra cachée ?...

Rédigé par : Martine | 9 sep 2008 12:17:01

J'aimerais donner l'avis de l'élève ingénieur, il peut paraître iconoclaste, à vous de voir.

Si on prend une Hostie consacrée, on a God Himself. Qu'on la "casse" ou "coupe" en deux, on n'a pas d'un côté le tronc et de l'autre les jambes, on a deux fois God Himself. Repetons cette "expérience" à l'infini ... on se retrouve avec des micro-poussières étant Dieu. Quelle abomination cela pourrait-il être si nous faisions tomber par inadvertance le Christ et que nous lui marchions dessus? Nous pouvons sans difficulté voir ou ces micro Hosties pourraient aller.

Alors évidemment, on peut argumenter que le prêtre tiens - lui - dans sa main l'Hostie. Bah oui, on est tout de même fait de matière, d'une part, et d'autre part, toute la liturgie s'oriente vers le respect du corps du Christ, c'est pourquoi il y a le lavement des mains, la "vaisselle" après la communion et d'autres choses comme ça.

Et c'est là qu'il doit être fait preuve d'obéissance, si nos pasteurs décident que des laïcs peuvent distribuer la communion, qu'ils peuvent toucher le Christ, alors il ne nous reste plus qu'à souffrir l'obéissance, rien ne peut ni ne doit déroger à l'obéissance.

UIOGD

Vince

Rédigé par : Vince | 9 sep 2008 12:57:24

@Léa :

Vous vous trompez.Jusqu'au X ème siècle on a communié dans la main...alors faites le compte.

[Pas du tout : la communion sur la langue est avérée au moins depuis le Ve siècle. Je vous renvoie à cette étude très intéressante et assez complète :

http://maranatha.mmic.net/communion.html

On estime même que le Christ, respectant la pratique juive, a donné la communion dans la bouche à ses apôtres, ce que semble montrer l'Evangile de Jean :
"Jésus répondit: C'est celui à qui je donnerai le morceau trempé. Et, ayant trempé le morceau, il le donna à Judas, fils de Simon, l'Iscariot" (13,26).

MJ]

Rédigé par : Martine | 9 sep 2008 13:35:30

"Benoît XVI veut souligner que les normes de distribution de la communion dans l'Église catholique sont toujours en vigueur. On a oublié en effet que la distribution de la sainte communion dans la main est liée à un indult une exception".
RELISEZ...ET OBEISSEZ.je pense qu'il n'y a rien à ajouter et que cela ne doit pas créer de discussions sans fin qui nous divisent sans raison.

Rédigé par : papssill | 9 sep 2008 17:24:53



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte