Magazine

Voyage à Nanital (2)

Publié le 09 septembre 2008 par Yanns

Nanital est une petite ville entourant un lac de montagne situé à 2300 mètres d’altitude. Les températures y sont plutôt fraîches et l’atmosphère très agréable. La nuit, les abords du lac semblent étrangement familiers… La lumière des réverbères permet de découvrir les nombreuses barques aux allures de gondoles stationnées à quai. En journée, elles promènent touristes et locaux à un rythme effréné remplaçant ainsi le romantisme des promenades en amoureux par le rendemennisme.(néologisme ou barbarisme, c’est selon la catégorie d’auteur dans laquelle vous me placerez…)

La soirée de samedi soir consacrée à la demi-finale de l’US Open dans la chambre de l’hôtel ne trouvant pas sa place dans cet article, je passe directement à la journée de dimanche. Lac et montagnes, le paysage Lausanne-like de Nanital inspirait naturellement une petite randonnée. Trois petites heures durant, nous avons pu retrouver un semblant de calme et de tranquillité. Bien sûr, il nous a fallu refuser une balade à cheval (piège à touriste local) et répondre à la question « Which country ?» (quel pays ?) toutes les dix minutes mais c’était bien quand même.

La marche était régulièrement ponctuée de rencontres avec les singes ; leurs yeux curieux et leurs mines affables me font toujours rire.

Une balade en pédalo et un excellent café plus tard arrive le moment du départ. Notre ami Ramesh nous avait réservé une place dans un bus privé la veille. A l’heure indiquée, nous montons dans le bus pour Delhi en prenant bien soin de montrer notre billet au chauffeur afin de s’assurer d’être dans le bon.

Confortablement installés dans ce bus Deluxe avec enfin de la place pour les jambes et des sièges inclinables, nous apprenons finalement ce bus n’est pas le bon. Et ce, une heure après le départ supposé de notre bus !

Un des avantages de l’Inde, c’est que même une heure plus tard, le bus est toujours dans la gare routière. Pas de problème donc, il nous a suffit de faire trente mètres pour prendre le bon. Le voyage s’est plutôt bien déroulé, les sièges inclinables aidant beaucoup, jusqu’à un arrêt brutal à 4h du matin. Ne dormant que d’un œil, je remarque les nombreux voyageurs sortant de l’autocar. L’arrêt se prolongeant, je décide de voir ce qu’il en est.

Et là, horreur ! A perte de vue s’étendait une file de camion, moteur coupé. Pas d’opération escargot, juste un immense bouchon si lent qu’il ne devient plus très économique de laisser le contact. Que fait-on dans ces cas là ? Je dirais « on retourne dans le bus et on dort »… sauf qu’avec la chaleur étouffante régnant à l’intérieur, impossible de fermer l’œil !

Je ne sais comment, j’ai quand même réussi à m’endormir au bout d’une heure. Complètement assoiffé, je me réveille à 9h, surpris de ne pas être arrivé à destination. En me renseignant auprès des autres passagers, j’apprend avec stupeur que soixante kilomètres nous sépare encore de Delhi… Contre cent kilomètres à 4h du matin !

Inutile de préciser que j’avais cours à 8h… 

Arrivant dans l’agglomération de Delhi sur les coups de 11h 30, le chauffeur décide d’une halte imprévue dans un quartier délabré. Mon état de fatigue ne soupçonnant rien au premier abord, c’est en voyant le bus se vider peu à peu que la vérité m’apparut : Le chauffeur, exténué, s’était arrêté chez lui pour dormir !

Forcé de rentrer par nos propres moyens, c’est finalement à 13h 15 que nous franchissons l’Hostel gate de l’IIT, gonflé à bloc pour le cours de quantique de 15h… Oscillateurs harmoniques, me voilà !

A bientôt pour de nouvelles aventures… 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yanns Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog